Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Après Barclays, HSBC (Hong Kong & Shanghai Banking Corporation)

Barclays, avec notamment le scandale du Libor (sans mentionner le reste) avait déjà provoqué dans le monde occidental une vague d'indignation. Mais HSBC (http://fr.wikipedia.org/wiki/HSBC) , la grande banque britannique, ancienne cheville ouvrière du Commonwealth, aujourd'hui un des coeurs de la City de Londres, très liée à la Banque d'Angleterre, a réduit l'affaire Barclays au niveau d'un simple fait divers.
Obligés à témoigner devant le Sénat américain, qui pourtant en a vu d'autres en matière de corruption, les dirigeants de HSBC ont du reconnaître avoir participé à de véritables opérations criminelles à grande échelle. D'une façon générale, il s'est agi d'encourager tous les trafics imaginables (pas seulement celui de la drogue avec le Mexique,) puis de blanchir et recycler, par centaines de milliards, les bénéfices ainsi obtenus.

Non seulement ces sommes ont permis des enrichissements personnels mais elles ont financé, via notamment l'Arabie Saoudite et les si vertueux banquiers islamistes, d'innombrables opérations visant à soutenir le terrorisme et répandre, notamment en Europe, l'Islam le plus radical. Un article (pas trop méchant) de Nils Pratley dans le Guardian, donne quelques éclairages à ce sujet (http://www.guardian.co.uk/business/nils-pratley-on-finance/2012/jul/17/hsbc-money-laundering-barclays?intcmp=239).

Ceux qui sont au courant du dessous des cartes vous diront que HSBC ne doit pas à son tour servir à dissimuler une réalité bien plus profonde. C'est l'ensemble des banques anglo-saxonnes qui pratiquent de telles opérations, où l'appât du gain se mêle à de la haute politique internationale, sous son aspect le plus repoussant. Les banques européennes, à commencer par les banques suisses, ne sont pas en reste. Tant et si bien que le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz reprend ces jours-ci une idée qui suscite de plus en plus d'intérêt: il faut mettre les banquiers (les banksters) en prison, non pas virtuellement, mais sur la paille humide de vrais cachots.

L'idée est noble, mais elle n'effraie pas beaucoup la profession, qui s'abrite derrière nos modestes dépôts en compte-courant comme une garantie à tout faire contre des inquisitions trop insistantes ou d'éventuelles sanctions. Et quel homme politique, quel gouvernement la mettra en oeuvre? Tous complices du Système, dira justement l'opinion publique, autrement dit tous pourris.

« Mon ennemi c'est la finance » avait dit François Hollande. Il avait raison de le proclamer. Les banquiers, ceux de Londres et de Wall Street, ceux du continent, ceux des pays arabes, sont les principaux responsables, nous dirions même les seuls responsables, de la crise sociétale où s'enfonce l'Europe. La banque corrompt l'Europe dans son ensemble, institutions et économies. Bruxelles et les gouvernements européens, en prêchant la rigueur, s'en font les complices au delà du supportable.


Il est donc curieux que ces jours-ci, on n'entende toujours pas les fortes paroles que devrait inspirer au gouvernement français l'enchainement des scandales dans le monde financier..


19/07/2012
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
17.000 Milliards dans lLes paradis fiscaux
23/07/2012 18:00:06 | Par : Jean-Paul Baquiast
J'ajoute que Selon l'ONG britannique Tax Justice Network, 17.000 milliards d'euros seraient cachées dans les paradis fiscaux. Soit dix fois la richesse de la France. Résultant d'évasions et fraudes fiscales, mais aussi d'opérations criminelles
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire