Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Les rebelles Houthis font beaucoup d'obligés

Les frappes de missiles sur les raffineries saoudiennes feront le bonheur d'autres producteurs. Elles sont aujourd'hui attribuées aux rebelles Houthis, qui les avaient revendiquées. Mis à jour au 19/09

Mais certains spécialistes du marché pétrolier s'interrogent sur cette hypothèse. A ce jour, les frappes devraient réduire d'environ 50% les capacités d'exportation du Royaume. Plus de 5% des disponibilités mondiales en pétrole devraient se trouver impactées. Ceci risque de se poursuivre pendant plusieurs semaines, compte tenu du temps que demandera la remise en état des raffineries à Abquaiq et Khurais.

Aujourd'hui les cours du crude oil dans le monde ont commencé à augmenter. Les experts prévoient que le prix mondial du baril subira une hausse d'environ 3 à 5 dollars. Mais si le détroit d'Hormus devait être fermé, à la suite de nouvelles attaques, notamment contre les pétroliers, le prix du baril pourrait atteindre 100 dollars. Ceci bouleverserait l'économie mondiale, qui s'est habituée à un pétrole bon marché. Même si le baril n'atteint pas ce coût, les changements à prévoir seront nombreux.

Cependant les frappes en Arabie Saoudite paraissent faire le bonheur d'autres producteurs de l'OPEC (Organization of the Petroleum Exporting Countries), qui verraient leur part de marché augmenter. Ce sera notamment le cas du Koweit et des Emirats Arabes Unis, sans mentionner la Russie qui n'appartient pas à l'OPEC.

Plus remarquable a été la déclaration récente de Donald Trump selon laquelle les exportations de pétrole provenant du Moyen Orient ne sont pas indispensables. Estime-t-il qu'en ce cas les exportations de pétrole et de gaz provenant des gisements récemment découverts aux Etats-Unis pourraient en profiter, améliorant considérablement la balance commerciale américaine, qui en a fort besoin?

Les mauvais esprits imaginent que dans ces conditions les missiles ayant frappé l'Arabie Saoudite ne proviendraient en rien des rebelles Houthis, même si ceux-ci les revendiquent pour se faire valoir.

​​​​​​​Note au 19/09

Quels que soient les auteurs des frappes de missiles, elles font apparaître un phénomène que le Pentagone prend très au sérieux. Malgré son énorme budget militaire, l'Arabie saoudite est incapable de se protéger contre quelques missiles. De même les Etats-Unis qui depuis longtemps s'étaient engagés à lui éviter toute attaque en échange de la fourniture de son pétrole, s'en montrent incapables. Ceci laisse penser qu'en cas de guerre avec l'Iran, les Etats-Unis n'auraient aucune chance de la gagner, sauf à recourir au nucléaire.

 

.

 

 

 

18/09/2019

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire