Les vœux de bonne année d’Emmanuel Macron aux Européens

Ceux-ci  ont été adressés aux Français lors d’une longue intervention au soir du 31 décembre. Du fait que la France présidera jusqu’à juillet 2022 le Conseil de l’Union européenne, ces voeux s’adressaient aussi à tous les citoyens européens.

Les voeux d’Emmanuel Macron ont été longuement étudiés et commentés par les observateurs politiques. Le contenu des proposition faites a généralement été approuvé, tant dans la forme que dans le fond.

Pour notre part, nous avons regretté que le discours ne propose aux européens aucun grand programme scientifique et technique. Ainsi, même si l’Europe pas le potentiel lui permettant de rivaliser avec les Etats-Unis et aujourd’hui la Chine assistée de la Russie dans le domaine de la conquête spatiale, elle pourrait faire plus qu’y consacrer les ressources constamment diminuées pour raison d’économies de l’Agence européenne ESA.

Au rythme actuel il est facile de prévoir qu’aucune implantation européenne durable ne se fera sur la Lune et a fortiori sur Mars dans les prochaines décennies.

On fera valoir que celle-ci n’aurait aucune influence pour diminuer la violence rendant peu vivables de plus en plus de banlieues des villes européennes (violence à laquelle Emmanuel Macron n’a d’ailleurs pas fait allusion dans son intervention). Mais ce serait sans doute une erreur. Aux Etats Unis le programme spatial est le seul domaine qui donne encore un peu d’unité à un pays aujourd’hui déchiré par les luttes internes.

L’échappement vaccinal

L’on désigne par ce terme la capacité qu’ont certains virus ou microbes de devenir insensibles aux vaccins jusqu’à présent efficaces à leur égard.

Il s’agit de la pire des hypothèses en période d ‘épidémie. Une personne vaccinée ayant jusqu’à présent constaté qu’elle échappait à la contamination se découvre contaminée et même, souvent, contaminante. Depuis que circulent des variants du SARS-CoV-2, une question cruciale se pose : les vaccins utilisés contre les souches « historiques » seront-ils aussi efficaces pour nous en protéger ?

Des études publiées dans la revue Cell suggèrent que certains variants du SARS-CoV-2 actuellement en circulation pourraient avoir la capacité d’échapper à l’immunité acquise, que ce soit lors d’une première infection par la souche « historique » du suite à la vaccination.

Si ces travaux indiquent que la vigilance est de mise, il est toutefois beaucoup trop tôt pour tirer des conclusions quant aux conséquences cliniques éventuelles, notamment quant aux types de vaccins à préférer.

Par contre, rien n’indique que le SARS-CoV-2 ne va pas continuer à muter, produisant des variants susceptibles d’échapper à tous les vaccins actuels. Dans ce cas s’engagerait une course de vitesse entre les virologues du monde entier cherchant à mettre au point des vaccins efficaces et le SARS-CoV-2 produisant des variants de plus en plus nombreux et diversifiés.

Accroissement rapide du nombre des migrants entrant en Europe

L’Italie a accueilli 440 migrants le 31 décembre 2021, débarqués par le navire Sea Watch affrété l’ONG allemande de même nom. Ceci porte le nombre d’accueils à plus de 67.000 sur l’ensemble de l’année écoulée, alors qu’il était de 34.154 personnes en 2020.

Selon l’ONG, le bateau est arrivé en milieu d’après-midi. «Nous avons des nouveau-nés qui souffrent des intempéries et risquent la déshydratation, des jeunes mères qui souffrent de brûlures dues au carburant et des jeunes hommes qui souffrent des intempéries et ont une toux attrapée à bord des bateaux instables sur lesquels ils voyageaient», a déclaré un médecin à bord du Sea Watch.

Le navire patrouille régulièrement au large de la Libye depuis novembre 2017 et vient au secours des embarcations de fortune des migrants qui tentent de traverser la mer Méditerranée. La même semaine, le ministère italien de l’Intérieur a autorisé un autre navire, le Geo Barents — affrété par Médecins sans frontières (MSF) —, à débarquer 558 migrants au port sicilien d’Augusta, également en Sicile.

Le nombre des migrants entrés en Italie ne cesse d’augmenter. Il en est de même de ceux ayant franchi légalement (et non clandestinement) les frontières des autres pays européens.

En tout, 67 040 migrants ont débarqué en Italie en 2021, selon le ministère italien de l’Intérieur, contre 34 154 en 2020, le record établi restant celui de 2016 avec 181 436 arrivées. D’après les chiffres publiés par le Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU le 26 décembre 2021, 114 500 migrants auraient débarqué en Europe, principalement en Italie, en Espagne, en Grèce, à Chypre et à Malte. Ce chiffre est supérieur également à celui de l’année précédente, où 95 031 arrivées avaient été enregistrés.

Faut-il s’en inquiéter? Ces chiffres ne devraient pas inquiéter. L’Europe est assez prospère pour accueillir un nombre de migrants bien supérieur. Il apparaît cependant que les organisations de type terroriste financés par les internationales islamiques du type de Daesh ont compris depuis longtemps l’intérêt de ce processus migratoire. De plus en plus d’individus ayant participé à des attentats en Europe sont entrés par la voie des migrations. Ils sont impossibles à détecter préventivement faute de moyens suffisants de police aux frontières.