Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Des réfugiés terroristes

On vient d'apprendre de source officielle que les sept suspects interpellés lundi 25 janvier 2020 lors d'une opération anti-terroriste de la police dans le Finistère ont été mis en examen et placés en détention provisoire par un juge anti-terroriste.

L'enquête avait montré qu'ils comptaient frapper très rapidement au moins deux cibles dans la ville de Brest.

Voir entre autres sources Europe1

Ce fait confirme que le risque d'attentat terroriste est devenu partout présent en France. Leur prévention mobilise désormais à plein temps les forces de police. Combien en effet de tels attentats sont-ils en cours de préparation ? Mais plus inquiétant est le fait que parmi les suspects interpellés figure un homme âgé de 38 ans qui serait le chef du groupe et qui est le principal suspect.

Or Il s'agit d'un réfugié né en Syrie et arrivé en France en 2015. En tant que réfugié, il a bénéficié d'une aide non négligeable, provenant notamment des associations humanitaires. Il est soupçonné d'avoir appartenu à Daech. Fiché S et censément surveillé en conséquence par les services de renseignement, il aurait fédéré une demi-douzaine d'individus radicalisées autour de lui. 

En droit international, « réfugié » est le statut officiel d'une personne qui a obtenu l'asile d'un Etat tiers : « Le terme réfugié s'appliquera à toute personne [...] qui, craignant d'être persécutée du fait de sa race [son origine], de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité », selon le précise le Haut Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR).

Ces dernières années, les réfugiés en Europe ou au Moyen-Orient sont principalement des Syriens, des Afghans, des Irakiens ou des Libyens. En France, le nombre de personnes bénéficiant d'un titre de séjour pour des motifs humanitaires est au plus haut depuis dix ans, selon des chiffres encore provisoires pour 2017. Ainsi au 31 décembre 2017, la France avait délivré 334 951 titres de séjour pour motif humanitaire, soit 50 réfugiés pour 10 000 habitants. Les réfugiés sont bien plus nombreux dans les autres pays européens. Du fait des règles de l'Union européenne, ils ont un droit de libre circulation dans toute l'Europe. 

Comme il fallait s'y attendre, l'internationale islamique terroriste dite Daech n'avait pas tardé à comprendre l'occasion exceptionnelle que lui donnait ce régime favorable conféré aux réfugiés en Europe. Il lui est désormais facile de trouver des « combattants islamiques » qui s'introduiront en Europe au titre de réfugié, afin d'y mener des opérations de plus en plus grande ampleur. Les effectifs de la police et de la justice, déjà surchargés, auront de plus en plus de mal à s'y opposer. Il a été dit et répété que parmi tous ces "bons" réfugiées, se trouvaient des candidats terroristes Mais comment les détecter et a fortiori comment les surveiller ou les désarmer. La totalité des effectifs de la police n'y suffiraient pas. Il faudrait interdire, non seulement en France mais dans l'Union l'accueil du moindre réfugié - ce qui n'empêcherait pas un afflux de clandestins.

S'agirait-il, si rien de plus radical n'était décidé, d'une guerre perdue d'avance ? ..

 

 

 

 

 

27/01/2020

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire