Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Pourquoi les Etats-Unis veulent-ils la guerre?

Après leur retrait obligé d'Afghanistan et d'Irak, les Etats-Unis se sont désormais engagés dans deux quasi-guerres qu'ils ont largement contribué à déclencher.

 La première se livre au Moyen-Orient contre des islamistes sunnites qu'ils avaient précédemment financés et armés avec le soutien des princes saoudiens, pour contenir l'Iran chiite, et qui depuis se sont retournés contre eux. L'Amérique certes n'y intervient pas encore par des troupes au sol, trop impopulaires, mais par des frappes aériennes, toutes aussi coûteuses qu'inefficaces. Si les Russes ne s'étaient pas interposés, Obama se préparait à lancer une guerre d'une tout autre ampleur contre Bashar al Assad, allié de la Russie (suvi par un Hollande qui n'avait lui vraiment rien à gagner dans cette affaire). Rien ne permet aujourd'hui de penser qu'il ait renoncé à ce projet qui serait fou, compte tenu du fait que l'armée de Damas est d'une autre force que les bandes du pseudo Etat islamique, même renforcées des puissants chars américains Abrams précédemment vendus aux Irakiens et capturés par elles.

La seconde guerre est en Ukraine, aux frontières de la Russie. L'Amérique ne s'y est pas encore engagée militairement, sauf par l'intermédiaire de mercenaires qu'elle a recrutés et armés, mais elle s'y prépare, et avec de tous autres moyens. Ceci non pas contre les indépendantistes de la Novorussia, mais contre la Russie elle-même. C'est ainsi qu'elle a relancé, en Roumanie et en Pologne, la mise en place d'un coûteux barrage anti-missiles terrestre et naval, dit BMDE 1). Le projet de guerre avec la Russie serait autrement plus fou que celui de guerre contre la Syrie ou l'Iran, car il pourrait déboucher sur des affrontements avec du matériel nucléaire tactique. Mais l'Amérique est amplement pourvue de ces derniers.

Les observateurs naïfs se demandent pourquoi l'Amérique, que l'on dit en recul sur un certain nombre de points, manie de nouveau le feu, comme du temps de G.W. Bush etpendant la guerre froid.e La réponse n'est pas difficile à trouver. Elle s'explique par le jeu de plus en plus dangereux que mène le lobby ou complexe politico-militaro-industriel qui a toujours plus ou moins dirigé le pays, en s'opposant sans hésiter, y compris par des moyens criminels, aux forces plus démocratiques.

Pour ce lobby, il est désormais indispensable de relancer des dépenses tous azimuts en matériels militaires, que la crise boursière et les économies budgétaires forcées qui s'en étaient suivies, avaient paru un moment menacer (politiques de restrictions budgétaires dites de « sequestrations »). Tout est bon à prendre à ses yeux. C'est ainsi que le coût relativement important, en termes de moyens aériens et de munitions, que représentent les interventions aériennes au Moyen-Orient, est pain béni pour lui. Le BMDE, quant à lui, se traduira par des commandes bien plus importantes, en terme de missiles et de plateformes Aegis, que le ministère de la Défense sera bien obligé de financer vu le manque d'enthousiasme de ses alliés au sein de l'Otan.

La paix ne rapporte rien

Nous n'avons pas à ce jour en ce qui nous concerne d'éléments suffisants pour évaluer le coût du réarmement qui permettra à l'US Army de s'engager plus à fond sur les différents théâtres moyen-orientaux et européens, mais nous pouvons sans risques prédire que les experts du lobby militaro-industriel ont pour leur compte fait le calcul. La paix n'est pas au bout du chemin, car elle ne rapporte rien.

Le complexe militaro-industriel américain exerce donc des pressions de plus en plus fortes pour obtenir une escalade militaire totale contre la Russie et une intervention généralisée des Américains au Moyen-Orient. Des milliards de dollars de vente d'armes sont en jeu. On a relevé que les valeurs boursières des géants américains de l'armement (par ex. Lockheed Martin, Northrop Grumman ou Raytheon) montent rapidement au sein d'un marché par ailleurs plutôt asthénique. Chaque sortie d'avion de combat en Irak et en Syrie, chaque missile lancé, chaque navire de guerre présent en Méditerranée ou en mer Noire, se traduit par d'importants bénéfices pour ces entreprises. Les ventes futures de matériels militaires aux Etats arabes, qui ne peuvent s'en passer sauf à disparaître, représenteront une opportunité d'affaires que le complexe ne veut pas perdre.

Par ailleurs, plus Poutine s'engagera en retour dans des politiques de modernisation d'un matériel militaire datant souvent encore de la guerre froide, plus le complexe se réjouira. Si par ailleurs la Russie et la Chine se mettaient d'accord pour procéder à des investissements militaires en commun, plus le complexe en tirerait d'arguments pour obtenir l'augmentation du budget militaire dont il bénéficie. 2)

Le poids politique des « faucons »

Au plan politique américain, les « faucons » travaillant pour le compte du complexe ne sont pas seuls à se faire entendre. Un certain nombre de Représentants, au sein du Congrès, tant chez les Républicains que chez les Démocrates, voudraient au contraire que le pays s'engage dans des dépenses d'infrastructures civiles ou autres dont il aurait bien besoin. Mais bénéficieront-ils du soutien de la nation? Et qu'en sera-t-il d'Obama lui-même, qui pour le moment semble flotter entre des influences contraires.

Il n'est pas exclu que, dans les semaines ou mois prochains, une provocation de grande ampleur, montée par le complexe et ses alliés au sein de l'administration fédérale, notamment par la CIA, provocation analogue à ce que fut l'attentat du 11 septembre contre le World Trade Center, ne fasse disparaître toute opposition libérale. Alors le pire sera à craindre.

  1. Voir notre article http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1530&r_id=

  2. Voir notre article http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1531&r_id=

17/10/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
Ukraine
28/02/2015 21:23:28 | Par : caron
Je m'adresse Ă  vous afin de contribuer Ă  diffuser certaines infos au sujet de l'Ukraine

Les enjeux (colossaux) liés au marché du gaz:
Dès qu'il sera politiquement incorrect d'acheter le gaz naturel russe (d'oĂą l'intĂ©rĂŞt Ă©vident d'isoler la Russie pour certains et peu importe le moyen ?) ça sera l'âge d'or du gaz de schiste en Europe :
1/ américain (gaz liquéfiés importés des USA, par voie maritime...)
Ex (rien qu'en France...):
A partir de 2017 via GDF Suez Ă  hauteur de 4 millions de tonnes/an :
http://www.la-croix.com/Ethique/Environnement/Du-gaz-de-schiste-americain-bientot-en-Europe-2013-05-17-961337
A partir de 2019 via EDF (770000 tonnes/an):
http://www.challenges.fr/entreprise/20140718.CHA6249/edf-signe-un-accord-pour-importer-du-gaz-de-schiste-americain.html#reagir
2/ ou via des entreprises américaines prospectant en Europe, notamment en France (elles n'attendent que çà pour y faire du business):
http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/07/12/le-gaz-de-schiste-renvoye-devant-le-conseil-constitutionnel_3447035_3244.html
3/ ou bien via des entreprises amĂ©ricaines prospectant directement en Ukraine (dont le propre fils de Joe Biden qui est le fils de l'actuel vice prĂ©sident des US !...):
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/01/24/97002-20130124FILWWW00546-gaz-de-schiste-shell-lorgne-l-ukraine.php
http://www.express.be/business/fr/economy/le-fils-de-joe-biden-obtient-un-poste-au-conseil-de-direction-de-la-plus-grande-firme-gaziere-de-lukraine/205047.htm
En complĂ©ments :
A/ Les gisements estimés de gaz de schiste extractibles dans le monde:
http://www.bing.com/images/search?q=reserve+de+gaz+de+schiste+dans+le+monde&qpvt=reserve+de+gaz+de+schiste+dans+le+monde&FORM=IGRE#view=detail&id=E9C09964F3032A1330BB3528B103F048C9CD61FD&selectedIndex=17
B/ Aspects Ă©conomiques (intĂ©rĂŞts Ă©conomiques des USA) :
http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/20130222.AFP4506/l-amerique-va-t-elle-exporter-du-gaz-de-schiste-ou-tout-garder-pour-elle.html
http://www.legazdeschiste.fr/impact-economique/25102012,le-gaz-de-schiste-pourrait-creer-1-3-millions-de-postes-aux-usa-d-ici-2020,183.html#5pVWdzs2xdBf924j.99
C/ Aspects environnement & santé (impacts actuels aux USA et "gestion" du problème par les autorités américaines):
http://www.lefigaro.fr/international/2013/08/06/01003-20130806ARTFIG00407-gaz-de-schiste-des-enfants-americains-reduits-au-silence.php

Mon objectif consiste Ă  lutter contre le mensonge par omission portant sur "l'affaire ukrainienne", mettre en lumière les intĂ©rĂŞts Ă©vidents des USA (par ex certains manifestants Ă©taient rĂ©munĂ©rĂ©s comme figurant Ă  Maidan (dont le propre frère d'une amie ukrainienne : mouvement pas totalement spontanĂ© donc... mais alors qui a organisĂ© la logistique ? Qui Ă©taient les "snippers" (et surtout leurs commanditaires) qui ont tirĂ© sur les deux parties en prĂ©sence pour enflammer les foules ??)).
La réponse est les USA, via l'oligarchie (de l'ouest) mafieuse présente sur place et tirant parti au mieux des groupes de radicaux déjà existants.

En Ukraine, on peut faire un parallèle avec la confĂ©dĂ©ration suisse : Imaginer qu'en Suisse oĂą la majoritĂ© des formations supĂ©rieures sont enseignĂ©es dans l'une des deux langues principales (allemand OU français, avec un taux de population respectivement de 66% et 23% soit proche de la rĂ©partition en Ukraine entre les ukrainophones et les russophones) en raison de leur emplacement dans l'une ou l'autre des rĂ©gions, il y ai une forte dĂ©gradation des conditions Ă©conomiques et que la corruption s'installe partout (et que les oligarques affichent leurs pouvoirs d'achat indĂ©cents sans complexe)… Que le sentiment nationaliste explose et qu'un renversement du pouvoir par la force se produise, que le nouveau gouvernement (provisoire ?) germanophone (Ă  forte composante nationaliste d'extrĂŞme droite comme c'est le cas avec svoboda qui est le FN en Ukraine ) dĂ©cide - alors mĂŞme qu'il n'a aucune lĂ©gitimitĂ© pour cela - de ne conserver que l'allemand comme langue officielle : il s'agirait ni plus ni moins qu'une mesure discriminatoire (ne permettant plus Ă  une partie de la population l'accès « facile Â» aux postes de l'administration, accessibles sur concours, les maires - Ă©lus par les majoritĂ©s ukrainophones octroieraient aussi les marchĂ©s publics Ă  « l'oreille ", le faciès ne suffisant pas Ă  se dĂ©terminer sur le profil).
Dans un tel scĂ©nario on peut prĂ©sager qu'une bonne partie des francophones helvĂ©tiques (les « pro français Â» sans doute ?) expriment lĂ©gitimement leurs profonds dĂ©saccords…
Comment aurait rĂ©agi la France dans un tel scĂ©nario ?
Question pour le moins malaisĂ©e parce que lĂ  aussi des bĂ©nĂ©voles français auraient rejoint la rĂ©sistance des « pro français Â» laissĂ©s sous le feu des bombardement des forces gouvernementales.

Enfin je suppose que tout va bien puisque J. Kerry est venu rĂ©cemment Ă  Paris faire « une accolade Â» au peuple français suite aux Ă©vènements « charlie Â»… Son homologue (MAE) russe a participĂ© Ă  la marche mais cela, par contre, est restĂ© totalement inaperçu… Quel beau coup de pub que voilĂ  pour ceux qui nous espionnent, nous infligent des pĂ©nalitĂ©s financières gargantuesques (pourquoi se priver hein ? Et on s'installe de suite en Ukraine pour en exploiter le gaz de «shit» : pourquoi attendre la fin de la guerre civile (parfois mĂŞme fratricide) hein ?).

Et récemment l'assassinat à Moscou de l'opposant russe Boris Nemtsov:
Contrairement aux accusations plus ou moins directes (sans preuve) contre Poutine profĂ©rĂ©es par les tĂ©lĂ©s françaises, Poutine n'a aucun intĂ©rĂŞt Ă  commettre ce genre d'acte odieux, stupide et inutile :
1- Au plan intĂ©rieur Poutine bĂ©nĂ©ficie du soutien de plus de 80 % de la population russe et parmi les 20% restants certains lui reprochent de ne pas aller assez loin sur l'Ukraine…
2- Pourquoi Poutine ferait faire ce genre d'attentat alors qu'il sait pertinemment que tous les mĂ©dias occidentaux sont prĂŞts Ă  bondir sur l'Ă©vènement et rĂ©clamer toujours plus de sanctions contre la Russie ?
Une journaliste s'est mĂŞme permise l'expression suivante en Ă©voquant Poutine : « ...la guerre qu'il mène contre l'Ukraine … Â» . Un mensonge aussi gros que celui ci est autorisĂ© sur nos tĂ©lĂ©s dont nous payons la redevance :
– Alors que la guerre en question est menĂ©e par la junte de Kiev contre des rĂ©gions qui demandent Ă  se sĂ©parer de L'Ukraine ;
– Alors que Poutine vient Ă  2 reprises de sauver la junte de Kiev de dĂ©sastres militaires en acceptant de dialoguer Ă  Minsk avec les nazis de Kiev et alors qu'une partie de l'armĂ©e kievienne Ă©tait en situation catastrophique dans les Â» chaudrons  Â» comme Ă  Debaltsevo .
-Alors que le seul soutien prouvé de la Russie aux novorusses est constitué par des convois humanitaires .
Qui a intĂ©rĂŞt Ă  diaboliser (et isoler) la Russie REGULIEREMENT (je ne serais pas Ă©tonnĂ© de la « disparition Â» par ex d'un(e) journaliste dans qques mois afin d'alimenter cette propagande menant tout droit au politiquement incorrect l'idĂ©e de (continuer Ă ) collaborer avec la Russie (et d'y acheter le gaz naturel).
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire