20/04/2022. Guerre en Ukraine. Les faux de la propagande anti-Russie

L’expérience des deux dernières guerres mondiales a montré l’importance des récits et des images que diffusaient les belligérants pour rallier leur camp et déconsidérer le camp adverse. Ces images étaient souvent délibérément fausses. On parlait de bobards. Mais pour distinguer les fausses nouvelles des vraies, les citoyens ne disposaient pas des moyens et de l’expertise nécessaires.

Aujourd’hui on désigne ces fausses nouvelles par le terme anglais de fake news. Avec les moyens technologiques surpuissants de la communication actuelle, il est de plus difficile pour ceux qui le voudraient de distinguer le vrai du faux.

Ainsi, comme nous apprend le réseau Voltaire, le New York Times a publié le 4 avril une photo satellite, datée du 19 mars, qui montre une route de la ville ukrainienne de Boutcha parsemée de cadavres. La photo, diffusée aux médias dominants à échelle mondiale, a été présentée comme preuve d’un « crime de guerre commis par les troupes russes en Ukraine ». Un examen technique démontre que la photo satellite n’a pas été prise le 19 mars, quand les troupes russes se trouvaient à Boutcha, mais le 1er avril, deux jours après qu’elles avaient quitté la ville. La date et l’heure exacte de l’image ont été calculées par le programme SunCalc sur la base de l’inclinaison du soleil au-dessus de l’horizon et donc de la direction des ombres. Dans l’image satellite publiée par le NYT, l’angle du Soleil est de 42 degrés. Cela signifie que la photo satellite a été faite à 11h57 GMT le 1er avril.

En outre, l’examen des photos des cadavres effectué par un expert médecin-légiste découvre divers indices d’une mise en scène. D’autres doutes fondés à propos de la narration officielle du « massacre de Boutcha » émergent de la chronologie même des événements : le 30 mars les soldats russes quittent Boutcha, le 31 mars le maire de Boutcha le confirme et ne parle pas de morts, le 31 mars les néo-nazis du Bataillon Azov entrent dans Boutcha, le 4 avril est publiée la photo satellite avec les cadavres dans les rues. De plus au lieu de conserver les corps pour pouvoir les examiner et établir les causes de la mort ils vont être enterrés précipitamment dans une fosse commune où ils restent plusieurs jours. Ils sont ensuite exhumés pour ouvrir une « enquête » et accuser la Russie de « crime de guerre ».

D’autres preuves techniques montrent la fausseté de la narration officielle du massacre de Kramatorsk, attribué aux troupes russes. Le numéro de série du missile Tochka-U qui a frappé la gare ferroviaire, le 8 avril 2022, est Ш91579 (en russe). Ce numéro de série marque le stock de missiles Tochka-U possédé par l’armée ukrainienne. Seules les Forces Armées Ukrainiennes ont des missiles Tochka-U. La Russie n’en a pas depuis 2019 : ils ont tous été désactivés. Les Républiques Populaires de Donetsk et Lugansk n’ont pas et n’ont jamais eu des Tochka-U.

Faudrait-il en conclure que les Ukrainiens et leur sympathique président Volodimir Zelinsky disposeraient de tous les moyens techniques et humains nécessaires pour monter ces Fakes news visant à déconsidérer la Russie. Certainement pas. Il faut voir derrière ces campagnes la main puissante de la CIA américaine.

Une réflexion sur « 20/04/2022. Guerre en Ukraine. Les faux de la propagande anti-Russie »

  1. Quelles sont les sources, les références des rapports dans les cas de Boutcha et de Kramatorsk ? Ces informations ont-elles été confirmées et par qui ? Merci.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :