Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Au 13 mai, explosions-mystère sur des pétroliers saoudiens

Au soir du 13/05, il n'y a pas d'accord des experts militaires internationaux sur la cause des explosions ayant endommagé deux (ou quatre) pétroliers saoudiens dans le port des Emirats Arabes Unis de Fujairah.

Comme l'Iran avait déclaré il y a quelques jours qu'elle fermerait le Détroit d'Ormuz en cas de conflit avec les Etats-Unis, s'agirait-il d'un début de mise à exécution de cette menace ?

La tension entre Washington et Téhéran après le renforcement des sanctions américaines contre la République islamique étant aujourd'hui à un niveau très élevé, serait-ce un début de mise en œuvre de la menace iranienne ? Certes le port de Fujairah n'est pas situé dans le Golfe Persique proprement dit, mais des attentats frappant des navires saoudiens s'y trouvant jetterait l'inquiétude sur toute la navigation commerciale transitant par cette zone.

Une autre hypothèse existe. Les attentats auraient pu être provoqué par des agents travaillant pour le compte des Etats-Unis. Comme ceux-ci pourraient très facilement être imputés à l'Iran, l'occasion serait excellente pour provoquer une intervention aéronavale américaine contre Téhéran. Les premiers éléments pourraient en être l'USS Abraham Lincoln, son groupe et une force de bombardiers, dont l'arrivée dans le Golfe Persique était attendue d'un jour à l'autre. Depuis, le Pentagone a annoncé l'envoi d'un bâtiment dit d'assaut, l'USS Arlington, armé d'une batterie de missiles Patriot, en appui au porte avion.

Mais Washington ne peut pas ignorer aujourd'hui qu'à moins de déclencher une guerre totale contre Téhéran, qui pourrait provoquer l'intervention de la Russie, l'Iran dispose de nombreux moyens pour mettre en difficulté une escadre américaine. Elle possède selon Amirali Hajiadeh, le chef de la division aérospatiale des Gardiens de la Révolution d'une gamme de missiles classiques suffisamment puissants et nombreux pour mettre en difficulté les grands porte-avions d'attaque américains. Il n'est pas impossible non plus que l'Iran ait reçu de la Chine l'assurance qu'elle pourrait recevoir en cas de guerre des missiles hypersoniques chinois, qui sont considérés comme l'arme absolue contre les porte-avions.

Il paraît certain en tous cas que si les Etats-Unis restaient passifs face à ces attentats, ou face à d'autres susceptibles de se produire, leur prestige au Moyen-Orient, déjà à un niveau très bas, diminuerait encore. Mais que pourrait faire exactement Washington, sauf à provoquer une guerre mondiale ? Certains éléments militaires à Washington semblent le souhaiter, mais ce serait suicidaire pour tous.

Si des éléments nouveaux dans cette affaire apparaissaient dans les jours prochains, nous ne manquerions évidemment pas de les évoquer.

Note au 14/05

S'agirait-il, comme on le laisse entendre aujourd'hui, d'attentats menés par des "rebelles" yéménites Houthis? Ceux-ci viennent d'attaquer par drones un oléoduc saoudien.   Les Houthis, d'une façon générale, sont réputés être appuyés par l'Iran. Mais serait-ce ici le cas?

Note importante au 16/5/2019.

Dans une brève d'actualités publiée le 15/05, titrée Les attentats sur des pétroliers saoudiens à Fujuirah seraient dus à l'Iran, nous avions repris une information diffusée par MEMRI le 14/05 Editors Of Iranian IRGC-Affiliated Newspapers: Iran Is Behind Fujairah And Yanbu Attacks; Possibility Of Additional Attacks In Red Sea, Golan Heights

Nous en avions conclu que la presse iranienne elle-même reconnaissait que l'Iran avait provoqué cet attentat. Nous en tirions différentes conclusions.

Aujourd'hui, un correspondant mieux informé, qu'il faut remercier, nous indique ce qui suit : Il est FAUX de dire qu'un journal iranien a revendiqué l'attentat. Le siège du MEMRI est basé à Washington DC. C'est donc quelques iraniens en
exil de la mouvance pro-Washington qui constituent le MEMRI. Le MEMRI est à donc l'Iran ce que l'OSDH est à la Syrie: un organisme
d'opposants à la solde des occidentaux payé pour dire ce que les occidentaux souhaitent entendre. Dire qu'un organe de presse iranien a revendiqué l'attentat, c'est diffuser
une FAKE NEWS.

Nous avons immédiatement retiré notre texte qui s'avérait non fondé.
___________

Sur ce sujet, on lira un article très intéressant de Finian CUNNINGHAM

https://www.strategic-culture.org/news/2019/05/15/who-really-gains-from-the-gulf-ship-sabotage/

Affaire à suivre


 


 


 

13/05/2019


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire