Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesScurit/DfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

14/07/2021. Viginum, protéger la France, mais de qui ?

Le Premier ministre a officialisé le 13 juillet la mise en place en France d'un Service de vigilance et de protection contre les ingérences numériques étrangères», également baptisé «Viginum». Il sera actif à partir de septembre 2021

Rattaché à Matignon via le Secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), ce service aura pour mission de « répondre au défi majeur de la menace informationnelle et des ingérences étrangères dans le débat public», selon le compte-rendu du Conseil des ministres.

Plus précisément, Viginum devra «identifier des opérations impliquant [...] un Etat étranger ou une entité non étatique étrangère et visant à la diffusion [...] d'allégations ou d'imputations de faits manifestement inexactes ou trompeuses de nature à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation». Le service devrait employer les services de quelque cinquante spécialistes des médias numériques, analystes, ingénieurs ou encore «experts ». Ilpourrait compter 50 contributeurs début 2022.

De toute évidence, à la veille des futures élections présidentielles en France, se trouve la volonté d'intervenir contre la désinformation ou la propagande dont seraient responsables des « experts russe", au service de Vladimir Poutine. Mais le danger proviendrait plutôt des organisations islamiques qui s'efforcent depuis quelques mois de contrôler les informations circulant sur des médias de grande diffusion en France.

Après l'assassinat en octobre 2020 de l'enseignant Samuel Paty par un islamiste, une campagne antifrançaise s'était développé sur les réseaux sociaux, en France même. Le gouvernement avait alors chargé une cellule baptisée «Task Force Honfleur» de détecter et de caractériser cette initiative, qui s'avérera d'origine turque.

Par ailleurs, si Viginum devait accomplir complètement sa mission, il devrait aussi contrôler les informations et désinformations par lesquelles les services américains, dont la CIA, ont toujours fait usage pour mettre les Pouvoirs Publics français à leur service. Mais il aurait fort à faire. Les Géants américains du numérique ont toujours été chargés par Washington de remplir cette fonction. Or peu de spécialistes français sont aujourd'hui capables de s'en rendre compte et de prendre les mesures appropriées de « réinformation ».

14/07/2021
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
A LIRE AUSSI
Les articles de la même rubrique et sur les mêmes thèmes
Aucun
Les articles de la même rubrique
Les articles sur les mêmes thèmes
Aucun
Europe Solidaire