Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Comment le bombardier américain  a-t-il été abattu ?

La perte d'un bombardier américain Northrop Grumman E-11A s'étant écrasé au dessus de l'Afghanistan près de la ville de Ghazni le lundi 27 Janvier a tout de suite été connue du monde entier

Elle a fait l'objet d'informations publiées sur Internet immédiatement après l'événement par les Iraniens.

Après avoir pendant quelques heures nié l'évènement, l'US Air Force a du rapidement l'admettre. Cependant, à la date du 28 janvier, elle n'avait pas encore donné d'informations concernant les raisons de ce ce crash. Le porte-parole de l'US Air Force s'est borné à dire qu'une enquête était en cours. Il n'a pas non plus précisé qui se trouvait à bord de l'appareil.

Selon des informations diffusée par les services de renseignement russes, il s'agit de Michael D' Andrea, le chef de station de la CIA responsable du suivi des opérations militaires en Afghanistan, Irak et Iran. L'avion lui servait de PC mobile et comportait des équipements de grande valeur permettant l'espionnage toutes conditions. Or ce même Michael D' Andrea avait ordonné l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani et de ses compagnons quelques jours auparavant. Le gouvernement iranien s'était engagé à le venger, mais sans vouloir préciser dans quelles conditions.

Selon l'état-major des Talibans, il aurait été abattu par un missile. Mais les Talibans ne sont pas dotés de missiles susceptibles d'atteindre un appareil à 3.500 mètres d'altitude. Par contre l'armée iranienne est depuis peu équipée de missiles surface-air capable d'opérer à cette hauteur. On peut supposer qu'un élément de la Force Quds que commandait Qassem Soleimani se serait infiltré dans une zone contrôlé par les Talibans. Or les Iraniens disposent de tels missiles.

La destruction du bombardier E-11A constitue-t-elle un début de réponse de la part de Téhéran ? Et si oui, il y en aura-t-il d'autres ?

 

 

28/01/2020

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire