Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Nouveau regard sur Donald Trump

Dans un article précédent, L'étrange M Bannon 1) nous signalions l'importance que Stephen Bannon avait prise comme conseiller sinon inspirateur de Donald Trump. Bannon semble inspiré par une conviction de type millénariste selon laquelle toutes les sociétés passent par des phases successives de construction, destruction et reconstruction. Pour lui, ce serait le cas concernant les Etats-Unis actuels et plus généralement pour le capitalisme financier mondial dont ils sont les principaux acteurs.
Un texte du 14 mars de Philippe Grasset dans Dedefensa 2) fournit quelques précisions et références à ce sujet. A le lire on peut constater que le millénarisme de Bannon n'a rien d'ésotérique,. Dans le cas des Etats-Unis, il s'appuie sur des analyses précises mais rarement faites avec cette précision relatives au rôle de ce que pour simplifier nous nommerons Wall Street dans la genèse de la crise de 2008 et dans la phrase de « reconstruction » ayant suivi 3). Cette reconstruction sera comme beaucoup d'analystes le prévoient suivie d'une phase de destruction, actuellement en cours. Mais pour Bannon la reconstruction qui pourrait suivre devrait reposer pour être durable sur une véritable révolution sociologique et politique donnant enfin le pouvoir à la masse électorale des « américains pauvres » ayant élu Trump.

Philippe Grasset cite une analyse d'Alastair Crook allant dans le même sens mais donnant beaucoup plus de details non seulement sur la « révolution «  possible mais sur le rôle de Donald Trump, bien conseillé par Stephen Bannon, pourrait y jouer 4). Il convient évidemment de lire tous ces articles en détail, car nous n'avons pas la possibilité de les commenter ici. Alastair Crook est un ancien diplomate britannique ayant joué un rôle essentiel pour le compte de l'Intelligence Service. Depuis il s'est reconverti dans l'édition d'un site, Consortium News, https://consortiumnews.com que nous vous conseillons de placer parmi vos favoris. L'on y accède à des analyses originales, difficiles à trouver ailleurs.

Dans cet article, Alastair Crook explique l'étonnant paradoxe que nous avons plusieurs fois signalé ici. Pourquoi, alors que Donald Trump recherchera un peu partout des économies nécessaires à financer son programme d'investissements visant « à rendre sa grandeur à l'Amérique », a-t-il décidé d'augmenter massivement les dépenses militaires – ceci d'autant plus qu'il avait annoncé une politique de détente avec Moscou? Ce serait parce que Stephen Bannon aurait convaincu Trump que seul l'appui des militaires pourrait lui permettre de neutraliser Wall Street, laquelle est en train de provoquer par ses spéculations une nouvelle destruction bien pire que celle de 2008. Les militaires, par leur sens de l'Etat et leur désintéressement, pourraient, appuyés par Trump, aider celui-ci à restaurer au sein de la société civile l'ancienne grandeur américaine.

On dira que Alastair Crooks et Stephen Bannon font exagérément confiance à la caste des militaires. Celle-ci n'a-t-elle pas soutenue dans les dernières années des guerres désastreuses pour l'Amérique. Mais selon nos auteurs, les militaires n'ont fait qu'appliquer les ordres donnés par les précédents Présidents américains, eux-mêmes totalement aux ordres de Wall Street. Donald Trump, au service des électeurs « pauvres » qui l'ont élu, et avec l'appui d'une majorité de militaires convaincus par lui, devrait pouvoir inverser le sens de l'histoire américaine.

Pour notre part, faute d'éléments suffisants pour juger en profondeur, nous ne pouvons pas nous prononcer sur la validité du pronostic de Crook et Bannon. Faisons lui confiance cependant. Ceci nous permettra de redresser les jugements de plus en plus défavorables que nous avions prononcé à l'égard « du Donald ». L'avenir proche dira ce qu'il en est.

Remarquons seulement qu'en France, les candidats à l'élection présidentielle, fussent ils à droite ou à l' « extrême droite » comme Marine Le Pen qui en appelle aux « patriotes », ne mentionnent pas, au moins publiquement, l'appui que pourrait leur apporter l'armée française. Plus d'un siècle de lutte contre le militarisme politique ne leur permet pas de le faire. De leur côté, les militaires français, faisant preuve d'une réserve louable, ne se hasardent pas à se prononcer publiquement sur les perspectives politiques.

Références.

     1) 
http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2017/178/bannon2.htm

             voir aussi http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2466

  1. https://consortiumnews.com/2017/03/09/steve-bannons-apocalyptic-unravelling/?print=print

15/03/2017

Europe Solidaire