Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Manifestations anti-corruption à Moscou: grossière falsification

Si l'on en croit les médias occidentaux, ces manifestations auraient réunis le dimanche 26 mars, à Moscou comme dans d'autres villes, un nombre considérable de personnes. Elles visent à dénoncer une « corruption généralisée » du régime, et notamment la personne du Premier ministre Dmitry Medvedev, qui aurait amassé des fortunes ces derniers mois. Selon ces mêmes média, elle inquiète Vladimir Poutine. Il craindrait le début d'une « révolution orange » pouvant le conduire à démissionner.
Le site TheDuran, qui n'est pas particulièrement Poutinophile, voit les choses autrement. Son rédacteur en chef Alexander Mercouris donne une analyse détaillée de l'évènement et des conclusions à en tirer. On s'y reportera http://theduran.com/moscow-protests-russia/

Le même site fournit des videos qui montrent le caractère fort modeste des rassemblements. Ils n'auraient pas dépassé 8000 personnes, y compris des promeneurs du dimanche pris dans la manifestation et n'ayant rien à y voir.
http://theduran.com/eyewitness-report-moscow-opposition-protests-video/

Le mouvement avait été organisé par l'activiste « neo-libéral » et anti-corruption Alexey Navalny, qui avait déjà fait parler de lui dans d'autres occasions. Il se propose d'être élu président en lieu et place de Vladimir Poutine. Mais il n'a aucune de chance de l'être. Dans la meilleure circonstance, il ne recueillerait que 2% de voix. Aussi s'agite-t-il beaucoup pour s'attirer des soutiens, en se faisant passer pour martyr et photographier trainé de force par la police. Aujourd'hui cependant il n'a eu que 15 jours de prison, pour avoir enfreint une interdiction municipale.

Ceci dira-t-on est déjà beaucoup. Si toutes les manifestations non autorisées en Europe entrainaient la même peine pour leurs organisateurs, les prisons ne désempliraient pas. Mais manifestement Navalny est ravi de ce qui lui est arrivé. Des images de lui derrière les barreaux font le tour du monde et renforcent son profil d'opposant capable de mettre Vladimir Poutine en grande difficulté.

 Il est exact que la Russie souffre d'une corruption endémique, comme d'ailleurs sous d'autres formes le Japon, où Shinzo Abe lui même est mis en cause ces jours-ci - et bien d'autres « démocraties ». Mais Vladimir Poutine a toujours annoncé qu'il s'y attaquait. Aussi bien les deux ministres, l'un de la défense Serdyukov et l'autre de l'économie Ulyukaev ont été contraints récemment par le Kremlin à démissionner, sans que Navalny ait joué le moindre rôle dans cette opération.

En France, un bruit particulier est fait concernant ces manifestations anti-corruption et leur répression par la police, pour mettre en difficulté Marine Le Pen. Celle-ci avait eu le tort immense de rendre visite à Vladimir Poutine, montrant ainsi sa sympathie pour la corruption.
27/03/2017


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire