Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

18/01/2021 Alstom pourra enfin se renforcer

Le PDG du groupe français Alstom vient d'annoncer qu'il pourra fusionner avec le canadien Bombardier-Transport pour réaliser un TGV de nouvelle génération.

Précédemment la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager avait interdit un projet de fusion avec la division Transport de Siemens, au prétexte que le nouveau groupe serait monopolistique sur certains marchés. Plusieurs chefs d'Etat européens, dont Emmanuel Macron et Angela Merkel, avaient protesté sur cet excès de juridisme. Pour Alstom, cependant, il était vital de se renforcer face à la concurrence de China Railway Rolling Stock Corporation (CRRC), numéro 1 du secteur. Des milliers d'emplois en France auraient été menacé si Alstom ne l'avait pas fait.

La nouvelle opération à 6 milliards d'euros, qui sera finalisée début 2021, fera de l'ensemble Alstom Bombardier le numéro 2 du transport ferroviaire mondial, avec un chiffre d'affaires cumulé de 15,5 milliards d'euros, le numéro 1 demeurant CRRC avec 28 milliards. Cependant, toujours pour satisfaire Bruxelles Alstom devra abandonner son projet de trains Coradia Polyvalent et son usine de Reichshoffen, en Alsace.

Il faut saluer cette opération. Elle montre qu'Alstom s'est remis du démantèlement de l'ancien Alcatel-Alsthom imposé en 2015, toujours pour la raison de ne pas former un groupe monopolistique dans ce secteur. Cependant, elle montre aussi que pour ne pas constituer un groupe européen dominé par Siemens, le nouveau groupe sera franco-canadien. Mais ce ne sera sans doute pas un mal.

18/01/2021

Europe Solidaire