16/03/2022 Un point de vue russe sur la guerre en Ukraine

Cet article a été publié par le site « Strategic Culture Foundation » le 11 mars 2022 https://www.strategic-culture.org/news/2022/03/11/western-silence-on-nato-backed-provocations-leading-to-war-in-ukraine/

Nous laissons aux auteurs de l’article l’entière responsabilité de leurs affirmations.
Europe solidaire

Traduction

Ce sont les provocations ourdies par l’Otan qui ont conduit à la guerre en Ukraine !

En dissimulant les causes du déclenchement de la confrontation militaire en cours et l’implication des principaux dirigeants occidentaux dans l’échafaudage des actes et des décisions qui ont conduit à la guerre, les médias du monde « libre » affichent leur duplicité et leur complicité. Un aveuglement délibéré des consciences qui risque de coûter très cher !

 Ces derniers jours, de nouvelles preuves, mises en évidence par la partie russe, attestent que l’Otan et le régime de Kiev s’apprêtaient à déclencher des combats meurtriers dans le Donbass. C’est pour empêcher cette agression que l’armée russe est passée à l’action le 24 février dernier. Ce que les états occidentaux ont aussitôt condamné comme une invasion de l’Ukraine que rien ne justifiait, la Russie, de son côté, le qualifie sans emphase de déploiement d’une opération militaire spéciale.

 Le souci principal des médias occidentaux, c’est d’empêcher à tout prix la diffusion des révélations et des faits mis en avant par la Russie pour expliquer pourquoi elle a dû intervenir militairement. Ces révélations pourraient en effet conduire certains à comprendre que la Russie avait peut-être des raisons valables pour procéder de la sorte. Cela pourrait aussi les conduire à s’interroger sur l’implication éventuelle de leur propre gouvernement, et sur ses responsabilités à lui, (tout particulièrement celles de notre propre gouvernement et de Macron, qui pourraient coûter fort cher, et c’est nous qui paierons l’addition / note du traducteur – voir la vidéo proposée en lien ci-dessous-)

 Il ne faut pas non plus oublier que Moscou s’est appliquée longuement, avec beaucoup de persévérance, à engager le dialogue, à entamer et à pousuivre les discussions nécessaires avec Washington et ses partenaires de l’Otan, pour leur faire comprendre les préoccupations de la Russie en matière de sécurité. Aucune de ces demandes n’a jamais été prise en compte. La Russie a été ignorée, traitée comme n’étant pas digne d’intérêt et ne comptant pour rien. Ses préoccupations énoncées de longue date sur les garanties nécessaires qu’elle tenait à obtenir en matière de sécurité n’ont pas été prises au sérieux. Elles ont été écartées comme autant de lubies fantasmées et importunes.

 Les dernières informations que la Russie a dévoilées ces derniers jours, à l’appui de ce qu’elle dénonce, démontrent l’existence d’une menace gravissime, multidimensionnelle, pour sa sécurité nationale. Ces menaces sont si graves qu’il est impossible de les ignorer, ce qui rend plus condamnable encore leur leur dissimulation par les médias occidentaux)

Moscou a fait savoir que ses services spécialisés dans l’analyse des problèmes de sécurité s’affairent à tirer au clair tous les éléments de ce dossier, et que de plus amples informations, d’autres détails seront révélés prochainement. D’ores et déjà, trois menaces graves, ourdies par les Etats-Unis et les marionnettes de l’Otan en place à Kiev, ont été clairement identifiées. Ces dangers étaient beaucoup plus graves et plus rapprochés qu’on ne l’avait estimé jusqu’ici. Ils étaient déjà porteurs et annonciateurs du conflit militaire russo-ukrainien en cours.

 Premier point : De nouvelles informations [1] démontrent que le régime ukrainien s’apprêtait à déclencher une offensive militaire de grande ampleur contre les républiques auto-proclamées de Lougansk et de Donetsk. Les forces militaires qui devaient conduire l’attaque étaient celles de la garde nationale, truffées de brigades néo-nazies, à l’instar du bataillon Azov de sinistre réputation. Ces brigades ont été armées et entraînées par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada, la Pologne et par d’autres pays membres de l’Otan. Depuis plus de huit ans déjà, depuis le coup d’état organisé en 2014 avec le soutien de la CIA, le régime de Kiev mène en sourdine, en s’efforçant de rester sous les écrans radars, une guerre cruelle aux populations russophones des républiques de Lougansk et de Donetsk. Quatorze mille personnes ont péri à ce jour, et plus d’un million ont dû fuir leur maison et ont été déplacées. L’intensification des opérations de guerre était programmée pour ce mois-ci. C’est ce qui a conduit Moscou à reconnaître l’indépendance des républiques du Donbass le 21 février dernier, et à se porter à leur secours trois jours plus tard, prévenant ainsi l’assaut militaire qui allait être donné et vraissemblablement coordonné par les puissances regroupées sous la houlette de l’Otan. La Russie a clairement indiqué que ses objectifs étaient la dénazification de l’Ukraine et la démilitarisation du régime de Kiev. Cela requiert nécessairement le prolongement de l’action militaire engagée jusqu’à la prise du contrôle de la capitale et la disparition de toute velléité agressive à l’égard de la Russie.

 Deuxième point : L’Ukraine menaçait de se doter rapidement de l’arme nucléaire. Il ne s’agissait pas d’un danger fantasmagorique. [2] C’était *une menace prise trrès au sérieux par les services de sécurité de la Russie. Moscou dit avoir la preuve que les Etats-Unis et les autres puissances de l’Otan étaient pleinement informés des plans de Kiev de se doter de la bombe atomique et de l’ajouter à sa panoplie guerrière. Quand Vladimir Zelenski, le président ukrainien, choisit de déclarer, à la conférence sur la sécurité du 19 février à Munich, [3] que son pays pourrait abroger le memorandum de Budapest, signé en 1994, interdisant à son pays l’accès à l’arme nucléaire dont disposait autrefois l’ancienne république soviétique, ce n’étaient pas des paroles en l’air, ce n’étaient pas de simples bravades de fanfaron !

 Troisième point : On sait maintenant que les Etats-Unis ont financé l’implantantion et le fonctionnement de laboratoires travaillant à la conception d’armes biologiques sur plusieurs douzaines de sites répartis sur tout le territoire ukrainien. Cela préoccupe fortement la Russie depuis de longues années qui remontent à l’indépendance accordée à l’Ukraine en 1991. Elément nouveau : Les autorités compétentes de la Russie ont annoncé cette semaine qu’elles détiennent des documents, [4] récupérés dans ces laboratoires, qui prouvent qu’ils étaient engagés dans la production d’armes biologiques, d’agents pathogènes et de bactéries tueuses. Il semble qu’ordre aît été donné à tous ces laboratoires, le 24 février dernier, de détruire rapidement tous les échantillons concernés. Ces recherches sont une violation caractérisée des traités internationaux sur l’interdiction des armes biologiques et constituent une menace inacceptable tournée contre la Russie. Il est avéré que le Pentagone participe au financement de ces laboratoires. Cette semaine, Victoria Nuland, qui est la responsable du Département d’Etat US pour les affaires ukrainiennes, a confirmé devant le congrès que ces laboratoires étaient effectivement engagés dans la fabrication de matériaux hyper dangereux, en exprimant ses craintes que les forces russes puissent s’en saisir. Pourquoi Victoria Nuland redoute-t-elle autant que la Russie mette la main dessus si ces substances ne sont ni interdites ni d’une dangerosité extrême ? 

 Tout compte fait, les trois chapitres passés en revue ci-dessus, qui sont autant de motifs de préoccupation et de griefs légitimes pour Moscou, démontrent dès l’abord, de façon éclatante, pourquoi la Russie a dû engager il y a trois semaines l’opération spéciale qui est en cours sur le territoire ukrainien. Depuis le coup d’état orchestré par la CIA en 2014 pour chasser le président élu Victor Yanoukovitch, l’Ukraine est en proie à la guerre civile. Elle est instrumentalisée par Washington pour déstabiliser la Russie qui s’étend de l’autre côté de sa frontière orientale. Tout cela s’articule parfaitement avec les visées impérialistes de Washington et le plan conçu de longue date par les Etats-Unis, énoncé et explicité par Zbigniew Brzezinski et consorts : poursuivre les menées hostiles contre la Russie, perpétuer la guerre froide et la fracture geopolitique des relations mondiales pour rester les maîtres du monde.

Une chose qui en dit long : le silence quasi-absolu des médias occidentaux sur tout ce qui a été évoqué plus haut. Il faut mettre au crédit de Tucker Carlson, de Fox News, [5] d’être pratiquement le seul, dans tous les grands médias, à mettre en évidence la duplicité affichée par l’administration Biden et ses accolytes au service de leurs plans de guerre.

 Si on y regarde bien, l’exception relevée plus haut et quelques autres mises à part, tous les enjeux vitaux et tous les ressorts du conflit en cours en Ukraine ont été complètement occultés et oubliés délibérément par les médias occidentaux. La moindre mention des préoccupations de la Russie pour sa sécurité y est rejetée et tournée en ridicule, dénoncée comme « la propagande du Kremlin ». La censure des organes de presse russes par les pays occidentaux ne facilite en rien l’éveil de l’intérêt du public pour le dessous des cartes et pour trouver les clés d’une bonne compréhension des évènements, et de ce qui est en jeu (trois fois rien : la paix du monde, la perspective d’un hiver nucléaire planétaire, pourquoi s’en préoccuper ? / note du traducteur). La posture hypocrite des occidentaux qui prétendent veiller à la diffusion d’une information libre et non faussée est tout simplement stupéfiante.

 L’ignorance et la tartuferie promues et encouragées par les médias prétendument indépendants ouvrent un boulevard à la politique hostile et agressive des forces de l’Otan. Des armes et des crédits pour l’armement, financés par le contribuable européen, affluent en Ukraine au prétexte de « défendre la démocratie contre l’agression russe ». Il y a des raisons objectives au déclenchement du conflit qui a éclaté dans ce pays, et les gouvernements des pays occidentaux regroupés dans l’Otan ont bien des responsabilités et beaucoup de choses à se reprocher à propos de ces tragiques évènements. Le silence orchestré par les médias occidentaux sur les causes de la guerre, ainsi que l’implication criminelle de ces gouvernements dans les développements en cours, c’est de la complicité caractérisée dans la mise en place du dispositif et dans la réalisation des conditions qui mènent directement à la guerre.

Le gouvernement de la Russie a réitéré cette semaine sa volonté de parvenir à un règlement négocié du conflit ukrainien, et de mettre sa diplomatie au service de cet objectif. Il exige l’élimination de la menace systémique que l’Otan fait peser sur l’existence même de la Russie. Il exige la cessation des agressions conduites par le régime ukrainien avec la complicité de l’Otan. Il exige la reconnaissance des droits historiques de la Russie sur la Crimée. L’engagement d’un dialogue sincère et rationnel peut permettre de trouver des solutions au conflit en cours et de rétablir la paix. Mais cela ne restera-t-il pas une gageure, aussi longtemps que les gouvernements et les médias occidentaux continueront de refuser toute autre solution que la leur, fût-elle la plus pertinente et la plus sérieuse, la plus valide ?

Cet article a été publié par le site « Strategic Culture Foundation » le 11 mars 2022


https://www.strategic-culture.org/news/2022/03/11/western-silence-on-nato-backed-provocations-leading-to-war-in-ukraine/
Traduction :
Gérard Jeannesson
 
Liens ajoutés à la demande d’un modérateur : la remise en cause par Zelensky du memorandum de Budpest de 1994 par lequel Kiev renonçait à la bombe atomique :
en français : 
https://histoireetsociete.com/2022/03/12/discours-a-la-58e-conference-de-munich-sur-la-securite-prononce-le-19-fevrier-2022-traduit-de-lukrainien-par-le-gouvernement-ukrainien-parvolodymyr-zelenskyy/
en anglais :
https://kyivindependent.com/national/zelenskys-full-speech-at-munich-security-conference/
 
Liens signalés dans le texte :
1 L’ordre secret du déclenchement de l’Offensive de Kiev contre le Donbass publié par le Ministère de la Défense de Russie
https://tass.com/politics/1418861?utm_source=strategic-culture.org&utm_medium=referral&utm_campaign=strategic-culture.org&utm_referrer=strategic-culture.org
2 lien non établi : la réalité du projet de Kiev de se doter de l’arme nucléaire
 
3 Le texte intégral du discours de Zelensky à la Conférence de Munich sur la Sécurité
https://kyivindependent.com/national/zelenskys-full-speech-at-munich-security-conference/

4 Communication de la Ministre des Affaires Etrangères Maria Zakharova sur les recherches biologiques à usage militaire conduites dans les laboratoires de recherche ukrainiens
https://mid.ru/en/foreign_policy/news/1803269/
5 Tucker Carlson : Les questions que chacun devrait logiquement se poser sur ce qui se trame dans les labos de recherche biologique de l’Ukraine
https://www.foxnews.com/opinion/tucker-carlson-questions-biolabs-ukraine-everyone-asking
*6 l’incident survenu le 7 mars à Dublin :
https://www.irishmirror.ie/news/irish-news/footage-shows-truck-crash-through-26406321
Les grilles de l’ambassade russe fracassées par un poids lourd à Dublin
 
autres liens pertinents :
https://www.upr.fr/actualite/ukraine-asselineau-sonne-lalarme-pour-la-paix-en-ukraine/
 
https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/halte-aux-fauteurs-de-conflagration-mondiale-la-negociation-et-la-desescalade-ne-sont-pas-en-option-sauvonslapaix/

Gérard Jeannesson

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :