Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Pourquoi ne pas mieux combattre la fraude à la Sécurité Sociale ?

Le magazine économique et financier Valeurs actuelles publie le 18 octobre un article évaluant le coût considérable des fraudes dans les systèmes de protection sociale résultant de ce qu'il nomme pudiquement l'immigration (voir référence ci-dessous)

Implicitement, il se demande pourquoi les pouvoirs publics français ne luttent pas d'avantage contre un phénomène désastreux pour l'équilibre de la Sécurité Sociale universelle mis en place en France après la 2e guerre mondiale et dont bénéficient automatiquement tous les citoyens français, ainsi que tous les immigrés déclarés.

 La sénatrice UDI Nathalie Goulet et la députée LREM Carole Grandjean, mandatées par le Premier ministre, ont publié le 3 septembre 2019 un prérapport, consacré à la fraude sociale.  On lira à ce sujet un article détaillé de Public Sénat. C'est ainsi, à titre d'exemple, que le nombre des centenaires bénéficiant de prestations sociales est très supérieur à celui des rares centenaires vivant en France. De même des individus déclarent avoir 70 enfants Mais il n'y a pas que cela. Les fausses cartes de sécurité sociale, les fausses déclarations de soins sont multiples et en hausse croissante. Difficile à évaluer précisément, le montant des fraudes pourrait atteindre plusieurs milliards. Ce sont autant de milliards qui contribuent au « déficit » de la Sécurité sociale. Ils se retrouvent finalement à la charge de tous les français.

Le gouvernement espère trouver dans ce rapport des éléments permettant d'augmenter les moyens de lutte contre la fraude. Parmi ces moyens devrait en principe figurer le recrutement et la formation de milliers de nouveaux contrôleurs, ainsi que l'augmentation des logiciels de contrôle et l'amélioration de leurs performances. Mais il n'est pas certain que ce sera le cas. L'on fera vite valoir que les ressources budgétaires actuelles ne le permettraient pas. Il est évident cependant qu'une petite augmentation des ressources consacrées au contrôle par les organismes compétents serait vite compensée par la diminution des pertes qu'ils subissent actuellement du fait de la fraude.

Par ailleurs, même sans faire appel à de nouveaux agents ou à des logiciels intelligents, beaucoup de ces fraudes, sans mentionner le fait de déclarer 70 enfants ou de se dire centenaire, sautent aux yeux. Le problème bien mis en évidence, arguments à l'appui, par Valeurs actuelles, tient au fait qu'une grande partie des fraudes observées provient de personnes immigrées ou issues de l'immigration. De plus, des maffias bien organisées disposent de moyens sophistiqués leur permettant de frauder efficacement au service de ces populations. Elles font miroiter cette capacité pour encourager l'immigration, légale ou illégale, provenant principalement du Moyen-Orient et d'Afrique, y compris d'Afrique du Nord.

Si les autorités françaises voulaient lutter efficacement contre ces fraudes, elles affecteraient des moyens renforcés au contrôle spécifique de ces populations immigrées ou issues de l'immigration. De plus, il faudrait dorénavant limiter ce type d'immigration. Mais ceci provoquerait un refus généralisé dans l'opinion française majoritaire. On parlerait d'une discrimination inadmissible ou d'un "amalgame", inspirés par un racisme blanc qui n'oserait pas s'avouer. On assimilerait la France à une dictature cachée. 

Dans ces conditions, les fraudes ainsi encouragées ne cesseront d'augmenter. Les assurés sociaux « normaux » verront les remboursement des prestations sociales auxquelles ils ont droit, diminuer constamment. De plus en plus de vrais malades renonceront faute de moyens personnels à se faire soigner. Les hôpitaux publics, déjà surchargés, ne pourront plus les accueillir. Mais cela ne gênera pas les citoyens à haut revenu. Ils continueront à faire appel à des praticiens ou à des cliniques privées n'hésitant pas à faire payer très cher leurs services, même s'ils ne sont pas pris en charge par la sécurité sociale.

Lire
https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/fraude-sociale-et-immigration-la-grande-escroquerie-110861

 

 

 

 

20/10/2019

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire