Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Le New York Times en appelle désormais à un coup d'Etat contre Donald Trump

Le 22 mars le New York Times a publié une incroyable lettre ouverte à cinq principaux ministres et directeurs de Donald Trump, les appelant à se révolter contre celui-ci.
Cette lettre, référencée ci-dessous, était signée par l'éditorialiste Thomas Friedman, réputé pour ses chroniques économiques et politiques dans le NYT, et très écouté, comme d'ailleurs tout le journal, par le parti Démocrate, principal opposant à Trump. Clairement il les a invité à organiser une  révolution de Palais ou coup d'Etat intérieur contre ce dernier

Les destinataires désignés dans la lettre sont 3 généraux, le secrétaire (ministre) à la défense James Mattis, le conseiller à la sécurité nationale Mc Master, le secrétaire à la sécurité intérieure John Kelly. S'y ajoutent le directeur de la CIA Pompeo et le secrétaire d'Etat Rex Tillerson.

Thomas Friedman évoque leurs états de service et leur sens du devoir pour qu'ils mettent en place une procédure conduisant à la destitution (impeachment) du Président. Une des raisons de celle-ci serait le fait que Donald Trump avait accusé Obama, lui même, ancien chef des armées, d'avoir organisé un acte inconstitutionnel visant à l'espionner.

Friedman a ainsi exprimé la volonté des Démocrates et d'une partie des Républicains de renverser Trump du fait de sa volonté de se rapprocher de la Russie et de se rendre hostile les « alliés traditionnels de l'Amérique », qui sont notamment l'Arabie saoudite et l'Allemagne. On ne sait si Angela Merkel appréciera d'être ainsi appelée en renfort pour la destitution de Trump.

Mais au delà des questions de politique internationale, une raison plus importante de la révolte de l'establishment contre Trump est que celui-ci pourrait faire appel à ses électeurs populaires pour le soutenir contre les oligarchies américaines de plus en plus décidées à le paralyser. Trump encouragerait en ce cas des mouvements qui rassembleraient toutes les couches défavorisées dont l'importance ne cesse de croitre aux Etats-Unis. Il semble que celles-ci ne reprochent pas encore à Trump ses efforts pour supprimer les aides dont elles disposaient, notamment l'Obamacare. Elles voient encore en lui une protection contre la dictature discrète mais impitoyable exercée de façon croissante contre elles par ces oligarchies.

En bonne logique, Donald Trump ne devrait pas laisser passer sans réagir l'appel à la révolution de palais lancé contre lui par Thomas Friedman, le NYT et les Démocrates. Mais est-il encore politiquement en état de le faire, compte tenu des difficultés dans lesquelles il se débat, certaines d'ailleurs ayant été provoquées par son inexpérience et ses maladresses ?

  1. Lire Calling on a Few Good Men par Thomas Friedman

    https://www.nytimes.com/2017/03/22/opinion/calling-on-a-few-good-men.html?rref=collection%2Fcolumn%2Fthomas-l-friedman&action=click&contentCollection=opinion&region=stream&module=stream_unit&version=latest&contentPlacement=1&pgtype=collection&_r=0

23/03/2017


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire