11/04/2022 Hélicoptères lourds suisses.

La Suisse est autant que l’on sache, en Europe. Ses hélicoptères militaires alpins exécutent de nombreuses missions d’assistance et de sauvetage intéressant non seulement la confédération helvétique, mais la France et l’Italie. Il aurait été normal qu’elle consulte ces deux pays au moment de renouveler sa flotte d’hélicoptères.. Elle ne l’a, semble-t-il, pas fait.

Depuis les années 1980, les Forces aériennes suisses exploitent 15 hélicoptères de manoeuvre Super Puma, lesquels ont été rejoints, en 2002, par 12 Cougar. Ces appareils – qui assurent des missions de transport et de sauvetage, sont fabriqués par l’Aérospatiale. Ils devront être remplacés à l’horizon 2029/30. Or, selon un document du Département fédéral de la Défense [DDPS], une réflexion est actuellement en cours pour déterminer les modalités du renouvellement de ces deux flottes.

Si l’achat par la Suisse de nouveaux avions de combat – en l’occurrence 36 F-35A au lieu par exemple de Rafale – donne matière à un vif débat, il risque d’en aller de même pour le remplacement de ces hélicoptères…

Ces hélicoptères sont dits « de transport lourd ». Il s’agit de gros porteurs. à l’exemple des Chinook ou des Super Stalion de l’armée américaine. Ils permettent de transporter des dizaines de soldats, d’évacuer rapidement des blessés ou de déplacer beaucoup de matériel.

Le coût de ce type d’hélicoptère, selon des estimations du Département fédéral de la défense (DDPS), est de 100 millions de francs l’unité.

Pendant ce temps, le gouvernement français a officialisé mercredi la commande à Airbus de 169 hélicoptères H160M « Guépard » destinés aux forces armées, un contrat de matériel et de services de 10 milliards d’euros au total. Ces appareils seront répartis entre l’armée de Terre (80), la Marine nationale (49) et l’armée de l’Air et de l’Espace (40) pour des livraisons débutant en 2027, a précisé le ministère des Armées dans un communiqué.

Ces hélicoptères remplaceront des hélicoptères Gazelle, Alouette III, Dauphin, Panther et Fennec, dont certains sont en service depuis plus de 40 ans. Onze appareils supplémentaires ont également été commandés, dont dix H160 pour la Gendarmerie nationale, une commande « décidée dans le cadre du plan de soutien à l’industrie aéronautique, pour un montant de plus de 200 millions d’euros ». Ce contrat avait déjà été évoqué par le gouvernement.

.Attendue de longue date et prévue par la loi de programmation militaire 2019-2025, la commande de 169 appareils pour les forces armées devait initialement être passée en 2022, mais la ministre des Armées, Florence Parly, avait annoncé en 2019 avoir décidé de l’avancer d’un an.

Le choix du H160M, développé à partir du H160, récent appareil civil d’Airbus Helicopters, comme base technique de la plateforme unique du programme « Hélicoptère interarmées léger » (HIL), était déjà connu depuis 2017. En assurant le remplacement progressif de cinq types d’appareils différents, le Guépard fournira à nos armées les moyens de mener de manière plus efficace leurs missions pour les 40 prochaines années. Ce programme pérennise les savoir-faire et les emplois d’Airbus Helicopters, leader européen des hélicoptères civils et militaires », a affirmé Mme Parly

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :