Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Un complot, des complots

Autour du livre de Michel Taubmann


Dans un éditorial prémonitoire du 16 avril dernier , "Le dézingage d'un géneur ", http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=722 nous évoquions un complot américain à la source de l'arrestation de DSK pour attentat sexuel au Sofitel de New York. Il nous paraissait absolument évident qu'il s'agissait d'un coup monté par des agences entrainées à de telles opérations. L'objectif en était de faire remplacer DSK à la tête du FMI par un personnage plus sensible aux intérêts de Wall Street et de Washington réunis. Rien n'était plus facile, avec ou même sans la complicité de la femme de chambre, pour des gens connaissant la propension de DSK à défourailler à la moindre sollicitation.

Aujourd'hui, après le chroniqueur américain Edward Epstein, le journaliste français Michel Taubmann évoque lui aussi, dans un livre paraissant le 1er décembre, «Affaires DSK, la contre-enquête». des incohérences qui pourraient être la marque, selon lui, d'un «complot». Il semble que DSK confirme, dans ce livre que nous n'avons pas lu, une telle hypothèse. Il reconnaît avoir cédé, pendant 5 minutes, à une proposition de Mme Diallo. Nous ne prendrons ni Epstein ni Taubmann pour des sources fiables à 100%. Néanmoins, il est intéressant de les entendre.

Finalement, complot américain ou complot venu d'ailleurs? Nous continuons à penser que la piste américaine demeure la plus vraisemblable, concernant l'affaire du Sofitel. Si un complot s'était préparé simultanément en France (simple hypothèse), il aurait été programmé pour éclater un peu avant ou après les élections, au cas où DSK aurait été sur le point d'être élu, ou aurait été élu. Il aurait reposé sur le dossier dit du Carlton, autrement plus compromettant pour l'intéressé et pour le PS. On imagine le désastre pour la gauche et même pour la France. Les agents supposés d'un tel complot français présumé ont du, dans cette hypothèse (absolument farfelue, répétons-le avec insistance) éclater de fureur à voir que les Américains leur avaient sans le savoir coupé l'herbe sous les pieds.

Tout ceci n'exempte pas DSK de ses responsabilités. Se sachant fragile, comme il l'était, il aurait du se garder comme la peste de tout ce qui pouvait compromettre ceux qu'il prétendait être ses amis politiques. Nous avons connu des diplomates du Quai d'Orsay qui, se sachant un peu portés sur les dames, refusaient toute promotion, même flatteuse, à Moscou et dans les démocraties populaires, au temps heureux du KGB. Strauss-Kahn n'a pas eu ce minimum de sens civique. Vae victis.

30/11/2011
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire