07/02/23 La Stratégie de Défense nationale américaine

La Maison Blanche publie tous les ans un rapport dit National Defense Strategy (NDS) qui précise les orientations pour les mois suivants de la politique de défense américaine et l’importance des moyens militaires à y affecter. Celui de la dernière année de l’administration de Donald Trump visait à empêcher l’invasion par la Russie des Etats Baltes et une attaque avec d’importants moyens amphibies de Taiwan par la Chine.

Il reste à voir si ces deux objectifs resteront d’actualité pour la présidence Biden dans la prochaine National Defense Strategy qui devrait être publiée rapidement. Il semble que l “integrated deterrence,” selon le mot du Secrétaire à la Défense Lloyd Austin, deviendra une priorité. Il s’agira de faire de ce concept d’intégration un objectif s’imposant à toute l’administration fédérale. Mais comment y arriver connaissant la spécificité et le refus de coopérer des différentes armes.

La tâche sera facilitée pour l’Administration Biden. Il apparaît aujourd’hui que le Kremlin, faute de ressources, n’a pas l’intention de conduire des « opérations militaires spéciales » au delà de ses frontières avec l’Ukraine. Quant à Pékin, il n’a ni les moyens ni sans doute l’intérêt permettant un quelconque débarquement sérieux en franchissant le détroit de Taiwan

07/02/2022 Il se confirme que les spermatozoïdes sont des moteurs de l’évolution chez les mammifères

Chez les mammifères, les plus connus étant les humains, la concurrence darwinienne pour la survie ne se produit pas seulement au niveau des comportements des individus, de la naissance jusqu’à la mort. Elle a lieu de façon déterminante cher les futurs parents, avant la fécondation.

Elle repose en particulier sur la concurrence que se livrent après la pénétration et au moment de l’éjaculation des millions de spermatozoïdes provenant du mâle . Les spermatozoïdes, ou gamètes mâles, sont de petites cellules (3µ de large et 60µ de long) très mobiles dont la structure a pour but d’amener les chromosomes paternels à l’intérieur de l’ovocyte. L’ovocyte est la cellule reproductrice féminine, Les ovocytes sont stockés dans les ovaires (ovaire droit et ovaire gauche) depuis la naissance., en attendant un éventuel rapprochement avec un spermatozoïde;

Au moment de l’éjaculation, des millions de spermatozoïdes se lancent dans une course pour décider lequel aura la chance de rencontrer l’ovule et ainsi transmettre son patrimoine génétique. Mais leur course commence bien avant ce départ, dans les testicules, où chaque spermatozoïde se prépare pour la course.

A ce moment-là, lors d’un processus nommé spermatogenèse, le génome de ces cellules se charge de mutations à une vitesse accélérée, selon une étude publiée le 21 décembre 2022 dans la revue Nature ) Et si jamais ces mutations favorisent la reproduction, le spermatozoïde ou ses descendants auront des atouts supplémentaires pour affronter cette compétition.

Cette accumulation de mutations survient pendant la dernière étape de la spermatogenèse, lorsque le génome de ces cellules est compacté au maximum. “Durant cette étape, une grande partie des histones (des protéines autour desquelles l’ADN est enroulé),  est remplacée par d’autres protéines appelées protamines, afin de condenser l’ADN dans la tête du spermatozoïde”, selon Florent Murat, chargé de recherche à l’Inrae à Rennes et auteur de l’étude (https://www6.rennes.inrae.fr/lpgp/Les-chercheurs/Florent-Murat)

Référence

The molecular evolution of spermatogenesis across mammals

Nature 
volume613,  pages 308–316 (2023

Abstract

The testis produces gametes through spermatogenesis and evolves rapidly at both the morphological and molecular level in mammals1,2,3,4,5,6, probably owing to the evolutionary pressure on males to be reproductively successful7. However, the molecular evolution of individual spermatogenic cell types across mammals remains largely uncharacterized. Here we report evolutionary analyses of single-nucleus transcriptome data for testes from 11 species that cover the three main mammalian lineages (eutherians, marsupials and monotremes) and birds (the evolutionary outgroup), and include seven primates. We find that the rapid evolution of the testis was driven by accelerated fixation rates of gene expression changes, amino acid substitutions and new genes in late spermatogenic stages, probably facilitated by reduced pleiotropic constraints, haploid selection and transcriptionally permissive chromatin. We identify temporal expression changes of individual genes across species and conserved expression programs controlling ancestral spermatogenic processes. Genes predominantly expressed in spermatogonia (germ cells fuelling spermatogenesis) and Sertoli (somatic support) cells accumulated on X chromosomes during evolution, presumably owing to male-beneficial selective forces. Further work identified transcriptomal differences between X- and Y-bearing spermatids and uncovered that meiotic sex-chromosome inactivation (MSCI) also occurs in monotremes and hence is common to mammalian sex-chromosome systems. Thus, the mechanism of meiotic silencing of unsynapsed chromatin, which underlies MSCI, is an ancestral mammalian feature. Our study illuminates the molecular evolution of spermatogenesis and associated selective forces, and provides a resource for investigating the biology of the testis across mammals.

06/02/2023 À qui appartiennent des empreintes de pieds humains vieilles de 300 000 ans ?

Ref. https://theconversation.com/a-qui-appartiennent-ces-empreintes-de-pieds-vieilles-de-300-000-ans-195953

Au cours de leurs recherches sur l’évolution humaine, les paléoanthropologues se concentrent généralement sur des restes osseux fossilisés. Toutefois, un autre type de vestige est de plus en plus utilisé : les empreintes de pieds laissées par nos prédécesseurs et conservées à travers le temps. À la différence des restes osseux, les empreintes ouvrent une fenêtre sur de brefs moments de vie d’individus disparus. Par cette échelle temporelle très particulière, leur étude fournit de nombreuses informations inédites sur les comportements locomoteurs mais aussi la composition de groupes ayant vécu il y a des centaines de milliers voire millions d’années. Malheureusement, les empreintes de pieds fossiles sont particulièrement rares du fait de leur fragilité. Quand elles sont découvertes, un véritable travail d’enquête commence.

En 2020, 87 empreintes de pieds ont été découvertes au pied de la falaise d’Asperillo sur la côte de l’espace naturel de Doñana, au sud-ouest de l’Espagne.

Lors de la première étude de ces empreintes, publiée dans la revue Scientific Reports en 2021 (voir ci-dessous) il est apparu qu’elles avaient été laissées par un groupe composé d’enfants, d’adolescents et d’adultes. Afin d’estimer l’âge de ces individus à partir de leurs empreintes de pieds les scientifiques se sont référés à des traces analogues.

Précédemment des individus d’âges variés avaient laissé des empreintes dans un sol similaire à celui de Doñana. Les empreintes ont ensuite été mesurées et des relations statistiques avaient été établies entre les dimensions des empreintes et leurs caractéristiques biologiques telles que leur taille ou leur âge. Ces relations ont alors été appliquées aux empreintes fossiles qui avaient été mesurées. Par ailleurs, l’emplacement de ces empreintes qui se trouvaient derrière des traces animales bien identifiées (oiseaux, cerfs, bovins…) ont laissé penser qu’elles appartenaient à d’éventuels chasseurs provenant de ce groupe préhistorique.

L’une des questions était de savoir à quelle espèce humaine appartenaient ceux qui avaient laissé ces empreintes. Dans la plupart des cas les empreintes de pieds ne sont pas associées à une espèce sur la base de critères anatomiques, comme le sont les restes osseux fossiles, mais à partir du contexte chronologique.

C’est pourquoi les chercheurs ont attribué ces empreintes à des Néandertaliens sur la base de la seule référence temporelle disponible, une date de 106 000 ans obtenue lors d’une étude du site réalisée au milieu des années 2000. Une telle attribution se justifiait car les Néandertaliens étaient la seule espèce connue à occuper la péninsule ibérique et plus largement l’Europe de l’ouest à cette date.

Cependant, en continuant l’étude de ce site, les chercheurs ont procédé à un échantillonnage du sol où ont été découvertes les empreintes afin d’obtenir des datations plus précises. Les résultats de cette étude publiés en octobre dans la revue Scientific Reports et référencés ci-dessous sont surprenants : le sol n’est pas daté de 106 000 mais de 296 000 ans. Les empreintes sont donc beaucoup plus vieilles qu’estimées.

Cette différence dans les dates obtenues est non seulement due aux avancées méthodologiques dans les techniques utilisées pour étudier les empreintes mais également à la position des échantillons datés, positions insistant davantage sur le niveau des empreintes que les premières datations

La nouvelle datation a placé les empreintes dans un nouveau contexte géographique et environnemental. Le continent européen était sur le point de subir un changement climatique radical il y a 300 000 ans. Des conditions relativement chaudes faisaient place à des conditions beaucoup plus froides, précurseur d’une ère glaciaire. À cette époque, le niveau de la mer sur le continent européen était en moyenne 60 mètres en dessous de son niveau actuel. Le littoral du sud-ouest de l’Espagne était alors à 20 ou 25 kilomètres au large de sa position actuelle.

Outre ces changements environnementaux et géographiques, cette nouvelle chronologie est à l’origine d’une question essentielle : est-ce que des Néandertaliens ont vraiment réalisé ces empreintes ? Pour répondre à cette question, il a fallu se pencher sur les archives paléontologiques pour savoir quelle espèce était présente il y a 296 000 ans au cours de la période appelée le Pléistocène moyen.

Selon les paléoanthropologues, les individus ayant vécu au cours de cette époque appartenaient à la « lignée néandertalienne ». Une « lignée » comme la « lignée néandertalienne » ou la « lignée humaine » est composée de plusieurs espèces apparentées. La « lignée néandertalienne » est ainsi composée de Néandertaliens, aussi appelés Homo neanderthalensis, et d’une espèce plus ancienne, Homo heidelbergensis, dont certains seraient à l’origine des Néandertaliens.

Malheureusement, les restes osseux fossiles datant de cette période sont relativement pauvres et dispersés non seulement temporellement mais aussi géographiquement. Ils montrent cependant que les premiers Néandertaliens et les derniers Homo heidelbergensis étaient tous les deux présents en Europe lorsque les empreintes de Doñana ont été réalisées.

Les autres sites où des empreintes de pieds ont été découvertes ne sont pas d’une grande aide. En effet, dans tout le Pléistocène moyen européen, seuls quatre sites ont livré des empreintes : Terra Amata en France (380 000 ans), Roccamonfina en Italie (345 000 ans), Biache-Vaast en France (236 000 ans) et Theopetra en Grèce (130 000 ans). Alors que les empreintes des deux premiers sites ont été attribués à Homo heidelbergensis, celles des deux suivants ont été attribuées à Homo neanderthalensis.

La présence de deux espèces en Europe au cours de cette période rend complexe une attribution des empreintes de Doñana à l’une ou l’autre de ces espèces. Une option serait de comparer les caractéristiques reflétées par les empreintes de pieds à l’anatomie des pieds des deux espèces pour savoir de quelle espèce elles se rapprochent le plus. Toutefois, les restes de pieds datant du Pléistocène moyen ne sont que peu connus. Ils sont presque tous issus du site espagnol de Sima de Los Huesos près d’Atapuerca et apparentés à Homo neanderthalensis.

Par ailleurs, ces restes sont très fragmentaires et aucun pied complet n’a été retrouvé pour le moment. En outre, la morphologie d’une empreinte ne résulte pas uniquement des caractéristiques anatomiques mais aussi d’autres facteurs comme la nature du sol (son humidité, sa granulométrie, sa minéralogie…). Il est donc rare de trouver des empreintes de pieds reflétant des caractéristiques anatomiques parfaitement conservées (traces des orteils, voûte plantaire…) et encore plus rare dans les milieux dunaires comme à Doñana où les empreintes peuvent être endommagées et détruites par l’action du vent et des marées.

L’attribution de ces empreintes à l’une ou l’autre espèce est également compliquée par l’absence de consensus chez les paléoanthropologues concernant la lignée néandertalienne et la définition d’Homo heidelbergensis. Différents modèles d’évolution ont été proposés, mais cette question est encore loin d’être résolue, étant donné la rareté des archives fossiles et la complexité des relations évolutives soulignées par les dernières études sur l’ADN ancien.

Ainsi, les empreintes de pieds de Doñana ont probablement été laissées par des individus appartenant à la lignée néandertalienne. Savoir qui des Néandertaliens ou de leurs ancêtres apparentés, les Homo heidelbergensis, ont laissé ces traces est une question encore ouverte. Malgré ces incertitudes, le site de Doñana complète considérablement les connaissances sur les occupations des humains en Europe au cours du Pléistocène et sur l’évolution qui s’en est suivie.

Pour en savoir plus, voir

Nature Scientific Reports 
volume 11, Article number: 4103 (2021)
 Published: 11 March 2021

Abstract

Here, we report the recent discovery of 87 Neandertal footprints on the Southwest of the Iberian Peninsula (Doñana shoreline, Spain) located on an upper Pleistocene aeolian littoral setting (about 106 ± 19 kyr). Morphometric comparisons, high resolution digital photogrammetric 3D models and detailed sedimentary analysis have been provided to characterized the footprints and the palaeoenvironment. The footprints were impressed in the shoreline of a hypersaline swamped area related to benthic microbial mats, close to the coastline. They have a rounded heel, a longitudinal arch, relatively short toes, and adducted hallux, and represent the oldest upper Pleistocene record of Neandertal footprints in the world. Among these 87 footprints, 31 are longitudinally complete and measure from 14 to 29 cm. The calculated statures range from 104 to 188 cm, with half of the data between 130 and 150 cm. The wide range of sizes of the footprints suggests the existence of a social group integrated by individuals of different age classes but dominated, however, by non-adult individuals. The footprints, which are outside the flooded area are oriented perpendicular to the shoreline. These 87 footprints reinforce the ecological scenario of Neandertal groups established in coastal areas.

05/02/2023 La prochaine guerre mondiale est-elle engagée ?

Oui, pense Zoltan Pozsar, expert financier au Crédit Suisse. Il l’avait déjà souligné, dans son dernier essai Guerre et paix . Il y indiquait que cette guerre était bien engagée, en énumérant simplement les événements de 2022 :

  • Le blocus financier de la Russie par le G7
  • Le blocus énergétique de l’UE par la Russie
  • Le blocus technologique de la Chine par les États-Unis (l’Amérique prépositionne des sites pour soutenir les opérations).
  • Le blocus naval de Taïwan par la Chine (la Chine montre qu’elle est prête)
  • Le « blocus » américain du secteur des véhicules électriques de l’UE avec la loi sur la réduction de l’inflation.
  • Le « mouvement de tenaille » de la Chine autour de l’ensemble de l’OPEP+ avec la tendance croissante à facturer les ventes de pétrole et de gaz en renminbi.

Cette liste équivaut à un  bouleversement  géopolitique majeur – éloignant de manière décisive le monde de la soi-disante  » vie d’avant  » (à laquelle tant de membres de la classe des consommateurs aspirent ardemment à à retrouver) vers un état de guerre intermédiaire.

La liste de Pozsar montre que les plaques tectoniques de la géopolitique sont sérieusement en mouvement – des mouvements qui s’accélèrent et s’entremêlent de plus en plus, mais qui sont encore loin d’être stabilisés. La « guerre » sera probablement un élément perturbateur majeur (au minimum), jusqu’à ce qu’un certain équilibre soit rétabli. Et cela peut prendre quelques années.

Quoi qu’il en soit, Pozsar nous laisse quatre conclusions économiques clés (avec de brefs commentaires) Elle ne surprendront, il faut le dire, que ceux qui n’ont pas étudié les deux guerres mondiales du 20 siècle :

Ainsi la guerre crée une dynamique financière nouvelle et façonne une pensée différente. Plus important encore, la  guerre  n’est pas un phénomène stable. Elle peut commencer par des frappes mesquines sur l’infrastructure d’un rival, puis, à chaque fois que la tâche progresse, glisser vers une guerre totale. Dans sa guerre contre la Russie, l’OTAN ne se contente pas d’élargir sa mission, elle intervient sur le terrain, craignant une humiliation de l’Ukraine dans le sillage de la débâcle de l’Afghanistan.

L’UE espère arrêter ce glissement bien avant une guerre totale. Il s’agit néanmoins d’une pente très glissante. Le but de la guerre est d’infliger de la souffrance et d’affaiblir l’ennemi. Dans cette mesure, elle est ouverte à la mutation. Les sanctions formelles et les plafonds sur l’énergie se transforment rapidement en sabotage de pipelines ou en saisie de pétroliers.

La Russie et la Chine, cependant, ne sont certainement pas naïves. Elles se sont occupées à mettre en place leur propre théâtre de guerre, avant un potentiel affrontement plus large avec l’OTAN. Elles peuvent désormais prétendre avoir établi une relation stratégique, non seulement avec l’OPEP+, mais aussi avec l’Iran et les principaux producteurs de gaz. La Russie, l’Iran et le Venezuela représentent environ 40 % des réserves pétrolières prouvées dans le monde, et chacun d’entre eux vend actuellement du pétrole à la Chine pour des renminbis et non du dollar avec une forte décote. Les pays arabes du CCG représentent 40 % supplémentaires des réserves pétrolières prouvées et sont courtisés par la Chine pour qu’ils acceptent des renminbis pour leur pétrole, en échange d’investissements transformateurs. Il s’agit d’un nouvel espace de combat important qui se prépare – mettre fin à l’hégémonie du dollar

La partie adverse a porté le coup initial, en sanctionnant la Russie, c’est-à-dire la moitié de la production de l’OPEP et ses 40 % de réserves pétrolières mondiales. Cette tentative a échoué : l’économie russe a survécu et, sans surprise, les sanctions ont fait perdre ces États à l’Europe, qui les a cédés politiquement à la Chine.

Entre-temps, la Chine courtise l’autre moitié de l’OPEP avec une offre difficile à refuser : « Au cours des « trois à cinq prochaines années », la Chine ne paiera pas seulement plus de pétrole en renminbi – mais, plus important encore, elle paiera  avec de nouveaux investissements dans les industries pétrochimiques aval en Iran, en Arabie saoudite et, plus largement, dans le Golfe.

Le point essentiel ici est, qu’à l’avenir, une plus grande partie de la « valeur ajoutée » (au cours de la production) sera captée localement, au détriment des industries occidentales. Ou, en d’autres termes, l’axe Chine-Russie allume les feux d’une insurrection structurelle contre l’Occident dans une grande partie du reste du monde.. Ses actions visent à « faire bouillir lentement la grenouille » (expression suisse signifiant cuire à petit feu) non seulement l’hégémonie du dollar, mais aussi celle d’une économie occidentale désormais peu compétitive.

Cela ne semble peut-être pas si évident, mais il s’agit d’une guerre financière. Si l’UE se contente de choisir la « solution de facilité » pour sortir de sa situation de non-compétitivité (en accordant des subventions pour permettre des importations à forte marge), cela signifiera pour elle beaucoup moins de production intérieure – et plus d’inflation – car les alternatives qui gonflent les prix sont importées de l’Est. L’Occident, qui prend la « décision facile » (puisque sa stratégie en matière de renouvelables n’a pas été bien réfléchie), constatera probablement que l’arrangement se fera au détriment de la croissance.

L’Europe sera particulièrement touchée. Elle a choisi de devenir dépendante du Gaz de Schiste GNL américain, juste au moment où la production des gisements de schiste américains a atteint son maximum, la production existante étant probablement destinée au marché intérieur américain. Il n’est pas nécessaire de réfléchir, ni de prendre des décisions difficiles, lorsque les dirigeants ont la conviction inébranlable que l’Occident est le centre de l’univers. Il suffit de remettre à plus tard, en attendant que l’inexorable se déploie.

L’histoire récente des guerres éternelles menées par les États-Unis est une preuve supplémentaire de cette lacune occidentale : ces guerres zombies s’éternisent pendant des années sans justification plausible, pour être ensuite abandonnées sans cérémonie. La logique stratégique a toutefois été plus facilement supprimée et oubliée lors de guerres d’insurrection – par opposition à la lutte contre deux États concurrents bien armés et comparables.

Le même dysfonctionnement s’est manifesté dans de nombreuses crises occidentales à évolution lente : néanmoins, nous persistons… parce que la protection de la psychologie fragile de nos dirigeants – et d’un secteur influent de l’opinion publique – est prioritaire. L’incapacité d’envisager de perdre pousse nos élites à préférer le sacrifice de leur propre peuple, plutôt que de voir leurs illusions démasquées.

Par conséquent, la réalité ne doit pas être reniée. Nous vivons un entre-deux insaisissable – tant de choses se passent, mais si peu de mouvement. Ce n’est que lorsque le déclenchement de la crise ne pourra plus être ignoré – même par les médias et les censeurs de la technologie – qu’un effort réel pourra être fait pour s’attaquer aux causes profondes.

05/02/2023 Il faut encore augmenter le budget militaire américain

Le budget militaire fédéral des Etats-Unis devrait être encore augmenté. C’est ce qu’affirme le site southfront.org (référence ci-dessous), qui ne se cache pas de faire écho, en tous domaines intéressant la défense, aux exigences du Complexe militaro-industriel américain.

Rappelons que cette structure dirige discrètement les Etats-Unis à la place d’un pouvoir fédéral devenu impuissant, non pas seulement du fait de l’état mental de l’actuel président mais parce que ces questions, dans tous les Etats, y compris les démocraties européennes, doivent se décider hors toute transparence.
__________________________________________

Voici ce qu’écrit SouthFront le 3 février 2023 (traduction due à https://www.dedefensa.org/article/impuissance-de-lusine-a-gaz/

Alors que Washington a promis d’envoyer près de 30 milliards de dollars d’aide militaire à l’Ukraine, ainsi de reconstituer ses propres réserves, le Pentagone a jusqu’à présent signé des contrats pour moins de 10 milliards de dollars, selon le Wall Street Journal.

Dans le même temps, les nouveaux contrats importants n’ont pas encore entraîné un boom chez les entrepreneurs militaires du Pentagone, qui sont confrontés à des défaillances dans la chaîne d’approvisionnement, à un marché du travail difficile et au processus d’acquisition d’armes, qui peut s’étendre sur des années.

Lockheed Martin Corp, l’une des plus grandes entreprises de défense au monde, qui produit les missiles antichars Javelin et les lance-roquettes HIMARS, a déclaré qu’elle s’attendait à une baisse de ses ventes annuelles pour la deuxième année consécutive. Le partenaire de Lockheed, Raytheon Technologies Corp, ne s’attend pas non plus à une forte augmentation des ventes avant 2024.

Le secteur américain de la défense est en baisse d’environ 6 % depuis le début de l’année, soit une performance inférieure de 12 points de pourcentage à celle du marché boursier en général.

Un gros problème pour les fabricants d’armes américains est l’écart entre les déclarations du Pentagone sur le montant de l’assistance militaire à l’Ukraine et les sommes qu’il consacre réellement à l’achat de nouvelles armes auprès des entreprises de défense.

Les taux élevés de consommation de munitions ont également été une surprise pour les productions militaires américaines, écrit le WSJ.

En décembre, l’Ukraine avait dépensé autant de missiles Stinger que les États-Unis en avaient produit en 13 ans, ainsi que des missiles pour les complexes Javelin fabriqués en 5 ans, écrit le Wall Street Journal.

Les entreprises de défense américaines tentent de faire face aux commandes, en surmontant les problèmes de pénurie de main-d’œuvre et les difficultés de production, qui résultent de la nécessité d’accroître rapidement la production.

Auparavant, le secrétaire d’État américain à la marine Carlos del Toro avait prévenu que la prolongation du conflit en Ukraine pendant six mois ou un an constituerait une menace pour les chaînes d’approvisionnement du complexe militaro-industriel américain.

À la mi-novembre déjà, CNN, citant des sources, faisait état de l’épuisement des stocks de certains types d’armes et de munitions dans l’armée américaine. Notamment les munitions d’artillerie de 155 mm et les systèmes antiaériens portables Stinger, les missiles antiradar HARM, les missiles surface-surface GMLRS et les systèmes antichars portables Javelin.

Référence (parfois inaccessible)

https://southfront.org/us-fail-to-meet-needs-of-war/

04/03/2023. Avenir de l’homo sapiens

Nous sommes soumis à deux types d’évolution agissant simultanément
– Convergence évolutive
https://fr.wikipedia.org/wiki/Convergence_%C3%A9volutive
– Mutation adaptative
https://www.cairn.info/revue-bulletin-d-histoire-et-d-epistemologie-des-sciences-de-la-vie-2011-1-page-79.htm

Demain, la seconde pourrait sur la courte période, succéder à l’autre ou tout au moins l’accélérer.. Mais dans quel sens finalement ? Vers l’ Homo sapiens (femina sapienta) artificialis

Pour en savoir plus

Les primates – du latin primas, -atis, signifiant « celui qui occupe la première place » – constituent un ordre se situant au sein des mammifères placentaires. Ce clade regroupe les petits singes et les grands anthropoïdes, ainsi que les espèces de strepsirrhiniens comme les lémuriens. Un clade, aussi appelé groupe monophylétique, est un groupe d’organismes, vivants ou ayant vécu, comprenant un organisme particulier et la totalité de ses descendants.

Les primates correspondent à un ordre de mammifères , regroupant entre autres les singes, les lémuriens, les loris, les tarsiers ou l‘Homme.

Les singes sont des mammifères de l’ordre des primates, généralement arboricoles, à la face souvent glabre et caractérisés par un encéphale développé et de longs membres terminés par des doigts

Les Hominidés sont des Mammifères primates à locomotion partiellement ou totalement bipède, présentant de fortes aptitudes à la vie sociale et à l’apprentissage, tel que l’homme actuel et les espèces fossiles les plus voisines considérées comme des ancêtres possibles de notre espèce.

Les Hominina sont une sous-tribu d’hominidés qui inclut le genre Homo et les genres éteints apparentés, tels que les Australopithèques ou les Paranthropes. Cette sous-tribu rassemble toutes les espèces de la lignée humaine, qui s’est séparée de la lignée des chimpanzés (Panina) il y a au moins 7 millions d’années. Le caractère le plus notable reconnu aux Hominina est la bipédie, alors que les chimpanzés et les gorilles sont quadrupèdes. Le terme scientifique Hominina se traduit en français par hominines ou par hominiens selon les auteurs.

La radiation évolutive est l’apparition accélérée de nouvelles espèces à partir d’un ancêtre commun. Un mécanisme important générateur de radiations est la divergence écologique, autrement dit lorsque des barrières de reproduction se développent suite à l’occupation d’habitats différents https://fr.wikipedia.org/wiki/Radiation_%C3%A9volutive

03/02/2023 Faire revivre le dodo

A partir de quel moment une espèce peut-elle être considérée comme définitivement disparue ?

La société de biotechnologies et de génie génétique Colossal Biosciences a l’intention de faire revivre le dodo.  Pour ce faire, la firme vient de lever 150 millions de dollars (environ 137,5 millions d’euros). Début 2022, Colossal avait déjà récolté 75 millions de dollars auprès d’investisseurs variés, dont le United States Innovative Technology Fund, Breyer Capital ou In-Q-Tel, la société de capital-risque de la CIA.

« Le dodo est un symbole de l’extinction causée par l’homme », a expliqué à l’agence Associated Press Ben Lamm, cofondateur et PDG de Colossal Biosciences, dont un pôle travaille spécifiquement sur les technologies génétiques liées aux oiseaux. Ramener le dodo à la vie ne rapportera rien à l’entreprise, assure-t-il. Mais ces recherches pourraient avoir d’autres applications dans le domaine de la santé humaine.

Colossal vise plus loin, mais elle préfère ne pas en parler. Elle développe notamment des outils pour modifier simultanément plusieurs parties du génome et travaille sur un « utérus artificiel » pour son mammouth.

Pour mener à bien son projet, Colossal s’intéresse au plus proche parent vivant du dodo : le nicobar à camail, aussi appelé pigeon de nicobar. Beth Shapiro, biologiste moléculaire et membre du conseil consultatif scientifique de Colossal, étudie le dodo depuis le début des années 2000. Elle a passé des années à chercher son ADN et en a finalement trouvé dans un spécimen conservé au Musée d’histoire naturelle de Copenhague.

Il est possible de mettre les cellules modifiées dans des œufs en développement d’autres oiseaux, tels que des pigeons ou des poulets, pour créer une progéniture qui peut à son tour produire naturellement des œufs de dodo.

La perspective de ressusciter des espèces disparues ne fait pas l’unanimité dans la communauté scientifique. Plusieurs chercheurs interrogés par Associated Press ont fait part de leur scepticisme sur cette possible action« Empêcher les espèces de disparaître devrait être notre priorité. Et dans la plupart des cas, c’est beaucoup moins cher ».

Rappelons que ces questions relèveront de plus en plus souvent du confidentiel défense. Désactiver les fonctions génétiques d’humains considérés comme des adversaires ou activer dans un sens différent celles de ses propres combattants fait partie des réflexions à long terme. Agir sur un génome devrait pouvoir avoir dans certains cas des effets rapides, sans obliger à attendre la génération suivante.

Par ailleurs, en robotique on parlera de génomes artificiels..

Référence

When did the dodo become extinct?

Nature 
volume426, page 245 (2003)

Abstract

The extinction of the dodo (Raphus cucullatus L.(Fig. 1) is commonly dated to the last confirmed sighting in 1662, reported by Volkert Evertsz on an islet off Mauritius. By this time, the dodo had become extremely rare — the previous sighting having been 24 years earlier — but the species probably persisted unseen beyond this date. Here we use a statistical method to establish the actual extinction time of the dodo as 1690, almost 30 years after its most recent sighting.

Its last confirmed sighting was in 1662, although an escaped slave claimed to have seen the bird as recently as 1674. In fact, it is estimated by using a Weibull distribution method that the dodo may have persisted until 1690, almost 30 years after its presumed extinction date. Although gone forever, the dodo’s lumbering appearance in Lewis Carroll’s Alice’s Adventures in Wonderland has ensured that it will not be forgotten.

01/02/2023. Sur l’origine possible des peintures de l’âge de pierre

Les paléoanthropologues s’interrogent aujourdhui sur la signification qu’avaient pour les homo sapiens de l’âge de pierre (entre 40.000 et 20.000 bp) les signes muraux qu’ils ont laissées dans de nombreuses grottes et caves en Europe, les plus célèbres étant celles de Lascaux ou Chauvet en France, d’Altamira en Espagne. En dehors d’images figuratives bien connues représentant des bisons, des chevaux ou des daims, on y voit le plus souvent de petites lignes de traits ou de points dont la raison n’était pas jusqu’ici apparue. On retrouve aussi de tels symboles sur des os sculptés présents dans ces grottes.

L’anthropologue amateur Ben Bacon et une équipe de l’université de Londres avaient récemment décidé de construire une base de donnés informatisée recensant un grand nombre de ces symboles et de leur environnement graphique. Très vite ils y virent en utilisant des outils d’analyse statistique les marques d’un protolangage écrit servant à désigner les dates et les habitudes de reproduction des espèces que ces hommes avaient l’habitude de chasser

(Voir https://www.cbc.ca/radio/asithappens/ice-age-cave-symbols-1.6708025)

Il faudra approfondir ces recherches. En effet nul n’ignore qu’un langage social un tant soit peu complexe n’apparait et ne se généralise pas spontanément. De tels langages sont fait de conventions supposant de nombreux arbitrages émanant d’autorités reconnues suffisamment solides pour se faire entendre et durer à l’échelle des siècles et des continents. A des époques où la communication et la mémorisation sociale n’étaient pas écrites, quelles autorités avaient la possibilité de faire de tels choix et de les imposer.

On fera valoir que dans les innombrables proto-langages animaux, de telles questions se sont toujours posées et trouvent des réponses durables.

31/01/2022. La mission Juice de l’Agence Spatiale Européenne

Le programme Cosmic Vision (Vision cosmique) est le programme spatial scientifique de l’Agence spatiale européenne pour la décennie 2015-2025. Il comporte plusieurs missions réparties dans trois classes (mission moyenne, lourde, de petite taille). Courant 2015, quatre missions de classe moyenne (coût intermédiaire) et deux missions de classe lourde ont été sélectionnées ou sont sur le point de l’être avec un lancement programmé entre 2017 et 2025. Les missions sélectionnées sont l’observatoire solaire Solar OrbiterEuclid, un satellite qui doit étudier l’énergie sombreJUICE chargée d’observer les satellites de Jupiter et le télescope spatial PLATO détecteur d’exoplanètes. Le programme Cosmic Vision ne comprend pas les projets de l’Agence spatiale européenne d’exploration de la planète Mars et de la Lune.

Mission JUICE

JUICE est la première mission de catégorie L (grande mission) retenue dans le cadre du programme Vision cosmique 2015-2025 de l’ESA.

Elle sera lancée en 2022 depuis le port spatial de l’Europe à Kourou (Guyane française) par une Ariane 5 et atteindra Jupiter en 2030, où elle passera au moins trois ans à procéder à des observations détaillées.

Les différentes lunes galiléennes de Jupiter – Io et ses volcans, Europa et ses glaces, ainsi que Ganymède et Callisto constituées de glace et de roches – font du système jovien un véritable Système solaire miniature.

Europa, Ganymède et Callisto étant toutes trois supposées abriter des océans internes, la mission se concentrera sur la recherche de traces de vie, afin de répondre à deux questions clés de Vision cosmique : quelles sont les conditions qui entourent la formation des planètes et l’émergence de la vie, et comment fonctionne le Système solaire ?

JUICE étudiera en continu l’atmosphère et la magnétosphère de Jupiter, ainsi que les interactions de ses lunes avec la géante gazeuse.

Elle visitera Callisto, objet du Système solaire qui comporte le plus grand nombre de cratères, et effectuera deux survols d’Europa. JUICE mesurera pour la première fois l’épaisseur de la croute glacée d’Europa et recensera des sites adaptés à une future exploration in situ.

Le satellite se mettra ensuite en orbite autour de Ganymède en 2032, d’où il étudiera la surface glacée et la structure interne de cette lune, ainsi que son océan de subsurface.

Ganymède est la seule lune du Système solaire à générer son propre champ magnétique et JUICE observera en détail les interactions magnétiques et plasmiques sans équivalent de ce champ avec la magnétosphère jovienne.

« Jupiter est l’archétype des planètes géantes du Système solaire et de nombre des planètes géantes qui se trouvent autour d’autres étoiles » explique Alvaro Giménez Cañete, Directeur Science et Exploration robotique à l’ESA.

« JUICE nous donnera un meilleur aperçu de la façon dont se forment les géantes gazeuses et les mondes qui gravitent autour, ainsi que de leurs possibilités d’abriter de la vie. »

Rappel

L’annonce de ce jour est l’aboutissement d’une procédure engagée en 2004 lorsque l’ESA a consulté la communauté scientifique pour décider quels seraient les objectifs de l’Europe en matière d’exploration spatiale pour les 10 ans à venir.

Le programme Vision cosmique 2015-2025 qui en a découlé s’est fixé quatre axes : Quelles sont les conditions qui entourent l’émergence de la vie et la formation des planètes ? Comment le Système solaire fonctionne-t-il ? Quelles sont les lois fondamentales qui régissent l’Univers ? Comment l’Univers est-il né et de quoi est-il constitué ?

En 2007, un « appel à missions » a été publié sur la base de ces axes et un certain nombre de missions de classe L ont été envisagées.

« Il a été difficile de choisir une mission, les trois candidates étant excellentes. Elles sont toutes susceptibles de produire des résultats scientifiques de premier plan et de placer l’Europe à l’avant-garde de la recherche spatiale » ajoute Monsieur Giménez Cañete.

« JUICE est une étape nécessaire à la future exploration de notre Système solaire externe ».

La haute valeur scientifique du NGO et d’ATHENA a également été reconnue par le Comité du programme scientifique dans sa décision d’aujourd’hui, puisqu’il est prévu de poursuivre des activités technologiques, pour permettre à ces missions d’être candidates à de futures occasions de lancement.

Programme Cosmic Vision

  • Les petites missions (classe S) dont le coût est plafonné à 50 millions d’euros. Cette catégorie a été ajoutée au début des années 2010.

Synthèse des missions sélectionnées ou prévues (m-à-j : mars 2022)

Code missionTypeMission sélectionnée ou candidatsDate de lancementStatutType enginObjectif
L1Mission lourdeJUICE (ex JGO)20233En développementSonde spatiale de type orbiteurÉtude des satellites galiléens de Jupiter
L2Mission lourdeATHENA20314
(initialement 2028)
En développement
(sélectionnée en mars 2018)
Télescope rayons XThème : l’univers chaud et énergétique
L3Mission lourdeLISA20325
(initialement 2034)
En développement
(sélectionnée en juin 2017)
Constellation de 3 satellitesMesures des ondes gravitationnelles
M1Mission moyenneSolar Orbiter10 février 2020En coursSonde spatiale de type orbiteurObservatoire solaire
M2Mission moyenneEuclid20236En développementTélescope lumière visible/infrarougeÉtude de l’énergie sombre
M3Mission moyennePLATO2026En développementTélescopeDétection d’exoplanètes
M4Mission moyenneARIEL2028En développementTélescope InfrarougeAtmosphère des exoplanètes
M5Mission moyenneEnVision2031-2033En développementSonde spatiale de type orbiteurÉtude de Vénus
S1Petite missionCHEOPS18 décembre 2019En coursTélescope lumière visible/infrarougeMesure des caractéristiques des exoplanètes. En coopération avec la Suisse.
S2Petite missionSMILEFin 20247En développement
(sélectionnée en juin 2015)
Orbiteur terrestreÉtude de la magnétosphère. En coopération avec la Chine.

30/01/2023. Les illusions de Volodymyr

Volodymyr Zelinsky croit-il vraiment que l’Ukraine puisse gagner une guerre contre la Russie ?

Nous évoquons ici une guerre menée avec des moyens conventionnels. On peut penser que si jamais l’armée ukrainienne recevait des Etats-Unis des armements nucléaires dits de basse intensité et s’en servait contre l’armée russe, il en résulterait avec la Russie une guerre nucléaire elle-même initialement de basse intensité mais qui dégénèrerait rapidement en guerre nucléaire mondiale à laquelle ni l’Ouest ni l’Est lui-même ne survivraient.

Vladimir Poutine aurait lui-même récemment reconnu que sa décision de mener contre l’Ukraine une « opération militaire spéciale » mal préparée était une erreur. Il aurait mieux valu parler de conflit local et y affecter autre chose que des chars obsolètes, mal commandés et irréparables :

Ceci dit la leçon a été comprise. La Russie se dote progressivement des moyens humains et matériels nécessaire à une guerre certes locale mais moderne. On peut penser que dans quelques mois, surtout si l’armée russe reçoit les missiles autonomes intelligents dont elle serait en train de s’équiper, l’armée ukrainienne, aussi bien entraînée ou armée qu’elle soit, ne pourra plus grand chose contre elle.

Malgré la sympathie qu’il suscite à l’Ouest, Zélinzki peut-il espérer que ses alliés occidentaux se battront jusqu’au dernier homme pour lui conserver son empire ? A Washington qui a d’autres priorités, la réponse est clairement négative.