16/02/2022. Que penser du plan français sur l’énergie?

Emmanuel Macron était le 10 février à Belfort pour présenter son plan sur l’énergie.

Ce plan repose sur la construction par EDF de six à 14 réacteurs pour 2050, le rachat de turbines auparavant vendues à l’américain General electric et l’essor de l’éolien marin. EDF devra construire six réacteurs EPR2, pour une première mise en service à l’horizon 2035. A cela s’ajoute la possibilité d’une mise en service de huit EPR2 de plus pour la fin de la décennie 2040.

Par rapport à l’unique EPR en construction en France à Flamanville (Manche), qui a accumulé retards et surcoûts, l’EPR 2 est censé être « plus simple à construire », bénéficiant d’un effet de série (construction par paires) et de préfabrications en usine ou modularisation C’est aussi « le premier réacteur à être totalement conçu de façon numérisée », avec simulation 4D et visualisation 3D pour mieux détecter les anomalies. La construction de plusieurs exemplaires, ainsi que les optimisations faites sur le génie civil et les méthodes de construction, « vont permettre de faire des économies d’échelle », selon EDF.

La Cour des comptes a souligné l’enjeu financier « majeur » que représenterait ce programme, avec un coût de construction de trois paires d’EPR 2 estimé à 46 milliards d’euros. Mais il s’agit aussi d’un enjeu pour les emplois qualifiés. Certains craignent actuellement un manque d’offres d’emplois dans ce domaine. Ce ne devrait plus être le cas avec ce plan.

Les magistrats ont aussi souligné récemment « une incertitude en termes de capacité à construire un nouveau parc de réacteurs dans des délais et à des coûts raisonnables ». Ils n’ont pas cependant évoqué le fait que ce nouveau réacteur devrait bien se vendre à l’exportation.

Par ailleurs Emmanuel Macron a insisté sur le fait qu’il n’accepterait plus la fermeture de nouvelles centrales nucléaires.

Il est dommage qu’il n’ai pas mentionné l’importance de l’accélération du programme EPR de réacteurs à fission en vue d’augmenter le rôle d’EDF dans la mise au point à terme de 20 à 30 an d’un réacteur à fusion nucléaire. Selon l’adage, qui dominera la fusion nucléaire dominera le monde. La France se doit d’en être.

Dans ces conditions, pourquoi ne pas nationaliser EDF, comme ce fut fait à la Libération- nationaliser et mieux financer?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :