Offensive russe en Ukraine : des missiles hypersoniques mais une hécatombe de généraux tués au combat

Des missiles hypersoniques de type Avangard sont désormais utilisés en Ukraine, selon le Kremlin. Censés pouvoir échapper aux systèmes de défense adverses, ces nouveaux missiles ont été utilisés à deux reprises. Leur emploi est une première mondiale. Jusqu’ici, la Russie n’avait jamais fait état de son utilisation dans les deux conflits où elle est belligérante En utilisant ce genre d’armes, le Kremlin « tente de retrouver un élan » dans le conflit où son armée semble s’enliser. a affirmé le ministre américain de la Défense Lloyd Austin, estimant que ces armements ne « changeaient pas la donne ».

En quoi consistent ces armes ? Pourquoi Moscou y a recours ? Elles peuvent maintenir des vitesses supérieures à Mach 5, c’est-à-dire cinq fois la vitesse du son : autour de 6.000 km à l’heure minimum. Ce sont donc des armes très rapides (même si elles le sont moins que les missiles balistiques intercontinentaux qui volent jusqu’à Mach 20), mais elles ont un avantage indéniable : elles sont difficilement détectables. Et elles sont manoeuvrables sur la quasi-totalité de leur vol, ce qui les rend bien plus précises.

Ces missiles appartiennent à une famille de nouvelles armes développées par la Russie. les missiles hypersoniques russes Avangard Ils sont capables de changer de cap et d’altitude à très haute vitesse, les rendant « pratiquement invincibles » selon Vladimir Poutine . Ce dernier a comparé la percée scientifique et militaire de leur développement « à la création du premier satellite artificiel de la Terre », le célèbre Spoutnik.

Dans le même temps, faute de composants et de pièces détachées, Uralvagonzavod, la principale usine russe de blindés, ne pourraient plus produire, ni réparer les blindés endommagés par l’armement antichar des forces armées ukrainiennes. L’usine installée à Nizhni Tagil aurait même été contrainte de cesser temporairement la production. Elle produit notamment les chars T-72B3, T-80 et T-90.

Par ailleurs, avec sans doute plus de 10.000 hommes morts au combat lors du premier mois de guerre en Ukraine, les pertes humaines de l’armée russe sont considérables. Elles dépasseraient celles observées mensuellement par l’ensemble des belligérants durant la première guerre mondiale.

De plus les généraux russes ont été cinq –peut-être six à en croire les autorités ukrainiennes– à avoir trouvé la mort depuis le début de la guerre. Les renseignements occidentaux estiment à vingt le nombre de ces haut gradés engagés dans la guerre. Un quart d’entre eux seraient donc déjà tombés, et les opérations sont loin d’être terminées.

Ce serait l’absence de personnels de commandement intermédiaire (sous-officiers) ainsi que de réseaux d’information et de communication qui expliquerait ce record. Ainsi lorsqu’un convoi de blindés se trouve immobilisé, des officiels supérieurs sont obligés eux-mêmes de se rendre en tête de convoi pour s’informer. Ils représentent alors des cibles faciles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :