30/08/2022 La Chine et l’Europe vont-elles interrompre leurs relations économiques ?

Dès le début des opérations russes en Ukraine, s’est posée la question de savoir l’appui que donnerait Pékin à Moscou pour la suite de ces opérations. Officiellement la Chine par la voix de ses représentants officiels a fait savoir que rien ne changerait dans le bon état de ses relations avec la Russie. Mais il était improbable qu’elle accepta de partager les sanctions que Washington avait décidé d’imposer à la Russie par l’intermédiaire des relations entre les Etats européens individuellement, ou par le biais de la Commission européenne collectivement.

Rappelons que en juillet 2022, l’Union européenne avait reconduit pour six mois supplémentaires, jusqu’au 31 janvier 2023, les sanctions économiques liées à l’ « agression militaire » de la Russie contre l’Ukraine, sanctions qui soit dit en passant, pénalisent tout autant l’Europe que la Russie.

Or les bonnes relations économiques entre la Chine et l’Europe sont devenues indispensables tant pour l’une que pour l’autre. La Chine fournit à l’Europe des matières premières de plus en plus indispensables à l’industrie de cette dernière. C’est le cas du lithium composant essentiel pour les batteries des nouveaux véhicules électriques.

La Chine n’est plus seulement exportatrice de produits finis bon marché mais importatrice de produits européens de luxe. Enfin, ses ingénieurs coopèrent avec leurs homologues européens dans le cadre de programmes de recherche scientifique et techniques avancés, y compris dans le spatial et la physique fondamentale.

Dans le domaine peu connu des routes commerciales terrestres unissant la Chine et l’Europe de nouvelles voies de communication routières et ferroviaires sont en cours de mise en place, modifiant les portes d’entrée des marchandises en Europe et incitant les entreprises à reconfigurer davantage leurs chaînes d’approvisionnement.

Ainsi transporteurs et logisticiens ouvrent aujourd’hui de nouvelles liaisons ferroviaires, notamment via le corridor central transcaspien (middle corridor). La compagnie Maersk AP Moller, la plus grande compagnie maritime au monde, a lancé, avec un premier train en avril 2022, un nouveau service ferroviaire entre la Chine et la Roumanie qui relie l’empire du Milieu et l’Europe en 40 jours. Les trains venant de Chine traversent le Kazakhstan depuis le hub de Khorgos jusqu’au port d’Aktau sur la mer Caspienne. Les marchandises sont ensuite transportées en barge jusqu’au port de Bakou en Azerbaïdjan pour se diriger vers le port de Poti en Géorgie puis celui de Constanta en Roumanie, le plus grand port de la mer Noire.

Quant à lui, Rail Bridge Cargo, logisticien ferroviaire néerlandais, relie lui Zhengzhou (Chine) et Duisburg-Neuss (Allemagne) via le Kazakhstan, l’Azerbaïdjan et la Géorgie en 23-25 jours par une route multimodale. Enfin, Nurminem Logistics, logisticien finlandais et pionnier du corridor transcaspien, a lancé, en mai 2022, en coopération avec Kazakhstan Railways, son premier train de fret utilisant le corridor transcaspien.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :