Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Observation d'un " tsunami cosmologique"

De quoi s'agit-il? Une galaxie spirale comme la Voie Lactée contient environ de 200 à 500 milliards d'étoiles. On estime que l'univers visible contient le même nombre de galaxies. La galaxie d'Andromède, la plus proche, est à environ 2,4 millions d'années-lumière. Elle est visible à l'oeil nu de la Terre sous l'apparence d'une étoile.

Le centre des galaxies spirales est généralement constitué de trous noirs dits super massifs autour desquels orbitent les étoiles. Il s'agit d'espaces si denses qu'ils attirent tous la matière proche, et notamment les étoiles. Ils font de même pour les photons de lumière, qui y entrent sans pouvoir en ressortir. Ils ne sont donc en principe pas visibles, d'où leur nom. En principe un observateur regardant un trou noir pourrait détecter ce qui a été nommé rayonnement de Hawking ou évaporation de trou noir qui émane de la zone proche de son horizon des événements. Il s'agit de la limite entre la zone où les particules de matière attirée par le trou noir se séparent entre particules et anti-particules. Ainsi le proton et l'anti-proton. Mais une telle observation n'a jamais été faite. 

Par contre, il existe des galaxies très énergétiques dites galaxies actives dotées d'un noyau actif ou Active Galaxy Nucleus AGN. Celui-ci rayonne  Le rayonnement du NAG résulterait théoriquement de l'attirance de la matière par un trou noirs supermassif situé au centre de la galaxie-hôte. Les NAG sont les sources continues de rayonnement électromagnétique les plus lumineuses de l'univers. Ils permettent la détection d'objets distants. Ils permettent aussi d'évaluer les distances dans l'univers et leur variation en fonction du temps. Il s'agit de quasi-étoiles (au plan de la luminosité vue de la Terre) ou quasars . 

Or récemment, selon l'article référencé ci-dessous, des astronomes américains utilisant l'observatoire satellitaire américano-européen Hubble ont découvert un quasar particulièrement énergétique. Ils ont qualifié les radiations en émanant de tsunami cosmologique. Ils estiment que celle-ci propulse chaque année l'équivalent de centaines de masses solaires. La température à l'avant du front du phénomène pourrait atteindre des milliards de degrés. La luminosité en émanant est des centaines de fois supérieure à celle de la Voie lactée.

Le vent du quasar éjecte la matière qu'il rencontre. Cette matière aurait pu former de nouvelles étoiles. De tels phénomènes pourraient expliquer la rareté relative des grandes galaxies dans l'univers et pourquoi il existe une relation entre la masse d'une galaxie et celle de son trou noir central. Ils étaient vraisemblablement beaucoup plus nombreux qu'aujourd'hui à la formation de notre univers.

Rappelons que pour les observations dans l'infrarouge, le télescope spatial Hubble doit être remplacé en 2021 par le télescope spatial James-Webb, aux capacités supérieures. Mais des difficultés budgétaires dues à  la croissance actuelle des dépenses militaires américaines, pourraient retarder cette mise en service. Il n'y a pas de lobby astronomico-industriel aux Etats-Unis, équivalent au lobby militaro-industriel.

Références

https://www.nasa.gov/feature/goddard/2020/quasar-tsunamis-rip-across-galaxies

Image This is an illustration of a distant galaxy with an active quasar at its center. A quasar emits exceptionally large amounts of energy generated by a supermassive black hole fueled by infalling matter. Using the unique capabilities of the Hubble Space Telescope, astronomers have discovered that blistering radiation pressure from the vicinity of the black hole pushes material away from the galaxy's center at a fraction of the speed of light. The "quasar winds" are propelling hundreds of solar masses of material each year. This affects the entire galaxy as the material snowplows into surrounding gas and dust.

Sur les trous noirs "intermédiaires" et Hubble, voir
https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-hubble-apporte-preuve-existence-trous-noirs-intermediaires-19794/#xtor=EPR-57-[ALERTE]-20200402

Note

Inutile d'ajouter que si un tel phénomène se produisait dans la Voie Lactée, tout forme de vie ayant pu apparaitre sur les milliards de planètes habitables qu'elle contient disparaitrait rapidement. Peut-être d'ailleurs a-t-il eu lieu, et nous ne nous apercevrons sur Terre que dans quelques siècles.


 

02/04/2020

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire