Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Eurobonds. Une perspective à confirmer.

François Hollande a réussi à imposer le sujet des euro-obligations dans le débat européen sur la croissance au cours d'un sommet informel de l'Union européenne dans la nuit de mercredi à jeudi, en dépit des réticences de la chancelière Angela Merkel.

Il était arrivé à Bruxelles avec la volonté de promouvoir la création de ces euro-obligations, ou eurobonds, une forme de mutualisation des dettes au sein de la zone euro.

Mme Merkel a semblé refuser cette perspective défendue de longue date par la Commission européenne en affirmant que "les euro-obligations ne sont pas une contribution à la croissance". Cette position est partagée par la Finlande, les Pays-Bas ou encore la Suède, pour qui ces eurobonds n'inciteraient pas les pays fragiles à la vertu budgétaire.

Mais le président français a insisté et réclamé que "la perspective" des euro-obligations soit "inscrite" au menu de l'Union européenne en vue du sommet des 28 et 29 juin. Il a pu s'appuyer sur de nombreux soutiens, à commencer par celui de la Commission européenne, qui avait été la première à promouvoir cette idée, mais aussi celui du président du Conseil italien Mario Monti.

Il est par contre regrettable qu'à cette occasion n'aient pas été rappelées pour les renforcer les incitations positives à l'investissement productif qui sont envisagées par ailleurs.

Nous constaterons pour notre part qu'à ce point près, François Hollande termine ainsi par un sans faute une semaine diplomatique hérissée de difficultés. Il restera à confirmer les essais.





24/05/2012
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
Des eurobonds productifs?
26/05/2012 17:41:54 | Par : JFL
Certes, la destination des eurobonds est celle des investissements productifs, tout-au moins officiellement..., mais il s'agit bien d'emprunter, donc de continuer à miser sur l'avenir et à repousser au delà de notre génération les dépenses engagées par elle.Le principe est acceptable dans la mesure où la dette reste raisonnable. Malheureusement un grand nombre de pays européens dont le notre, ont depuis 3 à 4 décennies dépassé largement les limites du raisonnable, c'est à dire la capacité de remboursement et ils continuent à pousser devant eux cette montagne de dette qui ne cesse de croitre . Ce n'est pas en empruntant, même de façon coordonnée en Europe que l'on résoudra le problème. On augmentera globalement le montant de la dette , on le mutualisera, mais il continuera de croitre..., même s'il s'agit d'investissements productifs de croissance à terme, comme la recherche
Je comprends bien la nécessité de maintien de la croissance, mais en fait c'est parce que croissance est synonyme d'emplois qu'on l'érige en dogme . La croissance n'est un but en soi que pour les pays peu développés. Pour les pays développés c'est une antidote au chomage. En fait avons nous réellement besoin de vivre avec toujours plus d'I-pad et de gadgets superflus? Nous ne les développons que parce qu'ils créent de l'emploi
Je crois pour ma part qu'il serait beaucoup plus utile pour les pays européens de se fédèrer pour optimiser leurs budgets d'investissements, afin de dépenser moins, mais mieux; et d'améliorer la situation de l'emploi par effet de synergie . Imaginons par exemple que l'on regroupe les budgets relatifs à l'infrastructure ferroviaire en un budget fédéral pour le développement des réseaux VF au niveau européen; la dépense globale serait moins élevée, on n'aurait pas besoin d'emprunter pour lancer les travaux qu'actuellement aucun pays n'est en mesure d'engager (Cf la LGV sud europe) et l'on créerait de l'emploi
Le domaine de la défense serait encore plus approprié à ce type de raisonnement: Actuellement chaque pays réduit son effort de défense, donc le volume de ses forces et de ses équipements. Si on faisait l'armée fédérale Européenne elle couterait moins cher au total, tout en mettant plus d'hommes et de matériels à la disposition de l'Union
Et celle-ci pourrait rembourser ses dettes au lieu de poursuivre sa fuite en avant dans l'endettement, même si celui-ci est affublé du dernier qualificatif à la mode médiatico-politique ...
Amicalement
Jacques

Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire