Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

L'Etat profond américain.

Le journaliste Aaron Kesel présente sur le site «  alternatif » américain ActivistPost, les révélations d'un ancien agent de haut rang de la CIA, Kevin Shipp, devenu lanceur d'alerte (voir référence ci-dessous). Elles concernent la consistance exacte de l'Etat profond américain et du « shadow government » ou gouvernement de l'ombre qui dirigent effectivement les Etats-Unis à l'abri des institutions officielles, y compris le Président.
Il sera toujours possible de contester les révélations de Kevin Shipp, au prétexte qu'elles seraient « conspirationnistes ». Pour notre part, sans nécessairement prétendre apprécier leur exactitude de détail, nous les retiendrons avec d'autant plus d'intérêt qu'elles permettent d'expliquer beaucoup de décisions américaines qui surprennent voire scandalisent jusqu'aux alliés des Etats-Unis.

Pour Kevin Shipp, l'Etat profond américain et le « shadow government » constituent deux entités distinctes mais coordonnées. Le « shadow government » contrôle l'Etat profond, lequel lui même manipule le gouvernement élu officiel.

Parmi ces révélations, nous retiendrons celles confirmant ce que nous avions depuis longtemps exposé sur nos sites. Ainsi la CIA et un organisme d'espionnage moins connu dit Geospatial Intelligence Agency contrôle Google et ses plus importantes filiales, tel Keyhole Inc, https://www.crunchbase.com/organization/keyhole-inc#/entity Celle-ci est responsable notamment de Google earth https://www.google.fr/intl/fr/earth/ grâce auquel aujourd'hui pratiquement toutes les villes du monde sont identifiées rue par rue. Cette base de données est indispensable pour mener des opérations d'espionnage géo-localisées.

Pour sa part, l'Agence gouvernementale dite Joint Special Ops Command (JSOC) s'affirme comme « l'armée secrète du Président ». Elle est capable de mener dans le monde entier des assassinats secrets et autres opérations destinées à déstabiliser les gouvernements. Bien entendu, la plupart de ces opérations sont menées sans l'accord du Président, qui n'en est souvent même pas informé.

Shipp a évidemment confirmé ce que chacun d'un tant soit peu informé savait, le fait que la CIA et la NSA (National Security Agency) constituent l'essentiel du shadow government. La CIA est le noeud, comme l'on sait aussi, de 16 autres agences d'espionnage. Elle contrôle toutes les entreprises de défense ou de renseignement privées, ainsi que, plus directement, tous les grands médias, dit mainstream media (MSM.)

L'Etat profond est constitué du CMI, complexe militaro-industriel et de hauts responsables au sein de Wall Street, la Banque fédérale de réserve, le Fonds monétaire international, la Banque mondiale, le Trésor et les principales banques. Toujours selon Shipp, ce que l'on savait moins, il existe aux Etats-Unis 10.000 sites secrets agissant sur les hommes politiques et l'opinion, 1.291 agences gouvernementales au plan fédéral et de celui des Etats, 1930 entreprises privées et 4.800000 citoyens dotés d'habilitations (secrecy clearance) pour mener des actions d'espionnage ou d'influence, ou pour participer à des « coups » petits ou grands.

Le Congrès est dominé par le CMI à travers le Congressional Armed Services Committee groupant 48 représentants et sénateurs de haut niveau dont l'élection et les décisions font l'objet de très importants financements clandestins provenant du CMI.

L'article de Aaron Kesel donne également des détails sur la carrière et les habilitations de Kevin Shipp. Il est moins clair sur les motivations que l'ont poussé à devenir lanceur d'alerte. Mais, quelles que soient ces motivations, les révélations qu'il a fait confirment et précisent comme nous l'avons indiqué plus haut, ce dont toute personne un peu informée se doutait.

Ajoutons que beaucoup des « amis » indéfectibles des Etats Unis prétendront que ces faits, aussi scandaleurx qu'ils puissent paraître aux naïfs, se retrouvent à l'identique au niveau de tous les Etats, la Russie, la Chine et la France notamment. Mais il ne semble pas que, même en Russie, les diverses agences disposent d'autant de moyens qu'aux Etats-Unis.

De plus, ni la Russie ni la Chine ne prétendent  être des démocraties.

Source

Voir Aaron Kesel, dans
ActivistPost.com, du 15 septembre 2017, « High Ranking CIA Agent Blows Whistle On The Deep State And Shadow Government »

https://www.activistpost.com/2017/09/high-ranking-cia-whistleblower-deep-state-shadow-government.html



19/09/2017


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire