Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

L'Indonésie 1) de plus en plus islamisée

L'archipel indonésien occupe une position géographique qui en fait pour les divers mouvements islamiques désirant développer leur emprise dans la région un atout essentiel.

 En effet, l'Inde, la Chine, l'Australie et les Philippines, qui a des titres divers veulent se protéger d'un islam conquérant et souvent criminel, sont très sensibles aux mouvements terroristes qui trouvent leurs bases et leurs appuis en Indonésie.

Celle-ci a toujours été principalement de religion musulmane. Mais elle ne l'affichait pas pour ne pas effrayer le tourisme occidental qui fait la fortune de certaines stations indonésienne. Cependant, des attentats visant des touristes ont ralenti le flux touristique. Le plus connu est celui de Bali en 2002 qui a fait plus de 200 victimes. Il avait été revendiqué par l'organisation terroriste  Jemaah Islamiyah. Celle-ci n'a pas cessé depuis, avec divers autres, de procéder à divers autres attentats moins meurtriers dont on ne parle guère en Europe, mais qui inquiètent fortement les grand pays voisins, parce que susceptibles d'y infiltrer des terroristes.

Ces dernières années, le président indonésien musulman Joko Widodo, qui se plaît à se faire représenter en prière, se prépare à maintenir son pouvoir lors des prochaines élections législatives et présidentielle prévues pour avril 2019. Pour cela il s'efforce d'attirer le plus grand nombre possible de votes favorables provenant des communautés musulmanes. Il n'hésite plus à faire ouvertement la cour aux organisations prônant le djihad. Elles visent principalement les autres communautés non musulmanes présentes en Indonésie, mais elles n'hésitent plus désormais à menacer tous les intérêts étrangers présents en Indonésie, notamment américains, australiens et britanniques.

Il vient en ce sens et d'une façon volontairement spectaculaire, d'ordonner la libération du prédicateur Abu Bakar Bashir, précédemment chef de la  Jemaah Islamiyah et condamné à 15 ans de prison comme responsable principal de l'attentat de Bali. Il a pris prétexte pour ce faire de l'âge (81 ans) et de l'état de santé d'Abu Bakar Bashir, mais cela n'a convaincu personne. Manifestement il n'hésitait pas à rappeler qu'il entendait continuer à faire de l'Indonésie un point d'appui pour les organisations musulmanes désireuses de mener la guerre sainte, non seulement dans l'archipel mais dans les pays voisins. Le gouvernement australien vient de signifier à celui de Jakarta qu'il faisait les plus expresses réserves à cette libération.

Joko Widodo semble par cette décision désapprouver la police indonésienne qui, notamment dans l'intérêt du tourisme, surveille les indonésiens pouvant s'en prendre à nouveau aux étrangers. Mais le soutien de ceux qui vivent du tourisme dans les stations de l'archipel compte manifestement peu à ses yeux par rapport à celui des islamistes radicaux.

 

19/01/2019

A LIRE AUSSI
Les articles du même type
Europe Solidaire