Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Spatial. La Chine refuse la spatial military dominance américaine

Une navette automatique chinoise lancée le 4 septembre 2020 a placé en orbite terrestre un satellite distant de 50 km seulement du véhicule trans-orbital américain USA 276.
 

Celui-ci, dont les performances sont encore couvertes par le secret militaire est aujourd'hui essentiel pour l'arsenal spatial américain.

 Le terme de navette automatique désigne des engins spatiaux pouvant opérer sans contrôle terrestre permanent. La navette chinoise est proche de la navette automatique américaine X-37B. Il s'agit d'une navette capable de manoeuvrer en orbite basse entre 200 et 700 km d'altitude, et d'emporter en soute des charges utiles telles que des satellites, des capteurs ISR (c'est-à-dire Intelligence - Surveillance – Reconnaissance) ou des armements.

Le satellite lancé par la navette chinoise évoluerait à seulement 50 km au dessus du véhicule trans-orbital américain USA 276. Il est pour l'instant trop tôt pour savoir si ce satellite est dévolu à une simple mission de test, à une mission de surveillance, ou même à un début d' inspection des plateformes trans-orbitales américaines.

On rappellera que précédemment, la Chine avait exprimé son souhait de participer au projet européen Hermès. En septembre 2006, lors du congrès spatial de Valence en Espagne, l'académie en charge des lanceurs chinois (CALT) avait présenté une feuille de route visant à développer trois générations d'avions orbitaux. La première devrait être lancée vers 2021.

Ainsi Pékin poursuit-il sa stratégie de militarisation de l'espace en répondant point par point aux capacités américaines. Si le nouveau satellite chinois lancé le 4 septembre par la navette automatique chinoise entrait en service opérationnel, la Chine serait alors capable de procéder à des lancements discrets de micro-satellites de reconnaissance, de lancer des satellites anti-satellites, mais surtout de réaliser en orbite basse des frappes au sol au moyen d'armements hypersoniques dont le Pentagone ne dispose pas encore. Ces frappes ne laissent que quelques dizaines de secondes pour réagir.

Rappelons que dans le domaine d'une exploration pacifique de l'espace, la Chine avait annoncé vouloir mettre en place une base permanente sur la face cachée de la Lune.

18/09/2020

Europe Solidaire