Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

France-Russie, un bel avenir en perspective

Dans un éditorial du 17 août, nous demandions si la rencontre Poutine-Macron au fort de Brégançon ne marquerait pas la résurgence d'une alliance stratégique franco-russe qui, malgré de nombreux différents, avait constitué l'arrière-plan des relations diplomatiques entre les deux pays depuis plus d'un siècle et demi?

Au soir de cette rencontre le 19 août, l'on devrait pouvoir convenir que ce devrait être le cas. Ce n'était pas la première fois que Vladimir Poutine et Emmanuel Macron se rencontraient. A chaque occasion les relations de confiance qui s'étaient établies entre les deux présidents avaient agréablement surpris dans les milieux politiques ceux souhaitant voir la France se dégager du carcan anti-russe imposé à l'Europe dans son ensemble par la domination du pouvoir américain. De premiers résultats en avaient résulté, notamment dans le domaine des investissements économiques ou de la coopération scientifique et technique. Mais beaucoup de travail restait à faire.

Nous ne savons pas à cette heure, dans l'attente d'un compte-rendu officiel de la rencontre, tant du côté russe que français, si cela a bien été le cas. Disons seulement que dans le cadre d'un carcan anti-russe imposée à l'Union européenne par le pouvoir américain, les deux présidents ont su dépasser leurs différents superficiels, notamment dans la question dite des Droits de l'Homme ou celle du traitement fait respectivement aux manifestations de rues. Ils ont clairement démontré que la France avait à jouer un rôle essentiel, en tant que la grande puissance qu'elle a été et reste encore, pour négocier des accords de réciprocité avec la Russie, laquelle est en passe de devenir avec la Chine une puissance mondiale dominante.

La France, dans l'héritage gaulliste, comme nous l'avons souvent rappelé, peut proposer des accords militaires et un potentiel scientifique et économique qui sera très précieux à la Russie dans la perspective d'un rapprochement, voire d'une coopération sur un pied d'égalité entre les deux pays. Dans le cadre d'une quasi communauté russo-chinoise qui est en train de se préciser, la Russie est loin de disposer, sauf sur le plan militaire, d'atouts lui permettant de jouer un rôle de partenaire d'égal à égal.

Quant à la France, corsetée par une Union européenne qui n'est que le produit de la volonté de domination américaine, elle manque d'occasions pour affirmer ses atouts. La seule perspective qu'avait évoqué Emmanuel Macron aurait été d'une alliance stratégique avec l'Allemagne, mais Angela Merkel avait poliment exclu cette perspective. Une véritable alliance avec la Russie, que semble souhaiter de son côté Vladimir Poutine, lui permettrait de sortir de cet état impuissance. Nous y reviendrons certainement.

 

19/08/2019

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire