Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Preligens restera français

L'entreprise française Preligens, qui se situe au premier rang dans le monde pour l'analyse de données par intelligence artificielle IA, ne sera pas achetée par In-Q-Tel, le fonds d'investissement de la CIA américaine.

Les gouvernements français avaient ces dernières années laissé par ignorance ou par trahison les Etats-Unis racheter toutes les ressources dont la France disposait en IA, y compris dans le domaine essentiel des systèmes d'armes de nouvelle génération utilisant le Machine Learning (apprentissage automatique) et les Big Data ou  données en masse, disponibles dorénavant sur de nombreux sites internet. Beaucoup d'experts craignaient qu'il n'en soit de même pour Preligens.

Rappelons que le Machine Learning est une technologie d'intelligence artificielle permettant aux ordinateurs d'apprendre sans avoir été programmés explicitement. Pour cela, les ordinateurs ont besoin de données à analyser et sur lesquelles s'entraîner. De ce fait, les Big Data sont essentiels pour le Machine Learning, C'est la technologie qui permet d'exploiter pleinement le potentiel des Big Data.

Preligence est spécialisée dans l'analyse de données satellitaires pour le compte des services de renseignement et les armées. Or manquant de ressources pour se développer, et supportant actuellement la crise du coronavirus, elle n'avait jusqu'à présent reçu aucun soutien sérieux de la part du gouvernement. Allait-elle devoir à son tour, comme d'autres avant elle, passer sous contrôle américain ? In-Q-Tel, le fonds d'investissement de la CIA américaine, lui avait fait récemment des propositions d'achat.

Ceci aurait signifié que toutes ses activités auraient été considérées comme confidentiel défense par le Pentagone américain. Autrement dit, nul en France n'en aurait plus jamais entendu parler. Ses ingénieurs pour leur part auraient été progressivement remplacés par des homologues américains.

In extremis, le ministère français des Armées, ayant pris conscience du désastre à venir, vient d'investir dans Preligence, via son fonds DefInvest, une somme de 20 millions d'euros. Disons pour notre part que mieux vaut tard que jamais. Mais 20 millions ne sont pas trop cher payer pour une activité vitale.

 

23/11/2020

Europe Solidaire