07/08/2022 Montée en puissance de l’lndustrie iranienne des drones militaires

La République islamique d’Iran a depuis longtemps atteint un niveau de production important dans l’industrie des drones, drones d’attaque, drones lanceurs de missiles, drones de surveillance militaire et drones suicides.

De plus l’Iran a pu pratiquement prouver la supériorité technologique de ses drones par rapport aux ceux de la Turquie. On peut donc s’attendre à ce que d’ici 2028, elle soit en mesure de dépasser la Turquie dans le marché des drones militaires et de prendre une part égale à 25% (environ 6,5 milliards de dollars) du marché mondial de cette industrie de l’armement.

Pour rappel, une usine de production de drones iraniens Ababil-2 a été inaugurée, mardi 17 mai, au Tadjikistan en présence de responsables militaires des deux pays.

Selon plusieurs rapports, le marché mondial des drones militaires continuera d’augmenter de façon spectaculaire dans les années à venir, passant de 11,3 milliards de dollars en 2022 à environ 26 milliards de dollars en 2028.

Bien que la Turquie ait une part plus importante sur les marchés mondiaux des drones que l’Iran, la large gamme de drones iraniens peut rivaliser avec les drones turcs : lorsque la Turquie a vendu des drones aux rebelles éthiopiens, l’armée éthiopienne a pu changer l’équilibre des forces en sa faveur en se procurant des drones iraniens.

Avant le début de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, la Turquie équipait Kiev du drone Bayraktar TB2, affirmant que ce dernier faisait partie des meilleurs drones au monde. Pourtant, le nombre de drones abattus par l’armée russe a montré la vulnérabilité des drones turcs.

A cet égard, le lancement de la ligne de production de drones iraniens Ababil-2 au Tadjikistan, en plus d’apporter des avantages économiques, en renforçant la confiance mutuelle en matière de sécurité, pourra également servir de base au renforcement des coopérations économiques bilatérales.

Références

https://parstoday.com/fr/news/iran-i113156-iran_6_5_milliards_de_dollars_de_drones_vendus!

https://androidfun.fr/industrie-mondiale-du-marche-des-drones-militaires-un-dernier-rapport-de-recherche-pour-partager-les-informations-et-la-dynamique-du-marche/ 8 avril 2022

Principales entreprises du marché mondial des drones militaires : AVIC, CASC, Xi’an Aisheng, GA-ASI, Northrop Grumman Corp., IAI, Thales, etc

07/08/2012 La France doit renforcer sa coopération avec le Sri Lanka et le Myanmar

Le Myanmar (anciennement Birmanie)  est un pays de l’Asie du Sud-Est regroupant plus de 100 groupes ethniques et ayant une frontière commune avec l’Inde, le Bangladesh, la Chine, le Laos et la Thaïlande. Sa capitale est Yangon (anciennement Rangoun),Le Sri Lanka (anciennement Ceylan) est un pays insulaire situé au sud de l’Inde, dans l’océan Indien. Sa capitale est Colombo.

La visite du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov au Myanmar le 3 août montre que la relation entre la Russie et le Myamar prend un caractère stratégique.Son ministère , dans un communiqué de presse du 2 août (voir https://mid.ru/ru/foreign_policy/news/1824730/ ), a  souligné que cette relation est « l’une des priorités de la politique étrangère de la Russie dans la région Asie-Pacifique, un facteur important pour assurer la paix, la stabilité et le développement durable ». 

Quant au Sri Lanka, il est difficile d’évaluer si le chaos à Colombo du 9 juillet était en relation avec la visite d’une délégation du gouvernement sri-lankais qui s’est rendue à Moscou du 10 au 16 juillet pour tenir des entretiens cruciaux avec divers représentants russes du ministères de l’Économie concernant l’aide de la Russie pour surmonter la crise. Mais cela reste une hypothèse raisonnable. 

Inutile de préciser qu’aujourd’hui la coopération de la France avec ces deux pays n’est pas au niveau de ce qu’elle pourrait être. Mais les domaines potentiels ne manquent pas. N’en disons pas d’avantage ici. Il n’y aurait aucune raison pour que la France en laisse le monopole à la Russie.

06/08/2022 Prévisions sur le changement climatique

Ce ne sont pas les mêmes organismes qui font des prévisions météorologiques à 5-6 jours et ceux qui s’efforcent de proposer des hypothèses à moyen, long et très long terme intéressant le changement climatique.

Parmi ceux-ci la plus écoutée est la Climate Modelling Alliance https://clima.caltech.edu/ dépendant de l’Institut Californien de Technologie. Cette organisation annonce s ‘être dotée de trois structures permettant les prévisions à long terme en utilisant les données d’observation à la fois les plus anciennes et les plus récentes.

  • La Climate Machine est un modèle de la Terre conçu comme un système d’apprentissage automatique (deep machine learning) utilisant différentes sources de données pertinentes provenant de sources précédentes ou d’observations immédiates. Il produit à la demandes des simulations concernant les prochains événements, tels les perturbations atmosphériques ou les turbulences océaniques en tel ou tel lieu. Ces simulations réduisent les incertitudes.
  • La Scalable platform ou plateforme d’’extensibilité assure la capacité du système à s’adapter à un changement d’ordre de grandeur de la demande, en particulier sa capacité à maintenir ses fonctionnalités et ses performances en cas de forte demande.
  • Un Hub tous publics ouvert. Ce hub permettra à tous les organismes nationaux ou internationaux d’accéder aux donnés et applications. S’ils le souhaitent ils pourront ajouter leurs propres observations ou prévisions concernant différents impacts climatiques.

Le CMA travaille en liaison de plus en plus étroite avec la Nasa

https://science.jpl.nasa.gov/division/earth-science/?tab=projects

04/08/2022 L’agriculture verticale

Des centaines de millions d’humains subsistant aujourd’hui pour l’essentiel des ressources de différentes formes d’agricultures traditionnelles verront avec le changement climatique et les mouvements migratoires ces ressources diminuer voire disparaître.

Les « fermes verticales » pratiquant l ‘agriculture en étages et en ville, divisant par trois, quatre, voire plus l’emprise au sol et les besoins en eau, seront-elles une partie de la solution pour nourrir les habitants des pays menacés par le changement climatique ? Circuits courts, peu de besoins de pesticide, économie d’eau, le modèle paraît intéressant.

C’est Dickson Despommier, le microbiologiste américain qui, dans son livre The Vertical Farm. Feeding the World in the 21st Century (2011) a proposé ces solutions.

Les investissements initiaux pour mettre en place ces fermes verticales seront importants. Il faudra construire des bâtiments résistant à la rouille, à la pourriture et faciles à entretenir tant dans les étages qu’en sous-sols. Il faudra par ailleurs que les nouvelles espèces s’habituent à vivre sous un éclairage artificiel permanent, fourni par des leds ou diodes électroluminescentes, dispositif opto-électronique capable d’émettre de la lumière lorsqu’il est parcouru par un courant électrique. Des vents artificiels permettront les fécondations. Des obscurités artificielles pourraient être organisées, mais elles réduiraient considérablement les vitesses de croissance des végétaux.

Il est clair qu’une telle évolution serait impossible sans la participation des actuels propriétaires et exploitants agricoles. On pourrait envisager des parcelles de culture traditionnelles juxtaposées à des fermes verticales appartenant aux mêmes personnes. Inutile de préciser que des organismes de crédit agricole s’intéressent de plus en plus à la question.

Ailleurs, au Japon, en Chine et en Inde, des experts gouvernementaux commencent eux-aussi à étudier sérieusement la question.

04/08/2022 Toujours pas de limitations à l’emploi des armes autonomes

On appelle armes autonomes des armes entrant en fonction sans intervention d’un humain censé contrôler leur mise à feu. Ceux qui veulent proscrire, ou du moins limiter en cas de conflit l’emploi de telles « armes autonomes », dites parfois « robots tueurs » seront une nouvelle fois déçus.

Les fabricants et vendeurs de ces armes font valoir leurs multiples avantages. Le premier de ceux-ci est qu’elles économisent du personnel. Dans l’artillerie classique les chefs de pièces n’ouvraient le feu qu’après l’autorisation donnée à distance par des sous-officiers affectés en première ligue et dits DLO (Détachement Liaison-Observation). Beaucoup de ces DLO sont tombés à l égal des fantassins alors qu’ils étaient moins facilement remplaçables.

Cependant les armes autonomes sont loin d’être parfaites. C’est ainsi qu’elles confondent facilement amis et adversaires. Sur le champ de bataille, rien ne ressemble plus à des blindés ennemis que des blindés amis. Beaucoup de militants pacifistes réclament ainsi que les armes autonomes soient soumises aux mêmes contrôles que les armes chimiques et biologiques.

Ainsi des experts gouvernement ont tenu sous l’égide des Nations Unis du 13 au 17 décembre 2021 des journées d’étude visant à interdire l’usage des armes autonomes. Mais la Russie a refusé d’y participer au prétexte que le concept était mal défini. Il existe des exceptions tels que celles concernant l’usage des mines terrestres.

Mais les fabricants d’armes autonomes présentent déjà des prototypes de drones dits intelligents capables d’identifier seuls leurs cibles avec un degré de sécurité raisonnable. C’est le cas du KUB-BLA russe identifiés près de Kiev ou du missile miniature multi-lames Swithchblade 300 qui semble avoir récemment été employé avec succès.

03/08/ 2022 Identification du génome d’ancêtres des premiers aborigènes australiens

Des scientifiques ont extrait et analysé l’ADN intact d’une femme ayant vécu il y a 7.200 ans découverte dans une grotte de Sulawesi en Indonésie. Les résultats ont mis en évidence une lignée humaine jusqu’ici inconnue qui aurait voyagé depuis l’Asie jusqu’à cette région bien plus tôt qu’on ne le pensait.

Dans une étude publiée par la revue Nature, dont on trouvera ci-dessous les références et l’abstract, des scientifiques viennent d’annoncer avoir identifié une lignée humaine inconnue. Un groupe dont l’histoire ancestrale ne ressemblerait à aucune de celle d’aucune population jusqu’ici observée.

La preuve en serait des ossements humains mis au jour en 2015 dans une grotte appelée Leang Panninge située sur l’île de Sulawesi (ou Célèbes). Les analyses ont montré qu’il s’agissait d’une jeune femme de 17-18 ans qui avait été enterrée en position foetale, partiellement recouverte de pierres et entourée de divers outils et ossements animaux.

L’ensemble a permis de déterminer que cette personne appartenait à la culture Toalean, un mystérieux groupe de chasseurs-cueilleurs qui vivait dans le sud-ouest de la péninsule de Sulawesi il y a entre 8.000 et 1.500 ans. C’est la première fois qu’un squelette relativement complet pouvait être attribué à cette culture.

De plus des prélèvement de génome bien conservés ont permis de conclure qu’il s’agissait du premier indice génétique direct de la culture Toalean mais aussi du premier ADN humain ancien obtenu en Wallacea, la zone qui regroupe les îles situées entre Bornéo et la Nouvelle-Guinée. Le génome de la jeune femme a montré qu’il était en partie similaire à celui des Aborigènes australiens et des habitants actuels de la Nouvelle-Guinée et de l’ouest du Pacifique. Ceci incluant de l’ADN hérité des Dénisoviens, distants cousins des Néandertaliens.

Ce résultat confirme l’hypothèse selon laquelle ces chasseurs-cueilleurs étaient apparentés aux premiers humains ayant gagné la Wallacea il y a environ 65.000 ans. « Ils furent les premiers habitants du Sahul, le supercontinent qui a émergé durant le Pléistocène quand le niveau global des océans a baissé« , a précisé le professeur Adam Brumm de la Griffith University qui a co-dirigé l’étude.

A cette époque, le Sahul comprenait l’Australiela Tasmanie et la Nouvelle-Guinée réunies par des ponts terrestres. « Pour atteindre le Sahul, ces pionniers ont réalisé des traversées océaniques à travers la Wallacea, mais on sait peu de choses sur leurs voyages.

Genome of a middle Holocene hunter-gatherer from Wallacea

Nature  volume 596, pages 543–547 (2021)

Abstract

Much remains unknown about the population history of early modern humans in southeast Asia, where the archaeological record is sparse and the tropical climate is inimical to the preservation of ancient human DNA So far, only two low-coverage pre-Neolithic human genomes have been sequenced from this region. Both are from mainland Hòabìnhian hunter-gatherer sites: Pha Faen in Laos, dated to 7939–7751 calibrated years before present (yr cal BP; present taken as AD 1950), and Gua Cha in Malaysia (4.4–4.2 kyr cal BP). Here we report, to our knowledge, the first ancient human genome from Wallacea, the oceanic island zone between the Sunda Shelf (comprising mainland southeast Asia and the continental islands of western Indonesia) and Pleistocene Sahul (Australia–New Guinea). We extracted DNA from the petrous bone of a young female hunter-gatherer buried 7.3–7.2 kyr cal BP at the limestone cave of Leang Panninge in South Sulawesi, Indonesia. Genetic analyses show that this pre-Neolithic forager, who is associated with the ‘Toalean’ technocomplex shares most genetic drift and morphological similarities with present-day Papuan and Indigenous Australian groups, yet represents a previously unknown divergent human lineage that branched off around the time of the split between these populations approximately 37,000 years ago. We also describe Denisovan and deep Asian-related ancestries in the Leang Panninge genome, and infer their large-scale displacement from the region today.

03/08/2022. Nouvelles hypothèses concernant la matière noire

Les particules de matière noire n’ont jamais été observées mais leur existence permettrait de rendre compte de l’existence des galaxies et des amas de galaxies. Celles-ci ne se formeraient pas si elles ne comportaient pas environ 60% de matière invisible leur permettant d’être sensibles aux équations de la mécanique céleste de Newton.

On se demande actuellement cependant si les premières découvertes de galaxies très primitives par le télescope James-Webb, galaxies observées comme elles étaient il y a plus de 13 milliards d’années, ne sont pas un début de réfutation de la théorie de la matière noire et une confirmation de la théorie MOND (Modified Newtonian Dynamics.)

Un article publié dans Physical Review Letters par une équipe internationale de chercheurs de l’université de Nagoya au Japon suggère une nouvelle hypothèse. On y trouvera ci-dessous les références et l’abstract.

L’effet de lentille gravitationnelle évoqué par l’article, en l’occurrence celui dit faible ou encore de cisaillement gravitationnel, est un effet de déviation des rayons lumineux par un champ de gravitation conduisant à déformer l’image initiale d’une galaxie par une masse importante interposée entre cette galaxie et un observateur. On peut déduire de cette déformation la masse du corps la produisant, de sorte que mesurer des effets de lentille gravitationnelle permet de sonder des distributions de masses dans le cosmos observable, y compris des masses de matière noire qui elle-même ne rayonne pas.

On s’est servi de cet effet pour estimer la présence et les modifications de la répartition de la matière noire jusqu’à il y a environ 8 à 10 milliards d’années en remontant dans le passé. .

L’équipe japonaise est parvenue à faire des observations de ce genre au-delà des 8 milliards d’années en mesurant les effets des galaxies détectées sur les mesures de Planck du rayonnement fossile. On n’était pas allé plus loin auparavant car les galaxies, dont les images étaient déformées par la gravitation, étaient trop peu lumineuses pour permettre des mesures valables.

Mais désormais, les chercheurs peuvent remonter jusqu’à il y environ 12 milliards d’années dans le passé du cosmos observable.

Cependant, bien que cela soit encore à confirmer, les caractéristiques des tailles des concentrations de matière noire entre il y a 8 et 12 milliards d’années ne semblent pas suivre les prédictions du Modèle cosmologique standard, les fluctuations de densité de matière noire pendant cette période semblent plus faibles qu’on ne s’y attendait.

Si cela était exact, selon un des chercheurs, « cela suggérerait que l’ensemble du modèle est défectueux à mesure que vous remontez plus loin dans le temps. C’est excitant parce que si le résultat tient après la réduction des incertitudes, cela pourrait suggérer une amélioration du modèle qui vraiment fournir la nature de la matière noire elle-même. « 

Avec cet objectif en vue les cosmologistes doivent encore augmenter le volume et la précision des données disponibles, ce qu’ils pourront bientôt faire avec la mise en service de l’observatoire Vera C. Rubin, anciennement appelé le LSST

Voir https://www.futura-sciences.com/sciences/dossiers/astronomie-rayonnement-fossile-cle-cosmologie-1085/_

——————-

First Identification of a CMB Lensing Signal Produced by 1.5 Million Galaxies at z∼4: Constraints on Matter Density Fluctuations at High Redshift

[Submitted on 29 Mar 2021 (v1), last revised 5 Jun 2022 (this version, v2)]

https://arxiv.org/abs/2103.15862

We report the first detection of the dark matter distribution around Lyman break galaxies (LBGs) at high redshift through the Cosmic Microwave Background (CMB) lensing measurements with the public {\it Planck} PR3 κ map. The LBG sample consists of 1,473,106 objects with the median redshift of z∼4 that are identified in a total area of 305 deg2 observed by the Hyper Suprime-Cam (HSC) Strategic Survey Program (SSP) survey. After careful investigations of systematic uncertainties, such as contamination from foreground galaxies and Cosmic Infrared Background (CIB), we obtain the significant detection of the CMB lensing signal at 5.1σ that is dominated by 2-halo term signals of the LBGs. Fitting a simple model consisting of the Navarro-Frenk-White (NFW) profile and the linear-bias model, we obtain the typical halo mass of 2.9+9.5−2.5×1011h−1M⊙. Combining the CMB lensing and galaxy-galaxy clustering signals on the large scales, we demonstrate the first cosmological analysis at z∼4 that constrains (Ωm0, σ8). We find that our constraint on σ8 is roughly consistent with the {\it Planck} best-fit cosmology, while this σ8 constraint is lower than the {\it Planck} cosmology over the 1σ level. This study opens up a new window for constraining cosmological parameters at high redshift by the combination of CMB and high-z galaxies as well as studying the interplay between galaxy evolution and larges-scale structure at such high redshift, by upcoming CMB and optical and near-infrared imaging surveys.

02/9/2022 Guerre en Ukraine. Refuser de négocier ne mènerait à rien

L’évolution récente du conflit opposant la Russie et l’Ukraine montre qu’aucune solution militaire n’est désormais envisageable.

Concernant la Russie, en dehors du recours à l’arme atomique, face à la résistance des nationalistes ukrainiens galvanisés par Volodymyr Zelinsky, elle ne paraît pas capable d’occuper l’ensemble de l’Ukraine. Les moyens matériels et humains lui manquent pour cela. Une mobilisation générale s’imposerait. Mais celle-ci paralyserait toutes les activités et serait mal perçu par la population.

Concernant l’Ukraine les capacités de résistance voire offensives de son armée ont surpris le monde entier. Après avoir reculé sur tous les fronts, elle a paru ces derniers jours pouvoir reprendre localement l’initiative. Mais ceci n’ira pas loin face à la Russie qui regagne progressivement le contrôle de la situation.

Dans les prochaines semaines, les belligérants devront choisir entre combattre encore ou négocier. Ni Vladimir Poutine ni Volodymyr Zelinsky n’ont envisagé publiquement cette solution. Mais selon les informations non officielles qui circulent, elle est fortement recommandée par l’Union Européenne, les Etats-Unis et sans doute la Chine.

La négociation, si elle avait lieu, viserait à laisser à la Russie le contrôle des zones russophones de l’actuelle Ukraine. Quant à ce qui resterait de l’Ukraine, Kiev reprendrait une pleine et entière souveraineté. L’entrée à l’ONU, à l’Otan et même dans l’Union européenne de cette Ukraine ainsi réduite serait facilitée. Ajoutons que la liberté de circulation maritime dans les détroits et dans les grands ports tels qu’Odessa serait garantie au plan international.

La France sur le Continent africain. Le bon exemple de Centrale Casablanca

 Plusieurs grandes écoles françaises se sont installées au Maroc. Parmi elles, Centrale Casablanca se donne comme objectif de devenir « la première école de référence d’ingénieurs à l’horizon 2025 » sur le continent africain.

L’école Centrale de Casablanca réside dans un bâtiment de verre moderne, situé à Bouskoura en périphérie de la capitale économique du Maroc http://www.centrale-casablanca.ma/fr/

Fin mai 2022, les étudiants et leurs familles sont venus en nombre pour participer à la cérémonie de remise des diplômes qui clôt l’année scolaire 2020-2021 . Les 150 lauréats et lauréates, vêtus classiquement d’une toge noire et d’une coiffe, sont venus chercher leur diplomes d’ingénieurs. Ils sont désormais « corporate business developer », « data scientist », « consultant supply chain », « fondateur de start-up ». Certains sont tout de même ingénieurs.

Ils sont originaires d’une dizaine de pays africains et les futurs représentants de Centrale Casablanca qui se veut d’être « la première école de référence d’ingénieurs sur le continent à l’horizon 2025, et pas la deuxième ! », selon la directrice de l »Ecole devant un public marocain, mais aussi béninois, sénégalais ou burkinabé.

On notera que la France ne renonce pas ainsi à être présente en Afrique, malgré les efforts d’un islamisme terroriste qui cherche à l’en éliminer. Encore faudra-t-il que ces jeunes ingénieurs trouvent en Afrique même et pas seulement en Europe, des emplois correspondants à leurs diplômes.

01/08/2022 Une nouvelle arme russe

Après le sous-marin nucléaire Belgorod et ses -torpilles Poséidon, le canon électromagnétique Stupor et le laser Peresvet Le missile hypersonique russe Zircon va prochainement compléter l’arsenal des nouvelles armes dont disposent les forces armées russes. Vladimir Poutine a présenté le Zircon dimanche 3I juillet depuis Saint-Pétersbourg, où avait lieu une parade navale en l’honneur de la Journée de la Flotte russe. Il a précisé que ce missile de croisière hypersonique « ne connaît aucun obstacle »« Leur livraison aux forces armées russes va commencer dans les prochains mois »

Le Zircon appartient à une famille de nouvelles armes ultramodernes, appelées les « invincibles » par Vladimir Poutine. Fabriqué par la société KB Mashinostroyeniya (KBM), il est long de 8 mètres et peut voler à Mach 9, soit neuf fois la vitesse du son. Sa portée théorique maximale est de 1 000 kilomètres. Il pourrait être doté d’une tête nucléaire tactique mais son emploi en ce sens ne se justifierait que dans le cadre d’une guerre mondiale.

Dans l’immédiat une salve de Zircon pourrait incapaciter un porte-avions américain tel que le nouveau USS Harry Truman. Rappelons que du 17 au 22 juin 2022, deux unités du Carrier Strike Group n° 8 du porte-avions USS Harry S. Truman ont fait escale sur le littoral méditerranéen. Ce Groupe dispose de barrières anti-missiles, mais seraient elles efficaces face au Zircon ?

Plus vraisemblablement la Russie pourrait utiliser la menace de tels missiles dans la protection de la vaste zone maritime de l’océan glacial arctique dont semble-t-il elle envisage de se réserver l’usage. 1)

1) Voir Les enjeux militaires russes en Arctique depuis les années 1960 https://nemrod-ecds.com/?p=394