Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

La course aux armements nucléaires va reprendre

A la suite du retrait unilatéral des Etats-Unis du traité dit Joint Comprehensive Plan of Action ou JCPoA, dit aussi INF, au prétexte non prouvé que la Russie produisait notamment des missiles à portée intermédiaire, le Pentagone avait décidé de reprendre la fabrication de tels missiles ou de moderniser ceux déjà disponibles.

Ils avaient par ailleurs entrepris d'en doter à grande échelle les diverses bases américaines implantés aux frontières de la Russie. Ceci représente une menace permanente pour celle-ci, y compris pour Moscou qui est à la portée de tels missiles. Par ailleurs, beaucoup de ces missiles comportent désormais des têtes nucléaires dites de faible puissance, qui seraient cependant, selon certaines estimations plus de 1000 fois plus destructrices que la bombe Hiroshima.

La Russie n'avait pas réagi sur le moment. Mais il est évident qu'elle ne pouvait pas en rester là. Vladimir Poutine a annoncé en mars 2019 que la Russie se retirait à son tour du Traité. Par ailleurs, pour ne pas accepter de supériorité des Etats-Unis dans ce domaine stratégique, ses représentants accrédités ont fait savoir que la Russie allait reprendre la fabrication de tels missiles, de la catégorie dite Kalibr ou Kalibr améliorés, dont sont déjà dotées en petit nombre, à titre d'essai, ses contingents présents en Syrie. Ces missiles, dits 9M729, auraient selon l'Otan une portée de 1.500 km. Moscou affirme que leur portée ne dépasse pas 450 km. Rien n'est dit, ni à Moscou ni à Washington, sur le fait que ces missiles pourraient être équipés de têtes nucléaires. Mais il paraît évident que ce sera le cas, s'il était prouvé que les missiles américains à portée intermédiaire l'étaient.

Par ailleurs le traité dit START, par lequel les deux puissances avaient décidé de limiter leur production de missiles nucléaires intercontinentaux ICBM , expirera en 2021. Dans l'état actuel des relations entre les Etats-Unis et la Russie, il est très probable que celles-ci se mettront d'accord pour ne pas le renouveler. Dans ces conditions le nombre des centaines d'ICBM déjà disponibles de part et d'autre devrait augmenter, ainsi que la puissance de leur armement nucléaire.

La Chine et même la Corée du Nord ont décidé de suivre l'exemple russe, avec il est vrai des ambitions moindres

La course au nucléaire devrait donc recommencer. En Russie, elle sera limitée par le montant des budgets militaires disponibles, ce qui ne sera pas le cas aux Etats-Unis, disposant à cette fin de tous les milliards de dollars nécessaires.

Note au 01/08 20h

Les Etats-Unis, selon cet article, envisagent de déployer des missiles de taille intermédiaire dans la zone nippo-Pacifique 
https://www.asiatimes.com/2019/08/article/us-poised-to-formally-abandon-inf-missile-treaty/

Note au 07/08

On lira l'article de De Defensa beaucoup explicite sur ce sujet

https://www.dedefensa.org/article/notes-sur-un-etranglement-nucleaire

01/08/2019


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire