Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Faciliter ou réduire l'immigration en Europe

L'assassinat de Charles Paty par un migrant tchétchène redonne de l'importance aux propos de ceux qui en France voudraient, sinon interdire totalement les migrations, ce qui est impossible, du moins durcir les conditions permettant aux migrants venus de pays extérieurs à l'Europe d'y être admis et accueillis.

Il s'agit ici des migrations légales et non de celles, sans doute très nombreuses et clandestines résultant de passages non déclarés aux frontières européennes. 

Or Il apparaît que la Commission européenne veut réformer, en la facilitant, la politique migratoire de l'Union. Elle vient de proposer un texte intitulé Pacte européen sur la migration et l'asile qui sera proposé pour accord au Conseil et au Parlement européen et qui devrait entrer en vigueur en 2022.

Ce Pacte invite les Etats membres à plus de solidarité dans l'accueil des migrants arrivant sur le sol européen.

Concrètement cela signifie que les Etats européens qui tel l'Italie veulent rendre les migrations plus difficiles se verront imposer le laxisme de l'Allemagne et des pays nord-européens pour qui les migrations permettent de faire venir une main d'oeuvre dont leur économie dit avoir besoin du fait de l'insuffisance historique de la natalité autochtone. Les migrants se concentrent spontanément en effet dans les pays d'arrivée des routes migratoires : l'Italie, la Grèce, l'Espagne ou Malte, pays qui n'ont pas besoin de faire appel aux migrations du fait notamment des difficultés actuelles de leurs activités industrielles et agricoles. .

Le Pacte vise à « harmoniser et rationaliser la politique migratoire européenne ». Il reprend largement les propositions de la Commission Juncker en 2018, qui avait voulu amender plusieurs des textes fondateurs du cadre de base, le Régime d'asile européen commun (RAEC).

Il revient notamment sur l'harmonisation des conditions d'accès au statut de réfugié (directive qualification) et des conditions de vie minimales (logement, soins, accès au marché du travail, listés dans la directive accueil) dont doivent pouvoir bénéficier les demandeurs d'asile tout au long de la procédure d'examen. Les sauvetage en mer devineront obligatoires pour les garde-côtes européens. 

De plus, la Commission propose de créer une Agence européenne pour l'asile coordonnerait l'accueil, le traitement des demandes et les retours des migrants au niveau européen.

Concrètement ceci se traduira par une entrée accrue de migrants provenant notamment du Moyen-Orient. Or ce n'est un secret pour personne que parmi eux se trouveront des candidats au terrorisme en Europe dont Daesh ou Etat Islamique menace depuis plusieurs semaines les Etats européens.

26/10/2020

Europe Solidaire