Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Confessionnalisme et sécurité publique au Liban

On a reproché au gouvernement libanais de n'avoir pas pris les précautions qui auraient été nécessaires pour éviter l'explosion dévastatrice venant de détruire une partie du port de Beyrouth.

Ceux qui formulent ce reproche méconnaissent les modalités de l'organisation du pouvoir au Liban. Dans ce pays il n'existe pas de véritable gouvernement à l'occidental, capable de définir et appliquer des procédures de sécurité publique.

Ceci tient en grande partie au confessionnalisme propre au Liban. Le confessionnalisme est un système de gouvernement qui repose sur une répartition proportionnelle du pouvoir politique entre différentes « communautés » religieuses. Il s'agit donc d'une forme de communautarisme établie légalement. Les ministères et les sièges des parlementaires sont censés être distribués proportionnellement au poids démographique de chaque confession dans la population totale.

Ces confessions se répartissent entre chrétiens, musulmans chiites et musulmans sunnites, sans mentionner diverses sectes. Les chrétiens, après avoir été longtemps majoritaires, ne le sont plus du fait de l'afflux de palestiniens musulmans ayant fui la guerre en Palestine.

Dès sa création en 1943, le Liban a été doté de ce système confessionnaliste, dans le but d'éviter des troubles entre chrétiens et musulmans qui, à cette époque, étaient un peu moins nombreux que les chrétiens Ce n'est plus le cas aujourd'hui et la proportion de 50/50 qui avait été adoptée ne correspond plus à la réalité.

Mais l'effet le plus négatif d'une telle disposition conduit à remettre en cause la notion même d'état. Ce sont les confessions religieuses qui se trouvent investies institutionnellement du droit privé et du statut personnel à travers leurs juridictions respectives. Par ailleurs le domaine de la sécurité s'est trouvé de plus en plus assuré par des acteurs privés, souvent vendus au plus offrant.

La constitution du Liban évoque la sortie du système confessionnaliste dans son préambule : « La suppression du confessionnalisme politique constitue un but national essentiel pour la réalisation duquel il est nécessaire d'œuvrer suivant un plan par étapes. ». Mais les grandes puissances qui manipulent le Liban ont toujours veillé à priver de toute autonomie les acteurs politiques libanais.

08/08/2020

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire