Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesScurit/DfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

12/07/2021 Cuba confrontée à l'épidémie

Cuba, ancienne colonie américaine, a été souvent décrite depuis la prise d'indépendance due à Fidel Castro comme un clou planté dans le talon de l'Amérique.

Cependant les Etats-Unis, malgré de nombreuse interventions militaires et économiques, n'ont jamais réussi à renverser le gouvernement cubain. Aujourd'hui cependant, avec les nombreuses manifestations populaires que l'on observe à la Havane et dans d'autres villes, les stratèges américains reprennent espoir.

Cuba souffre actuellement des restrictions d'activité résultant de l'épidémie provoquée par le Covid 19, particulièrement sévère dans cette région des Caraibes. Mais elle subit aussi les conséquences d'un blocus renforcé (el bloqueo) ou restrictions d'activité imposées par les Etats-Unis. Washington veut en effet profiter de la situation pour reprendre le contrôle de la République cubaine.

Manifestations anti-gouvernementales et rassemblements de soutien à la révolution se sont succédés le 11 juillet à Cuba. A La Havane comme à Santiago de Cuba, des protestataires ont ainsi dénoncé les pénuries de nourriture, de médicaments et de matériel vaccinal, sur une île qui depuis des décennies doit subir les conséquences de l'embargo économique imposé par les Etats-Unis. Certains demandaient également la fin du système communiste.

Prenant la parole après les premiers rassemblements, l'actuel président Miguel Diaz-Canel a reconnu l'existence d'une «insatisfaction» liée la crise économique,disant comprendre que «les manifestations impliquent de nombreux citoyens révolutionnaires qui veulent une explication sur la situation actuelle dans le pays». Dans un discours télévisé, après une visite à San Antonio de los Baños – où le premier rassemblement a été signalé –, il a aussi condamné un mouvement «contaminé par des groupes d'opportunistes qui profitent de la crise actuelle pour saper l'ordre et générer le chaos».

Le président , qui a succédé en 2018 à Raul Castro, a demandé aux «citoyens révolutionnaires [...] de combattre», les appelant à «sortir dans les rues où vont se produire ces provocations, dès maintenant et dans les prochains jours». Le vice-président cubain Salvador Valdés Mesa a par ailleurs accusé Washington de profiter de la crise: «Il y a un groupe de personnes, contre-révolutionnaires, mercenaires, payées par le gouvernement américain, de façon indirecte à travers des agences du gouvernement américain, pour organiser ce genre de manifestations», a-t-il affirmé. La Revolucion cubana la defenderemos al precio que sea necesario! El pueblo en la calle es respondiendo a la convocatoria de nuestro Presidente. 

12/07/2021
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire