Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Le Matamort et le trou de souris

Quelle confiance peuvent avoir des troupes ne demandant qu'à en découdre lorsque leur chef, après avoir multiplié les moulinets guerriers, n'a qu'un réflexe à la première manifestation d'hostilité, se réfugier dans un trou de souris? De quelles nouvelles débandades ne se rendra-t-il pas coupable lorsque le temps des vrais affrontements sera venu?

On peut craindre que les Français éprouvent les mêmes inquiétudes démoralisantes en constatant comment le chef qu'ils se sont donné, celui qui les faisait vibrer en proclamant « Mon ennemi c'est la finance », s'incline terrorisé face aux injonctions d'une agence de notation. C'eût pourtant été le moment d'engager le vrai combat, la reine des batailles, comme aurait dit un autre matamort qui lui aussi avait fini par se cacher dans un trou de souris d'où il fut ignominieusement extrait. Mais non. Rien.

Comme le dit fort justement le journaliste économiste de Marianne Hervé Nathan dans son article « Moody's : le combat de Hollande contre la finance, c'est maintenant ! » . Citons sans changer un mot " Si François Hollande veut réellement combattre « la finance » il doit alors piloter rapidement une opération de « renationalisation de la dette ». Car si la France est placée à la merci des agences et des investisseurs étrangers, c'est parce qu'elle a choisi dans les années 1980 et 1990 d'internationaliser ses emprunts, pour « vendre » la dette publique à l'étranger. Actuellement 63% des emprunts d'Etat sont détenus par des non résidents en France , contre 23% en 1998. Le stock de créances détenues par des étrangers est de 1150 milliards."

C'est aussi ce qu'écrivent pas ailleurs 6 personnalités qui sont loin d'être toutes de gauche, il est temps désormais de renationaliser la dette de la France (Voir http://lexpansion.lexpress.fr/economie/pourquoi-il-faut-renationaliser-la-dette-publique_358524.html) . Pour cela une mesure s'impose, souvent évoquée ici par notre ami Joseph Leddet qui en est un des pères putatifs: " Renationaliser notre dette, c'est permettre aux particuliers de souscrire directement des OAT, des bons du Trésor et/ou des bons d'épargne. Des titres perpétuels ou de très longue durée (cinquante ans), bien sûr cotés en Bourse afin d'assurer la nécessaire liquidité. Ces titres seraient proposés à travers les réseaux bancaires, à La Banque postale ou même par Internet, ce qui réduirait les coûts d'émission. Leur taux d'intérêt devrait être, peu ou prou, de 2 % hors inflation, soit aujourd'hui un peu plus de 4 %."

Il est quasi certain que de tels titres perpétuels trouveraient preneurs en France, chez de petits épargnants plus riches qu'ils n'en ont l'air et qui n'osent ni dépenser leurs économies ni les confier à des fonds de placement spéculatifs. La France, qui a le plus faible taux de détention de son épargne par des résidents : 37 %, retrouverait ainsi la norme des autres grands pays: «  92 % au Japon, 71 % au Royaume-Uni, 66 % aux Etats-Unis, environ 50 % en Allemagne et dans la zone euro ».

Mais du fond du trou de souris où il se terre, le grand chef ne peut sans doute plus apercevoir ces perspectives, et moins encore décider sans attendre de les prendre en compte. 

Note
Voir http://www.marianne.net/hervenathan/Moody-s-le-combat-de-Hollande-contre-la-finance-c-est-maintenant-_a194.html

20/11/2012
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire