23/12/2022 Eventuelle destruction du système solaire

Il suffirait d’une étoile trop rapprochée pour déséquilibrer et détruire le système solaire entier. Une recherche publiée dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, suggère qu’un « survol stellaire » – un événement qui se produit de manière très courante dans l’espace – pourrait mener à la catastrophe pour nos planètes.

Les survols stellaires contribuent à façonner les systèmes planétaires. Lorsque les étoiles circulent trop près d’un de ces systèmes, leur masse et leur attraction gravitationnelle peuvent avoir une influence comme, par exemple, modifier les orbites des planètes. Or, quand une planète se déplace, c’est toute la stabilité du système solaire qui est remise en cause. Ce changement est donc capable d’entraîner une collision entre toutes les planètes.

Deux chercheurs de l’Université de Toronto ont étudié cette possibilité, en simulant environ 3000 survols stellaires différents. 26 se sont terminés avec des planètes qui se sont écrasées les unes contre les autres, ou, pour ce qui nous concerne, avec l’éjection totale du système solaire d’Uranus, Neptune ou Mercure.

Référence

On the long-term stability of the Solar System in the presence of weak perturbations from stellar flybys
Garett Brown1,2 ID and Hanno Rein1,2,3 ID
1 Department of Physical and Environmental Sciences, University of Toronto at Scarborough, Toronto, Ontario M1C 1A4, Canada,
2 Department of Physics, University of Toronto, Toronto, Ontario, M5S 3H4, Canada,
3 Department of Astronomy and Astrophysics, University of Toronto, Toronto, Ontario, M5S 3H4, Canada
Draft version: 30 June 2022

ABSTRACT
The architecture and evolution of planetary systems are shaped in part by stellar flybys. Within this context, we look at stellar encounters which are too weak to immediately destabilize a planetary system but are nevertheless strong enough to measurably perturb the system’s dynamical state. We estimate the strength of such perturbations on secularly evolving systems using a simple analytic model and confirm those estimates with direct N-body simulations. We then run long-term integrations and show that even small perturbations from stellar flybys can influence the stability of planetary systems over their lifetime.

We find that small perturbations to the outer planets’ orbits are transferred between planets, increasing the likelihood that the inner planetary system will destabilize. Specifically, our results for the Solar System show that relative perturbations to Neptune’s semi-major axis of order 0.1% are strong enough
to increase the probability of destabilizing the Solar System within 5 Gyrs by one order of magnitude.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :