Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Le dézingage d'un gêneur

Le « nouveau FMI » tel qu'il avait émergé des remaniements apportés personnellement par DSK depuis quelques mois n'avait rien pour plaire, non seulement à Wall Street, mais à l'ensemble du lourd appareil d'Etat américain, y compris à Barack Obama lui-même.

L'appui potentiel qu'il apportait désormais à l'Union européenne et à la BCE pour leur permettre d'échapper au démantèlement pays par pays de la zone euro systématiquement entrepris par eux ne pouvait qu'agacer.

Nous n'approuvons certes pas la politique de redressement au forceps conseillé par le FMI et mis en oeuvre par l'Union. Celle-ci pourrait faire beaucoup plus (Voir notre article « Vive les banques, à bas les Grecs http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=721&r_id= ) mais cette politique valait mieux que la démission totale non seulement devant les marchés mais face à l'impérialisme du dollar qui aurait résulté d'un laissez-faire généralisé.

Cependant l'Amérique avait bien plus encore à craindre du FMI. Beaucoup d'experts (voir note 1) pensent qu'une méga-crise dont la source ne sera pas européenne ni chinoise mais strictement américaine se prépare ces jours-ci. Le FMI aurait eu l'intention de la dénoncer clairement, selon les bruits qui courent. Barack Obama en aurait été la première victime. C'en était trop. Washington aura absolument besoin d'un FMI redevenu aux ordres. Il devait agir, avec les méthodes musclées que partagent tous les grands Etats menacés dans leur avenir.

Quoi de mieux que frapper le FMI à la tête. La réputation de DSK était ainsi faite qu'il suffisait d'une petite manipulation bien montée pour l'abattre, sans même que la victime y mette du sien, c'est-à-dire sans même attendre que DSK adopte le comportement criminel qui lui est reproché. On ne prête qu'aux riches.

Précisons sur ce point que selon les « libertins », qui savent en général ce dont ils parlent, le profil d'un violeur n'est absolument pas celui d'un séducteur, même compulsif. On ne voit vraiment pas en quoi la libido de DSK avait besoin de violenter en 5 minutes une femme de chambre sur le rebord d'une baignoire pour s'épanouir.

Nous serons peut-être conduits à changer d'hypothèse sur tout cela dans les jours qui viennent, mais pour le moment celle qui est résumée ici nous paraît la plus explicative.

 

16/05/2011
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire