Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Anne Lauvergeon. La lâcheté de la gauche française

Nicolas Sarkozy a joué sur du velours en écartant sans ménagement Anne Lauvergeon de la présidence d'Areva. Il aura le soutien de tous les écologistes irresponsables qui verront là le fait qu'il tient enfin compte d'une « volonté populaire désormais affichée de sortir du nucléaire ».

Les gens de gauche qui applaudissent au renvoi d' "Atomic Anne" sont cependant bien naïfs. Ils ne semblent pas se rendre compte que la revanche tardive de Nicolas Sarkozy sur Anne Lauvergeon n'est pas seulement un fait du prince dont l'actuel président est prodigue. C'est aussi le succès des intérêts industriels privés dont la volonté de se partager ce qui demeure du secteur public industriel ne se ralentit pas.

Les successeurs d'Anne Lauvergeon et ceux qui, chez les amis industriels de Nicolas Sarkozy, recueilleront les fruits des efforts de celle-ci pour faire d'Areva un champion technologique reconnu dans le monde entier n'abandonneront évidemment pas le nucléaire. Ils vont continuer à exploiter ce filon, mais en privatisant et en fragilisant de ce fait toute une séries d'activités liées au coeur du métier. On peut pronostiquer l'établissement d'une gestion sur le mode de celle qui sous l'égide de la firme privée TEPCO a provoqué au Japon la situation que l'on connaît.

Jean-Pierre Chevènement a été le seul à dire sur LCP à ce propos  ce qu'une gauche qui ne serait pas aveuglée par l'électoralisme aurait du rappeler haut et fort.

17/06/2011
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire