Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Aux limites extérieures du système solaire, Ultima Thulé

La Nasa vient de publier les premières images d'un planétoïde le plus lointain jamais approché, référencé sous le nom 2014MU69 ou en abrégé MU69 et baptisé de façon plus imagée Ultima Thulé.

Thulé est le nom donné vers 330 avant JC par l'explorateur grec de Marseille Pythéas à une île qu'il présente comme la dernière de l'archipel britannique et qu'il est le premier à mentionner.  Le nom est resté pour désigner un univers très lointain, jusque là inaccessible.

Les images viennent d'être transmises par la sonde de la Nasa New Horizons qui est elle-même le produit d'un exploit scientifique et technologique jamais accompli jusqu'alors. Elle a entrepris d'explorer les limites du système solaire, dans ce qui est appelé la ceinture de Kuiper ou Kuiper Belt. La sonde avait survolé Ultima Thulé le 1er janvier 2019. Les images recueillies et décryptées ont été soumises à un Comité de scientifiques (peer review). Les conclusions en viennent d'être publiées dans un article du journal Science du 17 mai, référencé ci-dessous.

Il faut rappeler que Ultima Thulé se trouve à la distance de 5 milliards de km de la Terre, jamais atteinte à ce jour (Le mile nautique est de 1,85 km). Il est apparu qu'il s'agissait d'un planétoïde de 36 km de long, conservé tel quel pratiquement depuis 4 milliards d'années, presque à l'origine du système solaire. Il consiste en deux planétoïdes de taille et de forme différente, connectés par un isthme rocheux.

On suppose qu'il s'agissait aux origines de deux objets différents, orbitant entre eux à très courte distance et qui, pour une cause mal comprise, auraient fini par se réunir. Les chercheurs ont pu étudier les caractéristiques de surface d'Ultima Thulé, failles, pics et cratères. Le plus important de celui-ci, surnommé Maryland, a vraisemblablement été produit par un impact avec un objet important. Mais toutes résultent de rencontres avec des éléments rocheux qui gravitent en grand nombre dans la Ceinture de Kuiper. La couleur, rouge, est supposée provenir de transformations du méthanol, de la glace d'eau et de molécules organiques observés à sa surface.

Le déchiffrage des données envoyées par la sonde se poursuit. Celle-ci continue son voyage. Elle est déjà à 6,6 milliards de km de la Terre. Elle se déplace à 53.000 km/h.

Quand on considère les 1.000 milliards de dollars dépensés chaque année par le Pentagone, il faut regretter que le budget de la Nasa reste limité à 2 milliards de dollars.

Référence

Article dans Science

Initial results from the New Horizons exploration of 2014 MU69, a small Kuiper Belt object
https://science.sciencemag.org/content/364/6441/eaaw9771

Introduction

The Kuiper Belt is a broad, torus-shaped region in the outer Solar System beyond Neptune's orbit. It contains primordial planetary building blocks and dwarf planets. NASA's New Horizons spacecraft conducted a flyby of Pluto and its system of moons on 14 July 2015. New Horizons then continued farther into the Kuiper Belt, adjusting its trajectory to fly close to the small Kuiper Belt object (486958) 2014 MU69 (henceforth MU69; also informally known as Ultima Thule). Stellar occultation observations in 2017 showed that MU69 was ~25 to 35 km in diameter, and therefore smaller than the diameter of Pluto (2375 km) by a factor of ~100 and less massive than Pluto by a factor of ~106. MU69 is located about 1.6 billion kilometers farther from the Sun than Pluto was at the time of the New Horizons flyby. MU69's orbit indicates that it is a “cold classical” Kuiper Belt object, thought to be the least dynamically evolved population in the Solar System. A major goal of flying past this target is to investigate accretion processes in the outer Solar System and how those processes led to the formation of the planets. Because no small Kuiper Belt object had previously been explored by spacecraft, we also sought to provide a close-up look at such a body's geology and composition, and to search for satellites, rings, and evidence of present or past atmosphere. We report initial scientific results and interpretations from that flyby.

 

18/05/2019

Europe Solidaire