07/06/2022. Quelle est la meilleure ennemie de l’Amérique, la Russie ou la Chine?

Jusqu’à présent, les Etats-Unis avaient tenu à distinguer entre la Russie et la Chine en tant qu’adversaires potentielles dans une prochaine guerre.

Or la déclaration du président Biden à Tokyo en mai 2022, selon laquelle les États-Unis répondraient militairement pour défendre Taïwan en cas d’invasion de la Chine, cache un changement dangereux. Elle soulève d’importantes questions sur la nouvelle approche stratégique de Washington en matière de relations avec la Chine et la Russie.

Depuis les années 1970, un dicton fondamental de la stratégie américaine était que Washington devait avoir de meilleures relations avec Pékin et Moscou que celles qu’elles avaient entre elles. Cette approche minimisait la probabilité qu’ils coordonnent leurs activités en temps de paix contre les États-Unis, et réduisait également les risques que les Etats-Unis soient confrontés à une guerre sur deux fronts contre deux puissances nucléaires.

Or, alors que la Chine s’est hissée au rang de rivale des États-Unis au cours de la dernière décennie et que Pékin et Moscou s’opposent de plus en plus directement à l’interventionnisme des États-Unis et à leur refus apparent de respecter leurs préoccupations fondamentales en matière de sécurité, Washington a mené des politiques qui ont, par inadvertance, encouragé un partenariat anti-américain entre la Russie et la Chine.

Plusieurs hypothèses semblent sous-tendre le changement stratégique de l’équipe Biden. La première est que les performances militaires médiocres de la Russie en Ukraine ouvrent la porte à une perspective stratégique américaine fondamentalement améliorée, dans laquelle la Russie est tellement neutralisée militairement et économiquement que Washington ne doit pas s’inquiéter de la perspective d’une coopération sino-russe.

Dans des discussions officieuses, des responsables américains suggèrent que la Russie ne sera plus capable d’envahir ses voisins européens et sera privée des apports économiques nécessaires pour alimenter son industrie de la défense et ses secteurs de haute technologie, ce qui permettra aux États-Unis de concentrer leurs ressources sur la concurrence avec la Chine. Au fil du temps, selon ce point de vue américain, la Chine considérera les liens étroits avec une Russie faible et dépendante davantage comme un handicap que comme un atout.

Plus fondamentalement, les États-Unis semblent avoir oublié que les intentions agressives ne sont pas les seules façons dont les guerres commencent. Les conflits peuvent également naître du fonctionnement du dilemme de la sécurité, lorsque des mesures destinées à dissuader l’agression et à défendre la sécurité d’un État sont perçues comme menaçantes par un autre.

Il en résulte un cycle d’action et de réaction dans lequel chaque partie pense que ses propres actions sont défensives et non agressives.

Les Etats-Unis depuis longtemps dans une telle spirale d’escalade avec la Russie, et aucune fin n’est actuellement en vue en Ukraine. Dans son intention de dissuader l’agression chinoise contre Taïwan, Washington alimente une deuxième spirale déjà en cours avec Pékin.

Référence

With Taiwan comments, is Biden signaling a two-front war strategy?

https://responsiblestatecraft.org/2022/05/24/with-taiwan-comments-is-bidens-signaling-two-front-war-strategy/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :