Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Hollande et la politique étrangère: un vide à combler

Beaucoup de ceux qui soutiennent la candidature de François Hollande à la présidence de la République sont obligés de constater le silence de son programme dans le domaine de la politique internationale. Des questions majeures, essentielles à la défense des intérêts géostratégiques de la France, se posent. Elles exigeront des réponses claires et en tous cas rapides. Parmi les priorités, citons les trois points suivants:

Les conséquences à tirer de la perte progressive d'influence des Etats-Unis

Ceux-ci à la tête du bloc dit parfois américano-occidental, ont dominé sans partage le monde développé depuis la seconde guerre mondiale. Cette domination se manifeste encore  par les trois pouvoirs souvent analysés: pouvoir militaro-industriel, pouvoir financier et pouvoir culturel (soft power).  Or elle  est actuellement en recul, du fait de la crise politique que traverse les Etats-Unis. Mais elle demeure très forte, particulièrement en Europe qui a toujours constitué l'avant-poste des Etats-Unis à l'est. Elle s'exerce à travers les relais que le pouvoir américain possède au Royaume-Uni, au sein des institutions européennes et parmi les gouvernements des Etats membres de l'Union. En France même, ces relais sont extrêmement nombreux et puissants.

Or l'Amérique a toujours combattu la perspective d'une Europe se donnant les moyens de l'indépendance militaire, économico-industrielle et culturelle. Elle s'opposera de multiples façons, ouvertes ou clandestines, à tout gouvernement européen qui voudrait rassembler autour de lui des Etats décidés à s'affranchir de son influence. Le futur gouvernement français disposera de nombreuses occasions pour affirmer une volonté d'indépendance, comme l'avait fait de Gaulle en son temps. Ce sera le cas notamment en matière de défense. Mais des actions efficaces demanderont de longues négociations avec nos alliés, pour que ceux-ci s'inscrivent dans un minimum de stratégies communes.

La première urgence consistera donc à préciser clairement dans quels domaines et avec quels moyens, la France, associés aux Etats voisins qui partageront la même approche, décidera de marquer clairement, à l'égard des Etats-Unis, son refus de se laisser entraîner – y compris dans les politiques de plus en plus destructrices et auto-destructrices que semble annoncer le désordre américain ambiant. Elle commence à le faire à propos de l'Afghanistan, mais cela ne suffira pas.

Les relations avec le BRICS

Une deuxième  urgence concerne les relations de l'Europe avec les puissance du BRICS, notamment la Russie, l'Inde et la Chine. En bonne logique, comme nous l'avions indiqué dans un article précédent (EuroBRICS. Un basculement dans l'équilibre du monde http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=842&r_id= ) l'Europe devrait se rapprocher de la Russie afin de constituer avec elle un partenariat capable d'être pris au sérieux par les Etats  asiatiques. Une Europe rassemblant ses forces économiques autour d'un axe franco-allemand élargi  pourrait, associée à la Russie, commencer à être entendue par Pékin et en obtenir sous condition de réciprocité des concessions que chaque pays européen seul ne pourrait espérer. Elle le pourra moins encore si elle reste comme c'est le cas actuellement dans l'ombre de Washington. Moscou aurait évidemment intérêt à une telle alliance, qui est dans ses gènes historiques, si l'on peut dire.

Une possible conflagration au Moyen-Orient

Un autre problème, sans doute plus urgent encore, concerne la position que la France et plus généralement l'Europe devraient prendre face au développement inquiétant d'un rapprochement  Iran, Russie, Chine qui s'est construit récemment au Moyen-Orient.  Face à cet axe, provoqué en partie par son incohérence, la politique américaine manifeste de plus en plus d'impuissance. Confrontéee aux manœuvres d'Israël qui voudrait impliquer le bloc américano-occidental dans une démarche dure de containment à l'égard de l'Iran, pouvant aller jusqu'à la guerre, l'Amérique hésite. Or l'Europe, qui pourrait jouer un rôle d'arbitre entre les forces en présence, ne fait rien du fait de sa dépendance à l'Amérique. Elle sera pourtant la première victime des conséquences catastrophiques d'une guerre entre les Occidentaux et l'Iran, soutenue par la Russie, l'Inde et la Chine. Que ferait alors François Hollande au cas où il serait élu?

Au delà de cette urgence qui se précise, se pose la vaste question des rapports entre l'Europe et le monde arabo-musulman. Faut-il, là encore, suivre l'Amérique partagée entre le soutien inconditionnel à Israël, sous la pression du lobby juif américain, et la nécessité de ménager aussi bien les régimes pétroliers du Golfe que les mouvements islamistes nés des « révolutions arabes » ?  La France, non plus que l'Europe, de par leur  proximité avec les pays du Maghreb et les flux d'immigration en provenant, ne  peut s'accommoder des ambiguïtés et des trahisons qu'impose Washington à des alliés ne connaissant que le suivisme. 
___________________________________________________

Il serait illusoire de penser que sur toutes ces questions, et d'autres que nous n'évoquons pas ici, Français Hollande et son équipe de campagne puissent apporter dès maintenant des réponses satisfaisantes. Encore serait-il nécessaire que lesdites questions soient évoquées, et des orientations proposées. Il faudra en tous cas le faire avant l'élection et bien entendu dès la nomination du nouveau Président. Le vide actuel de la pensée politique à gauche en ce domaine ne saurait durer. Il est d'ailleurs étrange que dans son débat avec François Hollande le 26 janvier au soir, l'actuel ministre des Affaires Etrangères Alain Juppé n'ait pas souligné cette faiblesse. Connaissant Nicolas Sarkozy, on peut penser qu'il ne manquera pas d'être plus curieux.

27/01/2012
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire