Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Les poules européennes dans le poulailler américain

De temps en temps, certains hommes (femmes) politiques européens envisagent la possibilité de sortir de l'Union Européenne, UE. Ils se rendent compte que celle-ci a toujours été, dès sa création en 1950 imposée par Washington, une prison sans laquelle les Etats-Unis ont réussi à enfermer les Etats européens pour qu'ils ne se rapprochent pas de leur voisine naturelle la Russie. L'UE, prison civile, a été dès que possible complétée par une prison militaire, l'Otan.

Mais les velléités d'indépendance ne se sont jamais été traduites par une sortie de l'UE. Seule la Grande Bretagne avec le Brexit l'a officiellement fait, mais ses liens avec les Etats-Unis sont restés si nombreux que sa sortie fait d'elle, sur le continent européen, le bon petit soldat américain qu'elle a toujours été. Dans les grands pays européens, Allemagne, France, les opposants politiques, tels que Marine le Pen l'a un moment été en France, ont très vite renoncé à mettre cette sortie à leurs programmes.

Actuellement la nouvelle coalition dite populiste qui s'apprête à prendre le pouvoir en Italie, rassemblant le Mouvement Cinq Etoiles et la Ligue du Nord, envisage à nouveau une éventuelle sortie de l'UE. Mais devant l'horreur que cette perspective suscite, tant à Rome que dans les autres capitales, l'on peut être quasiment certain qu'un éventuel Italexit ne se fera pas.

Les sanctions américaines

Aujourd'hui, certains dirigeants(es) européens comme Emmanuel Macron,  Angela Merkel, Donald Tusk ou Jean-Claude Junker, agitent la menace de contre-sanctions à l'égard des Américains si Donald Trump applique les sanctions promises à  l'égard des signataires du Traité de dénucléarisation avec l'Iran (JCPOA) qui persisteraient à honorer leur signature. Cependant ils savent pertinemment que les règles de fonctionnement de l'UE leur interdiraient de le faire car il se trouvera toujours des membres de l'UE plus soumis aux Etats-Unis que les autres pour s'y opposer.

La seule façon pour les gouvernements européens de retrouver un minimum d'indépendance à l'égard des Etats-Unis, sur ce sujet comme sur d'autres, serait d'abord de dénoncer le Traité ayant fondé l'UE, ensuite de sortir de celle-ci et d'étudier des mesures d'association à la demande entre Etats européens, ou avec la Russie et la Chine, dans tous les domaines où de telles associations s'imposeraient.

Mais ils ne le feront pas, si grande est leur soumission aux décisions de Washington. Ils la montrent quotidiennement à propos de leurs politiques au Moyen-Orient ou en Ukraine où ils participent, y compris militairement pour la France, aux coups de force quotidiens imposés par les Etats-Unis.

Note au 21/05

Sur ce sujet, on peut lire (long mais excellent)
http://theduran.com/european-national-sovereignty-under-threat-over-iran/?mc_cid=40ab6c3702&mc_eid=c88862f7f8

19/05/2018

Europe Solidaire