Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

La migration des épidémies

Un événement qui doit faire réfléchir est survenu dans la ville de Bünsdorf, une petite commune du nord de l'Allemagne.

Le journal régional allemand  https://www.shz.de/lokales/eckernfoerder-zeitung/ mentionne dans l'article référencé https://www.shz.de/lokales/eckernfoerder-zeitung/tuberkulose-weitere-kinder-betroffen-id17106331.html le fait qu'afin d'empêcher l'expulsion d'un migrant yéménite dont la demande d'asile avait été rejetée, la paroisse de Bünsdorf lui avait  offert un refuge de janvier à mai 2017. Ce migrant était atteint d'une tuberculose très contagieuse et fut en contact avec des enfants et leurs parents ainsi qu'avec les instituteurs de cette commune de 700 habitants. On a détecté à ce jour 50 cas de tuberculose parmi les enfants et d'autres cas pourraient se manifester dans les prochains mois, et même années, après la contamination.

Ceci illustre le risque sanitaire provenant de l'accueil de migrants. Certains professionnels de santé commencent à y être confrontés, mais le silence est encore de rigueur en ce domaine. Il serait pourtant d'ordre public que la question soit posée officiellement par les autorités de santé et leurs tutelles.

Les migrations en provenance de pays du Moyen-Orient et d'Afrique affectés par une diversité de maladies contagieuses ne cesseront de prendre de l'importance dans les mois et années à venir. Inévitablement la contamination des populations des pays d'accueil se répandra. Nul n'ignore que dans ces pays, notamment en Europe, les systèmes de santé sont déjà saturés, travaillant à la limite de la rupture.

Que se passera-t-il lorsque des épidémies ou pandémies importées seront de plus en plus fréquentes. Inévitablement, les établissements de soins ne pourront faire face à de nouvelles exigences sans une dégradation durable de leur fonctionnement et sans une rébellion de leurs personnels, aussi « dévoués » soient-ils. Personne en effet n'envisage de renforcer leurs moyens. Au contraire, le gouvernement Macron vient d'annoncer des réductions sensibles de crédit pour les prochaines années.

Dans l'immédiat, il sera tentant de fermer les frontières dans la mesure du possible, sauf aux migrants ayant passé avec succès un examen sanitaire. Mais les médecins contrôleurs, déjà débordés, ne pourront pas faire face. De plus, de telles mesures provoqueront un nombre accru de migrations clandestines. Par ailleurs, que deviendront les individus refoulés comme porteurs de germes pathologiques?

A terme, le problème, déjà difficilement solutionnable, ne fera que s'accroitre avec l'augmentation inévitable des migrations prévues dans les prochaines années. Ainsi, dans la décennie, le nombre des entrants provenant d'Afrique et visant l'Europe pourrait être de dizaines de millions, sinon plus.

Les sociologues verront là le fait qu'inévitablement, avec notamment la dégradation des conditions climatiques et une croissance incontrôlable des naissances dans certains pays, l'Europe ne pourra pas conserver le statut privilégié qui est le sien. Les européens, qu'ils le veuillent ou non, seront obligés de partager leurs ressources, jusqu'à épuisement de ces dernières. Alors, pour prendre une image que certains il est vrai qualifieront d'apocalyptique, des villes comme Paris, Berlin ou Londres ressembleront de plus en plus à l'actuelle Nairobi, asphyxiée par des milliers d'hectares de bidonvilles sans ressources.

Merci à Riposte laïque qui a signalé l'article.

21/07/2017

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire