Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Le Chef d'Etat Major des Armées Pierre de Villiers était totalement dans son rôle en protestant contre la réduction du Budget de la Défense décidée apparemment de son propre chef par Emmanuel Macron. Il a protesté contre le programme de 800 millions d'économies imposées par Macron sur le budget 2017. (...)
Alain Supiot, né en 1949, est un juriste français spécialiste du droit du travail et de la sécurité sociale. Il est depuis 2012 professeur au Collège de France. Il a toujours souligné les dangers de la primauté accordée à l'accord d'entreprise, qui deviendrait un instrument de mise en concurrence sociale des travailleurs. (...)

Dans un long article 1) à lire attentivement, qu'il vient de publier après la clôture du G20 de Hambourg, l'économiste Peter Koenig 2), que l'on pourrait qualifier d' « alternatif », conteste vivement la légitimité de ce même G20 et les pouvoirs qu'il se donne pour décider de l'avenir du monde. (...)

Note pour les lecteurs de Europe-Solidaire: Même si les rédacteurs des deux sites vineyard annoncés par ce texte partagent avec notre comité de rédaction beaucoup d'idées communes, il va de soi que les articles des uns n'engagent pas la responsabilité de l'autre, et réciproquement. Par contre, dès que ces Saker voudront reprendre des articles publiés par Europe Solidaire, nous en seront très heureux. La perspective, notamment, d'élargir notre lectorat à des amis russes nous réjouirait beaucoup. (...)
Dernières réactions
"A la suite de son "recadrage" par Macron, le général de Villiers vient d'annoncer, le matin du 19/07/2017, sa démission. Le "chef des armées" que veut être Macron n'en sortira pas grandi."
par : JPB
Réaction à l'article : Chef des armées? Oui mais pour quoi faire?



Le FMI. N'en jetez plus, par pitié !
20/07/2017
L'institution, dirigée par la française et ex-banquière Christine Lagarde, vient de faire connaître, dans les conclusions de sa revue annuelle de l'économie française publiée le 17 juillet, sa vision enthousiaste des politiques de réformes annoncées par le président français.
La fin des voitures à essence et diesel d'ici 2040
07/07/2017
Le gouvernement, à la demande de Nicolas Hulot, veut en finir avec la commercialisation des voitures roulant à l'essence ou au gazole en France d'ici 2040, objectif fixé à 2030 par l'Inde.
Capitulation de la Commission européenne devant le Japon
06/07/2017
Le Japon et l'Union européenne ont dévoilé le 06/07 à Bruxelles les grandes lignes d'un des plus grands accords de libre-échange au monde, après plus de quatre années de pourparlers. Il s'agit du Jefta (Japan-EU Free Trade Agreement). Le traité définitif est envisagé dans quelques mois mais l'essentiel est acquis. Le Japon et l'Union européenne ont confirmé leur entente. Avant le G20 des 0/7 et 0/8 à Hambourg, Japonais et Européens se déclarent partisans partisans résolus du libre-échange, notamment face aux orientations protectionnistes de Donald Trump.
Total, l'Iran, le gaz et le Qatar
02/07/2017
Le 02/07/2017, la Cie française Total a fait connaître la finalisation d'un contrat de 4,8 milliards de dollars avec l'Iran concernant l'exploitation du gisement gazier South Pars dans le Golf Persique. Il s'agit d'un premier investissement occidental depuis l'accord international sur le nucléaire dit « Iran Deal ». L'Union européenne avait fait valoir que les clauses de celui-ci étaient totalement respectées par Téhéran
L'élection d'Emmanuel Macron au poste de président de la République ne représente en rien un changement des politiques jusqu'ici suivies docilement par les gouvernements français successifs, notamment la primauté des marchés et des organisations internationales sur les politiques nationales. (...)

Le fils de Donald Trump, dit Donald Trump Jr, est un jeune homme d'affaires américain fort honorable. Il s'est laissé compromettre dans une affaire montée par les ennemis politiques de son père (Le Deep State ou Etat profond) afin d'abattre ce dernier. (...)

Même si le gouvernement n'a encore donné que très peu de détails sur les privatisations qu'il envisage pour la durée du quinquennat, deux raisons majeures font craindre qu'elles ne soient les plus controversées que la France ait jamais connues. (...)

Europe Solidaire