18/05/2022 Le nucléaire français et le projet de taxonomie européen

Le nucléaire français et le projet de taxonomie européen

Au risque de déclencher une crise franco-allemande, Berlin compte officiellement s’opposer au projet de taxonomie européen. Ce texte, soutenu par la France, prévoit d’intégrer le gaz et le nucléaire aux énergies considérées par l’Union européenne comme « vertes ».

Les énergies dites vertes résultent de procédures ne rejetant pas ou peu de carbone (gaz carbonique). Celui-ci est un gaz à effet de serre qui contribue au réchauffement climatique. Il est principalement obtenu par distillation du charbon, charbon dont l’Allemagne possède des réserves considérables.

Les plus importantes de celles-ci sont produites dans des centrales utilisant la force des vents ou des courants marins. On parle aussi de gaz vert. Appelé aussi biométhane, le gaz vert est une énergie renouvelable à bas taux de carbone, produite par méthanisation à partir du traitement de déchets organiques et résidus agricoles, de biodéchets issus de l’industrie agro-alimentaire et restauration collective, ainsi que des boues de stations d’épuration. 

L’Allemagne à beaucoup investi dans ces différentes directions. Il est évident qu »elle voit d’un mauvais œil le projet de taxonomie européen.

Rappelons que le terme « taxonomie », utilisé à l’origine dans les sciences naturelles, est utilisé maintenant de manière plus large pour désigner des classifications et des méthodes de classification. Le règlement européen « Taxonomie » vise à établir un système de classification unifié des activités économiques permettant de déterminer si ces activités peuvent être considérées comme « durables sur le plan environnemental » (ou « vertes »). Le règlement demande aux principaux acteurs économiques – financiers et non financiers – de rendre compte de la proportion de leurs activités « vertes ». L’objectif est de réorienter les investissements vers les activités favorables à la transition écologique.

La taxonomie européenne désigne une classification des activités économiques ayant un impact favorable sur l’environnement. Son objectif est d’orienter les investissements vers les activités « vertes ». Instaurée en 2020, elle fait l’objet d’un acté délégué présenté le 2 février 2022 qui intègre le gaz et le nucléaire.2 févr. 2022

Ref La taxonomie verte : ambition de transformation de l’économie européenne https://www.pwc.fr/fr/expertises/audit/taxinomie-verte-europeenne.html

La réglementation européenne est en pleine révolution. L’Europe s’est fixé comme objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Divers leviers d’action ont été mis en œuvre à travers un plan d’ensemble, appelé Green Deal, annoncé par la Commission Européenne en 2019. L’un des piliers, le plan d’action sur la finance durable, a pour objectif de réorienter les investissements de capitaux vers des activités dites « durables ».

La Taxonomie permet d’établir un système européen de classification des activités durables. C’est un langage commun qui introduit, dans un premier temps, une nomenclature des activités économiques selon leur contribution au changement climatique.

La Taxonomie définit des critères harmonisés pour déterminer si une activité économique est durable d’un point de vue environnemental, c’est ce qu’on appelle la « taxonomie verte ». 

Ceci étant, que Berlin refuse d’intégrer le nucléaire français parmi les technologies vertes peut se comprendre. Mais qu’il refuse d’y voir une activité durable, c’est-à-dire capable de contribuer à lutte contre le changement climatique, relève d’un abus de pouvoir. Le nucléaire français est très bien entretenu. Il est moins nuisible pour la lutte contre le changement climatique que ne le sont les autoroutes allemandes, couvertes de grosses cylindrées également allemandes qui rejettent à qui mieux mieux dans l’environnement des gaz d’échappement qui n’ont rien de vert.

17/05/2022. Spatial. Une propulsion hybride française

HyPrSpace est une start-up française visant le développement de lanceurs spatiaux de petit calibre. Elle vient de collecter 1,1 million d’euros auprès de deux fonds d’investissement : Geodesic, un fonds spécialisé dans le développement du New Space à la française, et BPI France, un fonds d’investissement public destiné à accompagner l’émergence des futurs fleurons de l’industrie nationale.

Ces argent lui permettra de financer le lanceur OB-1, fusée de classe ultralégère qui prendra la suite de son premier micro-lanceur Baguette-one. Ce nouveau véhicule, dont la production devrait être sous-traitée, permettra d’envoyer environ 250 kg de charge utile en orbite terrestre basse.soit de petits satellites au format CubeSat .La grande particularité de ce lanceur OB-1, est qu’il embarquera un moteur-fusée hybride qui utilisera à la fois du carburant solide et des ergols liquides.

Les moteurs-fusées qui utilisent du carburant solide développent une poussée très importante. C’est une propriété très intéressante lors des premières phases de l’ascension. Elle permet d’échapper à l’attraction terrestre. Mais ils présentent aussi une limite considérable. Il est impossible de doser l’accélération, ou même de les éteindre après l’allumage ! Les moteurs à carburant solide doivent donc fonctionner à plein régime jusqu’à épuisement du carburant. L’utilisation de cerburants liquides (ergols) dont la poussée est moindre, permet de contrôler beaucoup mieux le vol une fois le lancement accompli. L’américain  Virgin Galactic est aujourd’hui le seul à l’utiliser sur son SpaceShipTwo.

HyPrSpace va bientôt déménager à Haillan sur un site appartenant à ArianeGroup. Elle y donne rendez-vous en 2023, puis en 2024, dates respectives des premiers tests du moteur et du premier vol d’essai.

Références

HyPrSpace https://hybrid-propulsion.space/
Co-fondateurs de hybrid-propulsion.space https://hybrid-propulsion.space/about.html
Hybrid Rocket Engine https://hybrid-propulsion.space/
Cubesat https://fr.wikipedia.org/wiki/CubeSat

Note pour en savoir plus sur les moteurs

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/espace-impressionnant-test-moteur-fusee-be-4-blue-origin-98444/

16/05/2022. Une confédération euro-russe

Pourquoi les Etats européens ne s’entendraient-ils pas avec la Russie  ?

L’objectif serait de mettre en place entre l’Union europénne et la Fédération de Russie  (Rossiïskaïa Federatsiïa) une entente qui pourrait provisoirement être nommée Confédération eurorusse. Une confédération est une union d’États indépendants qui, par un ou plusieurs traités, délèguent l’exercice de certaines compétences à des organes communs destinés à coordonner leur politique dans un certain nombre de domaines, sans constituer cependantnt un nouvel État superposé aux États membres. 

L’objectif serait moins ambitieux que celui consistant à proposer à Moscou d’entrer dans l’Union européenne. L’Union européenne est une union politico-économique sui generis de vingt-sept États européens qui délèguent ou transmettent par traité l’exercice de certaines compétences à des organes communautaires. Rappelons que la Finlande, après la chute de l’Union soviétique, a adhèré à l’Union européenne en 1995.

Aujourd’hui l’état des relations entre l’Europe et la Russie ne permet pas d’envisager une entrée de cette dernière dans l’Union, à supposer que Moscou puisse l’accepter.

Par contre l’Union européenne et la Fédération de Russie n’auraient que des avantages, plutôt que se faire une guerre téléguidée depuis Washington, à s’entendre dans un projet commun de confédération. Celle-ci pourrait se traduire par des coopérations dans des domaines où les partenaires disposent de compétences communes ou complémentaires. On citera en priorité le domaine de l’exploration pacifique de l’espace, l’espace proche dit suborbital ou l’espace planétaire et interplanétaire. La Russie en compétition tendue avec la Chine dans ces domaines n’aurait qu’à gagner d’une coopération avec l’Agence spatiale européenne.

D’autres domaines d’une actualité encore plus pressante justifieraient l’intervention de cette confédération euro-russe . Il s’agirait en priorité de la lutte contre le réchauffement climatique et la destruction d’un nombre croissant d’espèces vivantes, y compris dans le domaine maritime où la Russie et plus particulièrement la France disposent de vastes espaces océaniques.

Dans le domaine militaire, la lutte contre le terrorisme islamique justifierait aussi d’urgence une action commune associant les Etats européens et la Russie. Celle-ci serait aveugle si elle refusait de voir que l’internationale dite Etat islamique cherche aujourd’hui à mobiliser massivement les populations musulmanes contre les institutions nationales, tant en Europe qu’en Russie.

Ceci étant, il faut être réaliste. Ce projet de confédération euro-russe suscitera l’hostilité des Etats-Unis. Le complexe militaro-industriel au pouvoir à Washington fera tout ce qu’il pourra pour que s’aggrave l’état de guerre entre la Russie et l’Occident. Ce sont des bénéfices de centaines de milliards de dollars qu’il en retire. Pourquoi y renoncerait-il?

15/05/2022. De nouveaux regards sur le cosmos

Le principe cosmologique CMB, dit aussi d’homogénéité ou d’isotropie, est un postulat scientifique selon lequel l’univers ne serait pas seulement en expansion mais qu’à grande échelle il s’étendrait de façon uniforme dans toutes les dimensions. On parle aussi de modèle standard de l’évolution. https://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_cosmologique

Aujourd’hui cependant quelques cosmologistes, considérés il est vrai comme hérétiques, remettent en cause ce postulat. Ils s’appuient sur de nouvelles expériences pour affirmer que, même à grande échelle, l’univers serait irrégulier (off kilter).

S’ils avaient raison, il faudrait admettre qu’il n’existe pas depuis les origines de l’univers de modèle standard décrivant son évolution. Le principe cosmologique, en tous cas, jusqu’ici considéré comme intouchable, devrait être ramené au statut de simple hypothèse.

C’est la théorie de la relativité générale d’Einstein dans les années 1920 qui avait donné ses lettres de noblesse à ce principe. A partir des équations d’Einstein définissant le principe de l’isotropie, les physiciens purent extraire le modèle d’un univers homogène en expansion. Celui-ci fut nommé la solution FRLW selon les initiales de ses auteurs.

Le modèle standard de l’évolution est encore pertinent. Mais ceci ne signifie pas qu’il soit une solution définitive . L’image fournie par le Cosmic Microwave background est très proche de ce que l’observe actuellement dans la distribution à grande échelle des galaxies, mais ceci ne signifie pas qu’elle offre une solution définitive. https://en.wikipedia.org/wiki/Cosmic_microwave_background

Plusieurs observations obligent à remettre en cause ce modèle. Se rendre compte que les galaxies paraissent reliées par des réseaux invisibles d’une matière encore inconnue appelée pour cette raison la matière noire, et que l’expansion s’accélère au lieu de diminuer, ont imposé cette remise en cause du modèle. Il en fut de même avec la découverte en 2020 d’une chaîne de galaxies nommée The Giant Arc s’étendant sur 3 milliards d’années lumière à travers le ciel. Ces structures géantes paraissent reliées par de violents courants de matière, circulant à 100 km/s et s’étendant sur au moins un milliard d’années lumière. On les nomme des « bulk flows » ou flux de masses.

Pour le cosmologiste Chritos Tsagas de l’Université de Thessalonique, nous vivrions dans un tel bulk flow, emportant la Terre, le système solaire, la Voie Lactée vers d’autres galaxies. Mais nous ne nous en apercevrions pas faute de repères extérieurs. Si ce courant était en cours de ralentissement, toujours faute de repères, nous pourrions croire que l’univers reste en expansion à la même vitesse. Tsagas remet ainsi en cause le concept d’énergie noire censée expliquer une expansion homogène à l’échelle de l’univers entier. On peut objecter à Tsagas qu’il n’a guère de preuves de ce qu’il avance.

Pour son collègue Subir Sarkar de l’Université d’Oxford, l’univers entier se déforme en permanence et le Cosmic Microwave Background est une illusion résultant de notre propre mouvement dans cet univers. Nous ne nous en apercevons pas du fait que la Terre se déplace à grande vitesse avec l’ensemble du système solaire dans la galaxie.

Tout au contraire, George Ellis, de l’université du Cap, pense que l’observation d’un catalogue de galaxies lointaines confirme le CMB. Ce catalogue nommé le NVSS provient d’une série d’observations faites en 2002 au Very Large Array Telescope de New Mexico. Vu leur distance dans le temps, de telles galaxies sont considérées comme les lanternes cosmologiques.

Pour aller plus loin, Sarkar et un astronome nommé Vincent Secrest de l’US Naval Observatory ont étudié un catalogue de 1,4 millions de quasars nommé catWise https://catwise.github.io/ provenant du télescope spatial WISE. Les quasars sont des jets de lumière résultant de l’effondrement de trous noirs supermassifs. Ils sont plus d’1 million dans l’univers visible. https://www.futura-sciences.com/sciences/definitions/astronomie-quasar-305/

Leur observation a fait apparaître une expansion de l’univers beaucoup plus rapide que cette découlant du CMB.

Pour le moment, en attendant des observations plus précises provenant de la future génération de télescopes annoncée, le Vera C.Rubin Telescope au Chili et le télescope spatial Euclid, il paraît raisonnable de s’en tenir au CMB

13/05/2022 Espace. Apprendre à se passer de la Russie

Les sanctions prises contre la Russie impactent directement le monde spatial. Ses conséquences industrielles, scientifiques et opérationnelles touchent au premier chef l’Europe et la France en raison de l’arrêt de nombreuses collaborations avec la Russie. Roscosmos, l’agence spatiale russe, a ainsi décidé de suspendre ses tirs de fusées Soyouz depuis le centre spatial guyanais de Kourou . L’Agence spatiale européenne (ESA) et le Centre national d’études spatiales (CNES) ont dit compter sur « l’arrivée imminente des nouveaux lanceurs Vega-C et Ariane-6  » pour « envisager une reprogrammation des  lancements » et rapatrier son personnel.

Il faut par ailleurs rappeler l’importance de l’Ukraine, actuellement dévastée par la guerre avec la Russie, dans la politique spatiale euro penne Ainsi le dernier étage des petits lanceurs européens Vega est fabriqué en Ukraine. Plus généralement, depuis de nombreuses années, la volonté politique européenne de maintenir une industrie spatiale en Ukraine et d’utiliser le savoir-faire des ingénieurs ukrainiens en matière de motorisation a eu pour effet d’intégrer des éléments venus de l’Est à plusieurs fusées de l’Ouest.

Plus grave, le gel de la collaboration avec Moscou en matière spatiale impacte durement la mission européenne ExoMars qui après de nombreux retards devait enfin partir en 2022. Le cœur d’ExoMars est le rover européen Rosalind-Franklin, qui aura pour tâche de forer le sol martien jusqu’à 2 mètres de profondeur pour y chercher les traces d’une vie passée. Mais ce robot mobile devra décoller à bord d’une fusée Proton russe et atterrir sur Mars embarqué dans un module de descente, russe lui aussi. ExoMars, mission à 2 milliards d’euros sur laquelle compte une large communauté scientifique, n’a donc plus ni fusée ni atterrisseur. L’ESA a reconnu qu’un lancement en 2022 était  très improbable .

Ajoutons que la fusée Antares de la société américaine Orbital Sciences Corporation, qui envoie le vaisseau de ravitaillement Cygnus vers la Station spatiale internationale (ISS) était dotée d’un premier étage construit en Ukraine. Il en résulte que les satellites qui devaient compléter la constellation européenne Galileo de géolocalisation ainsi que le satellite militaire français CSO-3 n’ont plus de lanceur. 

Enfin, se posera le problème de la Station spatiale internationale ISS. Tombant petit à petit vers la Terre, l’ISS est régulièrement remontée grâce à la poussée des vaisseaux russes qui y sont arrimés. Or, face aux mesures de rétorsion prises contre la Russie, le patron de Roscosmos, Dmitri Rogozine, a publié un tweet dans lequel il menace de ne plus assurer le maintien sur orbite de l’ISS : « Si vous bloquez la coopération avec nous, qui sauvera l’ISS d’une mort certaine

l

13/05/2022 Et si la Lune était verte

Rendre la Lune plus verte serait possible. Le défi serait considérable. Mais aujourd’hui, il ne paraît pas impossible. Il est clair qu’emmener des humains sur la Lune et leur permettre d’y survivre sans faire appel à des aliments végétaux importées serait un premier pas essentiel en ce sens. Encore faudrait-il trouver des organismes capables de résister à un sol lunaire très hostile.

Un grand pas en avant vient d’être franchi en ce sens avec une recherche résumée dans Nature Communications Biology en date du 12 mai 2022 et référencée ci-dessous.

Les auteurs, chercheurs en biotechnologie de l’Université de Floride, ont réussi à faire pousser des plantes dans du sol lunaire. Il s’agissait en fait d’utiliser plusieurs échantillons de sols lunaire rapportés lors des missions Apollo 11, 12 et 17 pour s’en servir de terreau afin de voir si des plantes pouvaient y vivre. Ce sol est nommé régolithe et constitue une roche meuble qui recouvre une grande partie de la surface lunaire.

L’équipe était encadrée par Anna-Lisa Paul, spécialiste des plantes dans l’espace. Elle dirige un laboratoire dédié à cette question, le Space Plants Lab, qui a notamment envoyé des plantations dans la Station spatiale internationale pour contrôler leur croissance. Ici, elle a confectionné une douzaine de petits pots de différents échantillons, chacun de la taille d’un dé à coudre, avec un échantillon-référent de sol lunaire provenant de roches volcaniques terrestres.

L’étude présente des limites car il est difficile de savoir si les échantillons sont représentatifs du sol de la Lune, et à quel point ils ont été altérés par les radiations ou les impacts de météorites. « Le régolithe lunaire est très différent de ce que nous avons sur Terre, selon Stephen Elardo, un des auteurs de l’étude. Sa composition n’est pas la même, il est bien moins hospitalier, et il a été soumis à beaucoup plus de radiations.

Les plantes témoins dans ces expériences sont des Arabettes des dames Arabidopsis thaliana. Il s’agit d’une plante présente un peu partout en Europe et en Asie, notamment au bord des routes comme n’importe quelle mauvaise herbe. Cette plante a l’avantage d’être bien connue. Selon  Robert Ferl, un des auteurs de l’étude  » tout son génome est décrypté par des milliers de laboratoires partout dans le monde . Elle a même poussé dans l’ISS ! » Autre avantage non négligeable : elle est assez petite et va donc résister dans les pots d’à peine plus d’un centimètre de diamètre qui servent pour l’expérience. Une fois les graines semées, les scientifiques se sont bornés à leur donner de l’eau et de la lumière.

Au début, tout s’est bien passé, les graines ont germé comme il faut. Mais au bout de quelques mois, alors que l’Arabette semée dans le témoin formait de belles feuilles, celles des autres échantillons étaient beaucoup plus petites, voire quasiment mortes. « Les plantes étaient plus longues à pousser, et montraient des signes de mauvaise santé, reconnaît Anna-Lisa Paul. L’environnement dans lequel elles avaient grandi n’était pas optimal.»

Pour en avoir le cœur net, ils ont analysé les plantes au niveau génétique, pour voir ce qui les avait fait réagir ainsi. Leur verdict : la présence dans le sol lunaire expérimental de sel ou de métaux qui les oxydent et les empêchent de se déployer proprement. Malgré tout, pour Robert Ferl, c’est un succès : « Si rien n’avait poussé, nous aurions été dans une impasse. Mais un résultat positif, même mitigé ouvre de nouvelles possibilités. Il s’agit maintenant de déterminer exactement ce qui empêche les plantes d’être en bonne santé sur la Lune pour pouvoir corriger les défauts et tester avec d’autres végétaux, peut-être plus résistants aux conditions très inhospitalières de notre satellite.

Référence

https://www.nature.com/articles/s42003-022-03334-8
12 May 2022

Plants grown in Apollo lunar regolith present stress-associated transcriptomes that inform prospects for lunar exploration

Communications Biology volume5, Article number: 382 (2022) 

Abstract

The extent to which plants can enhance human life support on other worlds depends on the ability of plants to thrive in extraterrestrial environments using in-situ resources. Using samples from Apollo 11, 12, and 17, we show that the terrestrial plant Arabidopsis thaliana germinates and grows in diverse lunar regoliths. However, our results show that growth is challenging; the lunar regolith plants were slow to develop and many showed severe stress morphologies. Moreover, all plants grown in lunar soils differentially expressed genes indicating ionic stresses, similar to plant reactions to salt, metal and reactive oxygen species. Therefore, although in situ lunar regoliths can be useful for plant production in lunar habitats, they are not benign substrates. The interaction between plants and lunar regolith will need to be further elucidated, and likely mitigated, to best enable efficient use of lunar regolith for life support within lunar stations.

13/05/2022 Première photo du trou noir Sagittaire A*

Comme nous l’avions fait prévoir dans notre article du 9 mai 2022 https://wordpress.com/post/europesolidaire.eu/1033 l’équipe de chercheurs qui travaille sur l’Event Horizon Telescope (EHT) vient de publier, le 12 mai 2022, une photo de Sagittaire A*, le trou noir super massif qui se trouve au centre de notre galaxie, la Voie lactée, à environ 27.000 années-lumière de la Terre.

Il y a trois ans presque jour pour jour ces mêmes chercheurs travaillant avec le même télescope avait dévoilé une image presque similaire, celle du trou noir supermassif situé au centre de la galaxie M87. Celui-ci, nommé M 87* est mille fois plus loin, mais mille fois plus gros que Sagittaire*, il est plus simple à photographier et à analyser que Sagittaire A*.

Cette fois, le même groupe de scientifiques a enfin réussi à pénétrer au centre de notre galaxie.

Mais le fait que ce ne soit pas une première est, paradoxalement, presque plus réjouissant. Une fois, on peut se tromper ou avoir à faire à un phénomène étrange, bizarre. “Avec cette deuxième observation, on est très confiants sur le fait que l’environnement proche d’un trou noir ressemble bien à cette photo”, selon Frédéric Gueth, chercheur au CNRS. Celui-ci est directeur adjoint de l’IRAM (Institut de radioastronomie millimétrique ou IRAM situé à Grenoble, France.

Frédéric Gueth ajoute que les informations précises fournies par cette image nous permettent de confirmer qu’il n’y a aucune déviation par rapport aux prédictions de la relativité générale”.

voir https://www.numerama.com/sciences/961019-non-la-photo-du-trou-noir-au-centre-de-la-voie-lactee-nest-pas-floue.html

Voir au 15/05

https://theconversation.com/on-peut-enfin-voir-le-trou-noir-au-centre-de-notre-galaxie-et-cest-un-exploit-182982

12/05/2022. Une nouvelle espèce de dinosaure

Après avoir sorti de terre les restes d’un dinosaure en 2017 dans la province du Yunnan en Chine, une équipe de chercheurs a annoncé dans l’article référencé ci-dessous avoir découvert une nouvelle espèce de ces reptiles

Prénommée Yuxisaurus kopchicki, car ses restes ont été découverts dans la préfecture chinoise de Yuxi, ce dinosaure mesurait entre 2 à 3 mètres de long. Il appartenait à la famille des Thyreophora, un sous-ordre de dinosaures caractérisés par leur dos cuirassé de plaques osseuses, orné de piques ou d’éperons.ra, un sous-ordre de dinosaures caractérisés par leur dos cuirassé de plaques osseuses, orné de piques ou d’éperons.

Le Yuxisaurus kopchicki a donc vécu durant la période du Jurassique inférieur, il y a entre 201,3 et 174,1 millions d’années. Son alimentation se composait de fougères et de cycadophyta, une espèce de plante dont l’aspect est voisin à celui des palmiers.

Les piques qui bardaient sa cuirasse avaient semble-t- il deux objectifs principaux. D’abord, une mission défensive, pour casser la mâchoire et les dents des prédateurs auxquels cet herbivore pouvait faire face. Mais également pour être montré lors de parades nuptiales.

Les hérissons et les porc-épics sont les deux espèces contemporaines auxquelles une telle aptitude peut être rattachée.

Le Hérisson commun (Erinaceus europaeus) est une espèce de petits mammifères, omnivore et nocturne, de la famille des Erinaceidae Le porcépic d’Amérique Erethizon dorsatus est un animal trapu, de forme arrondie, plutôt élargie. Il est le troisième plus gros rongeur du monde après le capybara et le castor. Le poil du porcépic est doux. Le porcépic ne peut pas lancer ses piquants, mais dès que ceux-ci entrent dans la peau de l’adversaire, ils se détachent de sa propre peau. C’est là la principale différence avec le hérisson, puisque ce dernier conserve ses aiguillons.

Référence

A new early branching armored dinosaur from the Lower Jurassic of southwestern China
https://elifesciences.org/articles/75248

15 mar. 2022

Abstract

The early evolutionary history of the armored dinosaurs (Thyreophora) is obscured by their patchily distributed fossil record and by conflicting views on the relationships of Early Jurassic taxa. Here, we describe an early diverging thyreophoran from the Lower Jurassic Fengjiahe Formation of Yunnan Province, China, on the basis of an associated partial skeleton that includes skull, axial, limb, and armor elements. It can be diagnosed as a new taxon based on numerous cranial and postcranial autapomorphies and is further distinguished from all other thyreophorans by a unique combination of character states. Although the robust postcranium is similar to that of more deeply nested ankylosaurs and stegosaurs, phylogenetic analysis recovers it as either the sister taxon of Emausaurus or of the clade Scelidosaurus+ Eurypoda. This new taxon, Yuxisaurus kopchicki, represents the first valid thyreophoran dinosaur to be described from the Early Jurassic of Asia and confirms the rapid geographic spread and diversification of the clade after its first appearance in the Hettangian. Its heavy build and distinctive armor also hint at previously unrealized morphological diversity early in the clade’s history.


12/05/2022 Ukraine : l’hypocrisie des Etats-Unis

Le 10 mai 2022, la Chambre américaine des représentants a voté l’octroi d’une enveloppe de plus de 40 milliards de dollars (38 milliards d’euros) pour aider l’Ukraine dans son conflit avec la Russie. Un montant supérieur à celui espéré par le président américain, qui avait réclamé 33 milliards.

Cette décision doit encore être entérinée par le Sénat, lors d’un prochain vote, mais elle ne devrait pas être remise en cause, au vu du consensus entre démocrates et républicains sur le sujet.

La générosité américaine ne trompe personne Si une partie de cette nouvelle enveloppe est destinée aux matériels civils ou à l’aide humanitaire, quelque 20 milliards de dollars sont prévus pour renforcer l’Ukraine en véhicules blindés et en moyens de défense antiaérienne. Il s’agit pour l’essentiel de produits américains. Ce montant est à comparer au budget annuel de la défense français soit 51 milliards d’euro en 2022.

Ainsi, les Ukrainiens consomment actuellement en une seule journée l’équivalent de dix jours de livraison d’armes américaines. Les résultats de cette aide paraissent modestes.

Ceci signifie qu’une grande partie de l’aide américaine est versée, directement ou indirectement, au complexe militaro-industriel américain. Celui-ci en a le plus grand besoin, car en conséquence des sanctions internationales et de la crise résultant de la pandémie, des composants essentiels commencent à lui manquer. Par ailleurs et surtout ses prix de revient ne cessent de s’élever.

Or la concurrence des industries de l’armement chinoise se fait de plus en plus sentir sur les marchés asiatiques. Tout dollar supplémentaire est aujourd’hui le bien venu dans le cœur industriel des Etats-Unis, notamment le Rust Belt, où se recrutent l’essentiel des électeurs de Joe Biden.

11/05/2022 Les canons (obusiers) actuellement en service en Ukraine

France

CAESAR pour camion équipé d’un système d’artillerie (CAESAR).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Camion_%C3%A9quip%C3%A9_d%27un_syst%C3%A8me_d%27artillerie


Il s’agit d’un canon automoteur français en service depuis la fin des années 2000 dans les forces armées et exporté dans plusieurs pays. C’est un canon de calibre 55 mm, (soit un peu plus de huit mètres) conçu et fabriqué par Nexter Systems à Bourges et intégré par Nexter sur son site de Roanne, monté sur la plate-forme arrière d’un camion.

Il complète la gamme 155 mm équipant l’armée française en fournissant un matériel intermédiaire entre la très grande facilité de projection mais la faible protection du personnel du canon tracté 155 TRF1 et la très haute protection (y compris NRBC) mais la faible mobilité des canons autotractés AuF1. Les cinq artilleurs sont peu protégés (davantage cependant que dans le cas d’un TRF1), mais ce canon est beaucoup plus mobile qu’un automoteur d’artillerie classique, Le véhicule a été initialement monté sur un camion 6 × 6. Une seconde version sur un châssis 8 × 8 est ensuite proposée, améliorant la protection des personnels.

En 2020, 401 véhicules équipés ont été vendus au total, dont 77 pour l’armée française et 324 à l’export, toutes versions confondues.

Le coût unitaire du système est de 5 millions de dollars américains pour la version 6 × 6.

______________________________________

Etats-Unis

Obusier M777 Howitzer

https://en.wikipedia.org/wiki/M777_howitzer

Le M777 pèse 9 200 livres soit 4 200 kg, ce qui en fait le plus léger de sa catégorie — il pèse 42 % moins lourd que l’obusier M198 entré en service en 1978 qu’il remplace — ce qui lui donne une mobilité élevée et facilite son transport par avion, par hélicoptère ou par camion ; l’économie de poids qui a été la priorité durant sa conception a été réalisée grâce à l’adoption d’un alliage de titane dans sa construction. Le tube du canon fait 39 calibres, sa durée de vie du canon de 2 650 coups charge 8 selon les standards de l’armée canadienne2.

Il est généralement exploité par un équipage de huit hommes, mais peut être utilisé avec un détachement réduit de cinq artilleurs contre neuf avec le M198.

Ce canon peut tirer un obus de 155 millimètres à une cadence relativement réduite de deux à quatre coups par minute car il nécessite un chargement entièrement manuel, n’ayant pas les systèmes d’aides au chargement et les automatismes de pièces d’une masse plus élevée, avec un niveau élevé de précision.

Le canon M777 peut être muni d’un système de conduite de tir numérisé, les armes américaines sont équipées d’un système de contrôle de tir identique à celui du M109A6 Paladin et les canadiennes utilisent un système de tir Digital Gun Management System (DGMS) produit par SELEX Galileo, une filiale de Leonardo-Finmeccanica3. Il peut être chargé avec des munitions à guidage de précision M982 Excalibur à 85 000 dollars l’unité, possédant une portée de tir maximale de 40 à 57 km.

Russie

Obusier 2S65

Le canon tire les mêmes types de munitions que l’obusier automoteur 2S19. Récemment, une nouvelle famille de munitions (charge et projectile) a été introduite. L’obus standard OF45 high explosive pèse 43,56 kilos, présente une vitesse maximale de 823 m/s en sortie de bouche et possède une portée de 24,7 km.Les charges comprennent l’OF72 (longue portée), l’OF58 (pleine charge) et l’OF73 (charge réduite).

L’obusier peut être tracté par les camions KrAZ 260 6×6 et Ural 4320. Il possède une plaque blindée penchant vers l’arrière et s’étendant au-dessus des roues. Son entrée en service date de 1987 et son premier déploiement a eu lieu en Europe de l’Est.Au sein de l’armée russe [Quand ?], le 2A65 est déployé dans la 9e Brigade d’Artillerie à Luga, dans la 288e Brigade d’Artillerie à Inzhenernyy ainsi que dans la 291e Brigade d’Artillerie à Maykop. Il est également stocké à Perm ainsi qu’à proximité de Novgorod. On le trouve aussi déployé dans d’autres districts militaires russes. Au total, on estime à 370 le nombre de 2A65 opérationnels dans l’armée russe.

L’armée de terre ukrainienne en possède aussi au sein de la 11e Brigade d’Artillerie à Ternopil ainsi que dans la 55e Brigade d’Artillerie à Zaporizhya.

Les forces de la République populaire de Donetsk autoproclamée en 2014 en possèdent également.




_________________________