Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Réélection d'Obama: les colonies de l'Amérique se réjouissent

Lorsqu'une campagne électorale se déroule dans le pays colonisateur, les élites des pays colonisés se passionnent pour l'évènement. Pourtant, le résultat des élections dans la métropole ne change rien à leur sort.


On pense à cette situation fictive lorsque l'on constate le battage médiatique invraisemblable qui a mobilisé les Européens au cours de la campagne électorale américaine. Il trouve son paroxysme aujourd'hui, alors que tous les gouvernements européens, comme les dirigeants de l'Union européenne, se précipitent pour être les premiers à féliciter l'heureux vainqueur.

Les propos de celui-ci ne devraient pas cependant laisser beaucoup d'illusions aux colonies. Selon Obama, grâce à cette réélection, avec l'aide de Dieu, l'Amérique va confirmer son leadership, notamment au Pacifique, et continuer à offrir son modèle au reste du monde. 

Les colonisés que nous sommes devraient-ils s'en réjouir?  L'expérience des dernières mois sous la présidence d'Obama ne plaide pas en ce sens. Comme le dit ce matin John Mac Arthur, auteur de « L'illusion Obama » (Les Arènes), il n'y aura pas de grandes différences, dans aucun domaine, entre un président démocrate et un président républicain. Dans les deux cas continuera la domination des intérêts financiers américains sur le monde dit développé.

La seule liberté qui restera aux peuples européens colonisés sera de se réjouir de la domination américaine parce que celle-ci pensent-ils les protégera d'une menace manipulée depuis le 11 septembre par les Etats-Unis, celle de la "Terreur", reprise aujourd'hui sous la forme du grand khalifat musulman intégriste qui bientôt réunirait tous les peuples du Moyen-Orient, de l'Afrique et de l'Europe. S'y ajouterait aujourd'hui, toujours selon la softwar américaine, celle de la Chine et pourquoi pas d'une Russie qui se réarmerait.

Mais que les Européens ne se réjouissent pas trop. Lorsqu'ils ne seront plus en état de maintenir leur influence, si ces menaces, imaginaires ou réelles, se précisaient,  les Etats-Unis n'auront qu'une priorité, se replier sur leurs terres d'origine, La petite Europe, démissionnaire sur tous les plans, ne sera plus alors pour eux qu'une grenouille fascinée attendant d'être avalée.

07/11/2012
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire