02/05/2022 La bataille russe pour le Donbass

Il apparaît aujourd’hui que la Russie est en train de battre sans doute définitivement les forces ukrainiennes sous le commandement du sémillant président Volodimir Zelinsky. Ces forces elles-mêmes sont massivement aidées par les Etats-Unis au risque de provoquer un embrasement pouvant dégénérer en guerre nucléaire mondiale.

Le fait est que la bataille avait initialement mal commencé pour Moscou. Des colonnes de troupes russes, avançant en Ukraine sans prêter le genre d’attention à la sécurité des itinéraires et à la protection des flancs qui accompagne normalement les opérations offensives, se sont retrouvées coupées et anéanties par des embuscades ukrainiennes bien préparées. De plus, au lieu de plier sous la pression, l’armée ukrainienne, – tant l’armée régulière que les forces territoriales, – a tenu bon et s’est battue, en utilisant  avec un grand succès. des armes antichars portatives, – des ‘Javelin” de fabrication américaine et des NLAW de fabrication britannique, I

Cependant, malgré des revers initiaux coûteux, l’armée russe a poursuivi son attaque, réalisant des gains impressionnants dans le sud, où les forces russes opérant depuis la Crimée ont sécurisé la ville stratégique de Kherson et ont progressé vers la ville tout aussi importante de Marioupol. Là, elles ont rejoint les forces russes et ses alliées de la République de Donetsk pour encercler les forces ukrainiennes qui défendaient Marioupol. Elles ont fini par enfermer les survivants, au nombre de plusieurs milliers, dans les souterrains en béton armé de l’usine sidérurgique Azovstal.

Plus au nord, les forces russes, ainsi que les forces des républiques de Donetsk et de Lougansk, ont avancé vers l’ouest pour chasser les forces ukrainiennes de leurs positions préparées afin de prendre le contrôle de la totalité du territoire englobant la région du Donbass.

Si la sécurisation de l’intégrité territoriale de la région du Donbass était l’un des principaux objectifs de l’opération militaire spéciale russe, la Russie a mené à cette fin de vastes opérations de soutien, notamment une avancée de diversion vers Kiev destinée à fixer les forces ukrainiennes sur place et à détourner les renforts du front oriental, ainsi qu’une feinte amphibie au large d’Odessa dans le même but.

Pour qu’une attaque ou une feinte de diversion soit viable sur le plan opérationnel, elle doit être crédible, ce qui signifie que les forces chargées de la mission doivent être agressives dans l’exécution de la diversion, même dans des conditions défavorables.

L’avancée russe sur Kiev a été réalisée par une force de quelque 40 000 hommes opérant sur deux axes, l’un se dirigeant vers le sud, l’autre poussant vers le sud-ouest depuis la direction de Tchernihiv. Les avancées terrestres ont été précédées de plusieurs assauts aériens visant les aérodromes situés dans les environs de Kiev. Que les renseignements russes aient ou non indiqué que Kiev était mûr pour un coup de main, que les parachutistes et les forces spéciales russes menant les assauts aient été trop agressifs dans la réalisation de l’attaque, ou une combinaison des deux, la réalité était que Kiev était bien défendue par un mélange d’armée régulière et de forces territoriales qui n’étaient pas enclines à abandonner la capitale ukrainienne sans se battre. Pendant plus d’un mois, les forces russes ont avancé sur Kiev, lançant des attaques par à-coups qui ont pénétré dans la banlieue nord et menacé d’encercler la ville par l’est et l’ouest.

Il n’en demeure pas moins qu’une force de 40 000 hommes, aussi agressive soit-elle, ne peut prendre et tenir une ville de quelque trois millions d’habitants défendue par un mélange de 60 000 soldats réguliers, de réserve et territoriaux. Mais cela n’a jamais été leur tâche.

« Ces actions [i.e., l’avancée sur Kiev] », a annoncé le colonel général Sergey Rudskoy, premier chef adjoint de l’état-major russe, lors d’un briefing le 26 mars, « sont menées dans le but de causer des dommages aux infrastructures militaires, aux équipements et au personnel des forces armées ukrainiennes, dont les résultats nous permettent non seulement d’immobiliser leurs forces et de les empêcher de renforcer leur groupement dans le Donbass, mais aussi ne leur permettront pas de le faire jusqu’à ce que l’armée russe libère complètement les territoires de laRépublique populaire de Donetsk et de la République populaire de Lougansk ».

La prétendue “bataille de Kiev” est un exemple clair de la différence entre la perception et la réalité. L’interprétation ukrainienne est que ses forces ont vaincu de manière décisive les militaires russes aux abords de Kiev, ce qui les a obligés non seulement à battre en retraite, mais aussi à revoir complètement les objectifs stratégiques de l’opération militaire spéciale. Ce point de vue a été repris sans hésitation par des médias occidentaux complaisants.

L’un des principaux résultats de cette “victoire” ukrainienne a été la capacité du président ukrainien Zelenski à tirer parti de cette perception pour modifier fondamentalement la façon de penser de ses partisans en Occident, ce qui a entraîné une augmentation des sommes allouées à la fourniture d’armes à l’Ukraine, ainsi que de la qualité des armes elles-mêmes, l’Occident délaissant les armes antichars légères au profit de blindées et de pièces d’artillerie plus lourdes.

La nécessité de ce changement radical de priorité en matière d’armement n’était pas explicite, d’autant plus que l’Ukraine avait, selon son propre récit, vaincu la Russie de manière décisive en utilisant ces mêmes armes antichars légères. La réalité, cependant, est que les opérations russes de la phase 1 ont infligé des dommages quasi mortels à l’armée ukrainienne, tuant et blessant des dizaines de milliers de soldats tout en détruisant la majeure partie de l’armement lourd de l’Ukraine, – l’artillerie, les chars et les véhicules de combat blindés essentiels à la conduite d’une guerre interarmes moderne. La raison pour laquelle l’Ukraine a demandé davantage de chars, de véhicules blindés et d’artillerie à ses fournisseurs occidentaux est qu’elle avait épuisé ses stocks disponibles.

Mais l’équipement était le moins important des soucis de l’Ukraine. Une armée n’est bonne que si elle est capable de soutenir logistiquement ses forces pendant le combat, et l’un des principaux objectifs de la campagne russe de la phase-1 était de détruire les installations de stockage de carburant et de munitions de l’Ukraine et de dégrader le commandement et le contrôle ukrainiens. Le résultat est que si l’Ukraine a tenu Kiev, elle l’a fait à un coût énorme en termes d’efficacité globale du combat. Et tandis que la Russie a pu se retirer du front de Kiev et bénéficier d’une période de repos, de réarmement et de réorientation l’armée ukrainienne est restée sous la pression des attaques aériennes russes incessantes et des bombardements de missiles de croisière à guidage de précision et de l’artillerie russe.

La perception, lorsqu’elle est soumise à la lumière crue de la réalité, se révèle être un peu plus qu’un vœu pieux. C’est le cas de la “bataille de Kiev”, au cours de laquelle l’armée ukrainienne s’est retrouvée avec un territoire qui n’avait plus aucune utilité pour les Russes. La Russie a pu redéployer ses forces pour mieux soutenir son objectif premier, la prise du Donbass, laissant les forces ukrainiennes de Kiev figées sur place.

La réalité est que Kiev était une feinte russe magistrale qui a façonné la situation stratégique globale en Ukraine en faveur de la Russie, et que la bataille de Marioupol est également terminée en termes d’impact stratégique sur la campagne globale. Ce qui reste, c’est la dure vérité du fait que l’Ukraine est en train de perdre sa guerre contre la Russie.

Telle est la situation actuelle de l’armée ukrainienne face aux Russes dans le Donbass aujourd’hui. Les Ukrainiens, dépourvus de toute artillerie significative, sont à la merci de l’artillerie et des lance-roquettes russes qui pilonnent leurs positions jour après jour, sans répit. Les troupes russes ont adopté une approche très délibérée de l’engagement avec leurs adversaires ukrainiens. Finies les avancées rapides de colonnes et de convois non protégés ; désormais, les Russes isolent les défenseurs ukrainiens, les bombardent avec l’artillerie, puis se rapprochent prudemment et détruisent ce qui reste avec l’infanterie soutenue par des chars et des véhicules de combat blindés. Le rapport de pertes dans ces combats est impitoyable pour l’Ukraine, avec des centaines de soldats perdus chaque jour en termes de tués, de blessés et de personnes qui se sont rendues, alors que les pertes russes se mesurent en dizaines.

Non seulement la Russie peut manœuvrer pratiquement à volonté le long du front en se rapprochant des défenseurs ukrainiens et en les détruisant, mais les troupes russes opèrent également avec une liberté absolue dans la profondeur, ce qui signifie qu’elles peuvent se retirer pour se ravitailler, se réarmer et se reposer sans craindre les tirs d’artillerie ou les forces de contre-attaque ukrainiennes. Les Ukrainiens, quant à eux, restent cloués au sol, incapables de bouger de crainte d’être détectés et détruits par la puissance aérienne russe, et sont donc condamnés à être isolés et détruits par les troupes russes en temps voulu.

Il n’y a pratiquement aucun espoir de renforcement ou de secours pour les forces ukrainiennes opérant sur les lignes de front ; la Russie a paralysé les lignes ferroviaires qui servaient de voie de ravitaillement, et la probabilité que les forces ukrainiennes qui ont reçu des armes lourdes fournies par l’Occident atteignent les lignes de front avec une force discernable est pratiquement nulle. La bataille du Donbass atteint son point culminant, lorsque l’armée ukrainienne passe rapidement d’une force capable de fournir un semblant de résistance à une force qui a perdu toute capacité de combat significative.

Telle est la situation à l’aube du troisième mois de l’opération militaire russe en Ukraine. Si la fin d’un conflit est toujours une question politique, une chose est sûre : si l’opération se prolonge pendant un quatrième mois, le champ de bataille sera très différent de celui que le monde voit actuellement. La bataille pour le Donbass et l’est de l’Ukraine est pratiquement terminée. C’est la dure réalité, et aucun vœu pieux ni aucune gestion de la perception de la part de Zelenski ou de ses partenaires américains ne peuvent y changer quoi que ce soit.

Références

ex-UN weapons inspector Scott Ritter https://www.youtube.com/watch?v=OSkpIq3T-Zc

https://www.dedefensa.org/article/ukrisisentree-dans-son-troisieme-mois

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :