Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Livre Blanc français sur la défense.

Livre Blanc français sur la défense. Un bon point, un mauvais point, mais surtout un blâme général visant une capitulation en rase-campagne devant l'Amérique.

En l'absence d'une volonté de défense européenne indépendante, et compte tenu du faible budget de dépense des autres Etats européens, Grande Bretagne exceptée, les décisions que prendront la France en matière de défense auront des conséquences inévitables pour les Européens. Les derniers arbitrages sur le Livre Blanc de la défense qui viennent d'être présentés par Nicolas Sarkozy méritent donc un commentaire. Nous ne dirons rien des économies proposées dans le domaine des effectifs et de l'équipement des forces « traditionnelles ». Il est certain qu'il vaudra mieux avoir 30.000 hommes bien équipés que le double improjetables et dotés de matériels trentenaires. Mais rien n'assure que les nouveaux équipements promis seront au rendez-vous, car ils coûteront cher.

Par contre, nous proposons d'attribuer aux mesures annoncées un bon point, un mauvais point et un blâme général.

Le bon point concerne le renforcement des équipements satellitaires et de détection. Vis-à-vis de ce que déploient les Etats-Unis, bientôt suivis par la Chine, la France était en train de perdre pied. Il faut aussi évidemment lutter, y compris par l'offensive, contre le cyber-terrorisme, mais là la marge entre défense nationale et mise en surveillance des citoyens est étroite. Par ailleurs, dans ces deux domaines, l'observation satellitaire et la protection des réseaux, il faudra compter avec la pénétration de nos systèmes par les agences de renseignement américain. Dans beaucoup de cas, les Français travailleront, sans le savoir ou en le sachant, au bénéfice de l'Amérique et de ses intérêts globaux.

Le mauvais point (très mauvais point) concerne le renvoi sine die de la construction du 2e porte-avions. Lorsque l'on veut se projeter et que l'on ne dispose que de péniches de débarquement, on ne peut le faire qu'en quémandant de l'aide. A qui, je vous le demande ? Quitte à renoncer aux porte-avions, mieux vaudrait désarmer le Charles de Gaulle, par la force des choses condamné à l'immobilisation la moitié de l'année.

Nous en arrivons à notre blâme. Il concerne comme vous l'avez deviné, l'acceptation d'un retour plein dans l'Otan en renonçant à demander aux Américains d'accepter en contre-partie un renforcement de la défense européenne (hors Otan). Sarkozy avait dit qu'il ferait cette demande. Mais Sarkozy ne le fera pas, cédant aux pressions atlantistes que l'on devine. Cela remet en cause l'intérêt d'une défense française autonome. Ou bien elle n'aura que très peu de chances de servir. C'est le cas de la force nucléaire stratégique. Ou bien elle travaillera en grande partie pour les Américains, comme nous venons de le dire à propos du renseignement.

On voit que le paysage atlantique modèlera de plus en plus l'avenir européen.

NB: Cet article est daté du 18 juin. 18 juin, cela  rappelle-t-il encore quelque chose?
18/06/2008
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
Scandaleux
18/07/2008 11:28:34 | Par : Vincent
Je ne comprends vraiment pas comment on peut laisser notre défense dans cet état.
J'étais enthousiaste à l'idée d'une réduction d'effectif, car à vrai dire c'était le seul moyen de financer les nouveaux équipements nécessaires pour l'armée au vu de l'état de nos finances.
Le problème est que je n'ai aucune confiance (tout comme l'armée) en Nicolas SAKOZY quand à sa volonté "d'indépendance" vis à vis des Etats Unis, cela devrait d'ailleurs faire longtemps que la défense européenne devrait être en marche.
Je ne comprends vraiment pas le volonté des autres Etats européens d'être les pantins des Etats Unis. Certes cela leur permet de ne pas trop investir dans la défense mais à quel prix?? Celui de l'indépendance...
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire