Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Quelle guerre contre l'islamisme radical ?

Au lendemain de l'attentat qui a coûté la vie à trois personnes à Nice, l'ancien Premier ministre et ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, s'est dit sur LCI « sous le choc »  Référence en fin d'article.

"Je suis sous le choc". "C'est un attentat de plus dans une ville déjà durement frappée, dans une église, nous voyons bien le symbole","On vise tout simplement la terreur et semer un peu plus la division. Nous sommes en guerre contre le terrorisme, contre l'islamisme, contre l'islam politique."

"Les terroristes visent la France car nous transmettons des valeurs universelles, nous sommes le pays de la laïcité, c'est-à-dire de la tolérance", "Ils visent une démocratie, un État de droit, parce que nous ne voulons pas qu'une religion, une idéologie a fortiori, domine les lois de la République."

"Cette guerre va être longue, nous allons être frappés régulièrement" "En 2015, devant de jeunes lycéens, je me rappelle avoir dit que leur génération allait probablement vivre avec la menace extérieure, parce que l'État islamique se reconstitue en Libye sous parapluie turc",  "Et parce qu'il y a plusieurs milliers de personnes radicalisées dans notre pays, il va falloir vivre avec cette menace intérieure : les sorties de prison, les individus qui se radicalisent dans nos quartiers ou sur internet. Il faut donc être fort et comprendre, avec lucidité, que cette guerre va être longue."

Nous ne pouvons qu'être d'accord avec lui. Encore faudrait-il qu'il précise comment mener cette guerre. Sans doute faudrait-il recruter des milliers de gendarmes et policiers, en veillant à ce que des islamistes ne se glissent pas parmi eux. Mais au delà ? Que faire vis-à-vis des individus radicalisés ? les arrêter ? les juger ? les emprisonner avant qu'ils ne sortent de l'ombre et passent à l'acte? L'Etat de droit qu'est la République, pour reprendre le terme d'Emmanuel Valls, sera totalement impuissant.

Par ailleurs, s'il fallait modifier le droit pour le durcir, pourrait-on espérer que les représentants de cet Etat, en premier lieu à la Présidence de la République et à l'Assemblée nationale, prennent le risque, aux yeux des Français comme à ceux du monde, d'apparaître comme les premiers ayant transformé la France d'Etat libéral en Etat autoritaire, sur le mode de la Russie et de la Chine.

La guerre serait-elle déjà perdue?

On pourrait le craindre. Il n'y a guère aujourd'hui que le Rassemblement National, avec Marine Le Pen, pour penser le contraire. On peut lire sur son site:

Le gouvernement doit TOUT mettre en œuvre pour éradiquer définitivement le fondamentalisme islamiste sur notre sol : contrôle des frontières nationales, renvoi des clandestins illégaux, expulsion des étrangers et des binationaux fichés S, fermeture des mosquées radicales, dissolution des organisations islamistes, armement de toutes les polices municipales.

Il faut mener la guerre à l'islamisme, et pour cela s'armer d'une législation d'exception dite législation de guerre, pour venir à bout de barbares prêts à mourir pour nous détruire.

Mais là encore se trouvera-t-il en France une majorité suffisante pour décider de se doter d'une telle législation de guerre? 

Référence

https://www.lci.fr/politique/attentat-de-nice-cette-guerre-va-etre-longue-nous-allons-etre-frappes-regulierement-previent-manuel-valls-2168580.html


 

30/10/2020

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire