Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Contre la privatisation d'Aéroports de Paris

Nous recevons ce communiqué appelant les Français à voter contre le projet scandaleux d'Emmanuel M. visant à vendre au privé le service public qu'est Aéroports de Paris. A ce train, il ne restera plus de services publics à la française mais des propriétés de multinationales financières principalement américaines. Emmanuel M. leur doit bien cela il est vrai, car qui a payé illégalement l'essentiel des frais de sa campagne électorale. La prudence, nos lecteurs le comprendront, conseille de ne pas préciser qui est Emmanuel M. et moins encore ne pas mentionner son nom in extenso.

Les Français sont triplement spoliés par la privatisation d'Aéroports de Paris, nous pouvons l'empêcher en votant sur ce site du ministère de l'intérieur Référendum d'initiative partagée 

et forcer ainsi la tenue d'un référendum qui posera de gros problèmes à Macron.

Aéroports de Paris, ADP, est une entreprise rentable et en croissance régulière qui réalise  610 millions d'euros de bénéfices en 2018, qui se développe et rapporte des dividendes importants et en croissance forte à l'Etat (173 millions en 2018). Elle possède 67 km2 de terrains qu'un concessionnaire privé risque fort de bétonner afin de le transformer en « machine à cash » sans souci de l'environnement et de l'intérêt général.Le précédent de la privatisation de l'aéroport de Toulouse-Blagnac par Macron ministre de l'économie a abouti au pillage de l'entreprise par l'acquéreur chinois se versant des dividendes exorbitants au détriment du personnel et des voyageurs.

Si l'Etat privatise ADP, les propriétaires privés n'auront de cesse d'augmenter « les péages » comme les sociétés d'autoroute l'ont réalisé à vos dépens après la privatisation. Les Français le paieront par des hausses de prix de leurs billets d'avion quand les milliardaires qui auront acheté ADP s'enrichiront grâce à votre passage à l'aéroport. Vous n'aurez pas la possibilité de passer à la concurrence puisqu'il s'agit d'un monopole de fait. La Constitution française est allégrement violée pour servir des intérêts personnels puisque l'article 9 de son préambule garantit normalement que « Tout bien, toute entreprise, dont l'exploitation a ou acquiert les caractères d'un service public national ou d'un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité. »

Les Français seront donc doublement spoliés : par la hausse des tarifs et par la perte d'un patrimoine public qui, rapportant de l'argent à l'Etat, nous permet de payer moins d'impôts.

Ils le seront même triplement puisque la sécurité du territoire français sera altérée.

Avec plus de 100 millions de passagers chaque année, ADP est en effet la première frontière du pays. La sécurité du territoire passe par un contrôle optimal de cette frontière. Une entreprise privée aura à cœur la rentabilité de l'opération au détriment de notre sécurité.

Un Référendum sera lancé si 4,7 millions de signatures sont recueillies. Le ministère de l'intérieur a en effet été obligé de lancer l'opération de recueil sous la pression des parlementaires de tous les partis politiques à l'exception d'En Marche.

A l'heure ou la cellule d'investigation de Radio France nous apprend que le gouvernement est en train de lancer la privation des routes nationales sur demande des sociétés d'autoroutes, il est temps que chacun d'entre nous prenne ses responsabilités pour arrêter ce pillage de notre patrimoine par des intérêts privés.

Source France Culture Vers la privatisation des routes nationales

Pour ceux, nombreux, qui n'en peuvent plus de Macron, c'est le meilleur moyen de le mettre en difficulté en obligeant les médias à lancer le débat sur cette privatisation qui se fait à notre détriment et au bénéfice des milliardaires « amis ». Nous nous battrons par le même moyen  contre la privatisation des routes nationales.

250.000 français ont déjà signés ce formulaire en 3 jours et le processus est en bonne voie. 4,7 millions de signatures étant requises, nous avons tous besoin les uns des autres : votre signature est importante et si vous avez envie d'envoyer cet email (ou un autre) à 10 personnes proches le succès se rapprochera un peu plus.

Pour voter, il faut aller sur https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1

Ce référendum fait peur au gouvernement qui a donc tout fait pour que ce ne soit pas trop facile à remplir. Quand vous être sur le site :

-       Cliquer sur la croix et suivant

-       Respecter les majuscules et espace pour vos noms et prénoms

-       Quand vous remplissez « la commune de vote », le code Insee de la commune apparaît et non le code postal

Note au 21/06

Nous recevons ce message d'un ami

Nous assistons à la disparition de la notion de service public et la privatisation d'Aéroports de Paris s'inscrit dans cette action.
On peut estimer que le gouvernement est déjà privatisé et n'est que la courroie de transmission du monde financier. Il a deux actions :

 - Mettre en place lois et  règlementations permettant aux entreprises de prendre les décisions les plus favorables à leurs résultats sans responsabilité sur leurs conséquences sociales.

- Privatiser ce qui est le plus rentable.

 Il lui reste hélas une Ecole d'Administration,  ENA,  qui devrait former de hauts fonctionnaires soucieux des fonctions d'intérêt général normalement assurées par l'Etat. La nomination de la présidente du jury d'accès à l'ENA et l'idée de fonctions de l'Etat assurées par un personnel en CDI, même de longue durée, devrait convaincre les nouveaux élèves, plus encore qu'auparavant, du fait  que leur avenir est le  privé, dans le cadre d'un pantouflage programmé.

 Les dernières informations sur la privatisation de l'aviation utilisée pour les opérations spéciales et l'usage de sociétés pour le PV de stationnement s'inscrit dans les privatisations des fonctions de l'Etat. Les US ont privatisé une partie de forces militaires dans leurs opérations extérieures, nous sommes sur la même voie.

 

20/06/2019


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire