08/08/2022. Non-expulsion d’un imam radicalisé et rodéos urbains

Faut-il voir un lien entre l’incapacité de l’Etat français à obtenir l’expulsion de l’imam Hassan Iquioussen, affilié aux Frères musulmans et la prolifération des « rodéos » urbains avec des motos souvent volées qui multiplient des accidents.  
L’imam Hassan Iquioussen, affilié aux Frères musulmans, n’a «rien à faire sur le territoire de la République», a répété le ministre de l’Intérieur, à l’occasion d’un déplacement à Marseille, le 8 août. Rappelant les propos antisémites de l’imam, sa négation de l’égalité entre les femmes et les hommes, ses accusations complotistes, le ministre de l’Intérieur a affirmé que «les ennemis de la République ne [pouvaient] pas rester à l’intérieur de la République.» Il a également qualifié le prédicateur de «radicalisé», ce dernier étant fiché S par la DGSI depuis dix-huit mois.

Quant aux jeunes auteurs des rodéos, ils agressent souvent en bandes les rares policiers qui essaient de les arrêter. Beaucoup de ceux-ci se retrouvent blessés et mis en examen pour violence, si bien qu’ils finissent par fermer les yeux.

Inutile de rappeler qu’en ce qui concerne les trafics de crack, les dealers peuvent désormais procéder en toute tranquillité à leurs opérations dans certaines rues ou certains immeubles faisant régner la peur parmi les résidents contraints à s’enfermer chez eux.

Il est difficile de dire comment un gouvernement français devrait agir pour limiter préventivement les actes s de criminalité des « Fichers S . En France il y a environ 24 000 « fichés S » et 20 000 personnes sont considérées comme représentant un danger potentiel de par leur radicalisation et méritant leur inscription au fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation terroriste (FSPRT), dont 15 % d’étrangers (environ 3000).

On estime généralement qu’il faille environ 5 fonctionnaires de police pour surveiller convenablement un seul de ces radicalisés.

Quant au contrôle des rodéos ubains Gérard Darmanin vient de promettre à Marseille le recrutement de 50 nouveaux agents. A l’échelle du territoire national, cet objectif signifierait le recrutement de milliers de fonctionnaires nouvaux dont la formation prendrait au moins 18 mois

Or la police nationale vient de lancer sa campagne annuelle de recrutement. L’objectif est de former 2 500 futurs agents, par une scolarité plus longue et de nouveaux enseignements, ceci afin d ‘être « en phase avec la société ». Cela ne sera pas suffisant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :