Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Pourquoi le F-35 américain qui accumule difficultés et retard se vend-il si bien ? 

Le coût global de cet appareil, dit aussi Joint Strike Fighter, dépasse les 400 milliards de dollars. Il pourrait même à terme atteindre les 1000 milliards de dollars, ce qui aux Etats-Unis lui vaut le surnom de  "Trillion program". Cependant rien ne dit que la nouvelle version de cet appareil furtif "multi rôle" (à la fois chasseur et bombardier) sera rapidement opérationnelle.

Selon le site américain toujours bien informé Defense News des rapports confidentiels font état d'une dizaine de problèmes majeurs pouvant mettre en péril la vie des pilotes ou l'efficacité des missions. Ainsi l'avion serait incapable d'effectuer une brusque montée verticale sans tomber en vrille. Certains éléments tels que les empennages fondent lorsque l'avion vole à Mach 1,2  pendant plus d'une minute, soit en dessous de la vitesse maximale requise (Mach 1,6). Dans le cockpit, la pression à haute altitude provoquerait des douleurs violents aux oreilles et aux sinus. Enfin, l'écran et la caméra de vision nocturne installés dans le casque du pilote ont des défaillances qui compliquent l'atterrissage sur un porte-avions.

Le Washington Post rapporte que le secrétaire d'Etat à la Défense par intérim, Patrick Shanahan, aurait qualifié le programme de F-35 de "foutu". Cette déclaration aura-t-elle une influence sur la décision qui doit être prise en fin d'année par Washington de lancer la mise en production de l'appareil. D'autant que selon Defense News, "les problèmes listés dans le document n'ont été communiqués ni au Congrès, ni aux médias".

On peut penser qu'il n'en sera rien. Les intérêts militaro-industriels attendent de tels bénéfices du programme, intéressant à terme plus de 400 appareils, qu'ils feront tout pour obliger l'US Air Force à s'équiper de l'avion, même s'il se révélait à terme inapte au combat dans des conditions réelles. Le commandement de l'US Air Force et les dirigeants de Lockheed Martin ont déclaré à Defense News que tout était sous contrôle, les problèmes apparus devant être résolus rapidement, au coût non mentionné il est vrai de plusieurs nouveaux milliards de dollars.

Ceci ne surprendra pas ceux qui ont déjà conclu que les lobbies militaro-industriels recherchent en priorité la défense de leurs propres intérêts politiques et économiques. Il est surprenant par contre que des pays alliés de l'Amérique persistent à vouloir se doter de flottes de F-35. L'accident ayant récemment provoqué la chute en mer d'un F-35 japonais, entraînant la mort de son pilote et imputée à une défaillance d'orientation spatiale de celui-ci apparaissent désormais comme imputable à une panne des instruments de navigation de l'appareil. Rien ne permet d'assurer que ce vice sera rapidement réparé et surtout que des dizaines d'autres de même nature ne se produiront pas sur les futurs F-35.

A ce jour en effet 11 pays, Australie, Belgique, Danemark, Italie, Israël, Norvège, Japon, Corée du Sud, Royaume-Uni, Turquie et Royaume-Uni ont choisi le F-35 pour en faire (à grand prix) le coeur de leur arme aérienne. Ils ont fait ce choix, faut-il le rappeler, au détriment des concurrents européens comme le Rafale de Dassault ou le Typhoon du consortium européen Eurofighter. Le Rafale, retenu par la France, fera rapidement l'objet de nouvelles versions qui devraient être équivalentes aux meilleurs avions russes.

Ceci confirme une fois de plus le fait que l'Europe restera longtemps une colonie américaine.

14/06/2019


A LIRE AUSSI
Les articles sur les mêmes thèmes
Europe Solidaire