Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Kongonaphone Kelly

Aux origines des dinosaures, la grande taille n'était pas nécessaire pour survivre.

C'est ce que montre le squelette d'un avemetatarsalien récemment découvert à Madagascar. On appelle de ce nom des dinosaures primitifs de petite taille, ressemblant à des oiseaux d'aujourd'hui, capables de voler, mais armés de dents les rendant carnivores. Le dernier de ce genre, nommé Kongonaphone Kelly, était vraiment de petite taille, car il ne mesurait pas plus de 10 cm. Il s'agissait sans doute d'un insectivore.

Est-ce à dire que les ptérosaures et dinosaures de très grande taille, aujourd'hui connus, soient apparus par évolution darwinienne, à partir de dinosaures de petite ou très petite taille, tels que Kongonaphone Kelly. L'hypothèse n'est pas retenue par les chercheurs. Ils considèrent que celui-ci, comme les autres mini-dinosaures analogues, est le résultat d'une abrupte réduction de taille lui ayant permis d'explorer de nouvelles niches écologiques, inaccessibles aux grands dinosaures. Elle a également permis l'acquisition de plumes sur les membres supérieurs lui permettant de voler.

Cette découverte, comme celles d'autres Ornithodires de très petite taille, a intérêt de montrer que l'évolution ne procède pas de façon linéaire. Elle procède par sauts et éventuellement de retour en arrière. Elle se fait également à l'intérieur de multiples clades, pouvant se trouver en concurrence, notamment pour l'accès aux ressources et l'occupation de l'espace.

Image: Reconstitution. 

11/07/2020

Europe Solidaire