12/07/2022. Formation de la croûte terrestre

Le long processus de formation de la croûte continentale débute au niveau des zones de convergence. Il s’agit des endroits précis où deux plaques tectoniques se joignent, selon des mouvements de subduction. Engendrée par les courants du magma du manteau, la pression entre ces plaques fait remonter les terres hors des océans, pour former les continents. Une partie de la croûte continentale primitive se serait également formée grâce aux mouvements d’élévation du magma du manteau.

Ces mouvements de subduction sont par exemple à l’origine des chaînes de montagnes telles que l’Himalaya (née de la collision de l’Inde et de l’Asie du Sud-est) ou encore la cordillère des Andes. La croûte continentale s’use et s’érode également, et alimente les fonds océaniques en sédiments, qui peuvent glisser sous les zones de subduction.

Malgré ces indices, les scientifiques ne comprennent pas encore exactement comment cette croûte primitive s’est formée, et a donné peu à peu naissance à la vie. « L’étude de la Terre primitive est un défi, compte tenu de l’énormité du temps qui s’est écoulé, mais elle a une importance profonde pour comprendre la signification de la vie sur Terre et notre quête pour la trouver sur d’autres planètes », indique  Milo Barham, directeur principal de l’étude référencée ci-dessous, parue dans la revue Terra Nova, et chercheur du groupe Timescales of Mineral Systems du département des sciences de la Terre et des planètes à Curtin.

Les dernières traces géologiques de cette époque de la Terre seraient renfermées dans une poignée de zircons microscopiques, retrouvés dans des roches de quelques rares endroits, comme l’Australie occidentale. D’après les auteurs de la nouvelle étude, aucune recherche à grande échelle de ce genre n’a encore été réalisée dans cette zone, et les résultats des analyses au laser ont révélé des indices inédits sur la proto-croûte terrestre.

Référence

Terra Nova
A persistent Hadean–Eoarchean protocrust in the western Yilgarn Craton, Western Australia

First published: 17 June 2022

https://doi.org/10.1111/ter.12610

Abstract

Deciphering the composition and extent of Earth’s earliest continents is hampered by the scarcity of preserved Hadean–Eoarchean material. Here, we report U–Pb and Lu–Hf data of detrital zircon from sediments proximal to the Archean Yilgarn Craton in Western Australia. This detrital cargo, in part derived from the crystalline basement of the southwestern Yilgarn Craton and its conjugate terranes, helps to resolve the ancient substrate of the craton. Zircon Hf isotopes point to a Hadean–Eoarchean crustal vestige that has remained isotopically coherent over 2 Gyr of episodic crustal reworking. Geophysical characteristics suggest a distinct 100,000 km2 region of ancient protocrust beneath much of the western Yilgarn Craton, cropping out in the Narryer Terrane. Comparison with global data reveals similar Hf isotope trends in many other cratons documenting the widespread existence of voluminous protocrust and implying extensive reservoir extraction at c. 4,000–3,800 Ma.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :